Décrochage scolaire, climat scolaire: un exemple en lycée professionnel

La voie professionnelle permet d’acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel. Les élèves préparent, après la troisième un CAP ou un baccalauréat professionnel.

Public accueilli

En visite dans un lycée professionnel, la proviseure qui a accepté de me recevoir m’explique que c’est en quelque sorte un choix de « relégation ». Ne viennent en lycée professionnel que les jeunes qui ont connu des difficultés au collège. Le lycée professionnel scolarise des vagues d’immigration récente, des élèves en échec scolaire ou ayant des difficultés scolaires.

Dans cet établissement, ¼ des élèves ont le brevet des collèges et un jeune sur deux maîtrise le socle commun de compétences. Toute la noblesse, l’enjeu et la fierté d’un lycée professionnel est de scolariser de « mauvais élèves », qui n’ont pas envie de venir, et d’en faire de « bons élèves » qui réussissent un baccalauréat professionnel et qui s’insèrent dans une poursuite d’étude ou dans la voie professionnelle.

Le lycée accueille deux tiers de garçons et un tiers de filles, ils ont de 15 ans à 20 ans et sont issus de familles défavorisées.

La persévérance scolaire

Le décrochage scolaire est plus présent en CAP qu’en baccalauréat professionnel. Deux explications possibles :

  • Des élèves trouvent des contrats d’alternance : les meilleurs élèves vont vers l’alternance car ils veulent gagner leur vie. On parle plus facilement de réorientation.

  • Des élèves qui sont à bout de souffle dans leur scolarité qui ne supportent plus d’être en classe.

Le lycée professionnel travaille en partenariat avec le CIO, la mission locale et avec les travailleurs sociaux. Au sein de l’établissement, un travail de partenariat s’établit notamment autour du Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire (GPDS). Il se compose des deux CPE, de la COP, de l’intervenante de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), de l’infirmier, de l’Assistante Sociale (AS), de deux professeurs et de la proviseure qui préside. Cette assemblée évoque des cas d’élèves qui sont encore présents mais de manière perlée. Durant ces rencontres chacun des membres peut évoquer des suspicions d’élèves potentiellement décrocheurs.

L’absentéisme est le premier indicateur de décrochage scolaire. Selon la proviseure, l’absentéisme et le décrochage seraient des synonymes. Des résultats qui chutent pourraient être un indicateur mais au vu des résultats plutôt faibles dès l’arrivée des élèves, cette composante n’est pas fiable.

Les élèves choisissent leurs cours, ce sont des absentéistes qui ciblent tel ou tel enseignement. Il n’est pas rare que des élèves soient absents en cours, mais qu’ils soient présents dans l’enceinte du lycée. C’est leur lieu de vie, ils viennent au lycée parce qu’ils s’y sentent bien.

Il est important de souligner que dans cet établissement public local d’enseignement (EPLE) l’équipe pédagogique et le pôle médico-social sont stables.

Le taux de réussite au baccalauréat professionnel est un peu moins bon que la moyenne académique. L’objectif est d’arriver à être dans la moyenne entre autre en travaillant sur l’absentéisme. En effet, les élèves absents, en situation de décrochage scolaire, sont conservés sur les listes alors qu’ils ne se présentent pas à l’examen. Les résultats sont donc biaisés.

A propos du climat scolaire

Selon la proviseure, le climat scolaire est la condition première pour amener les élèves vers la persévérance scolaire. Elle accorde beaucoup d’importance à l’ambiance générale de l’établissement. Selon elle, si les élèves ne se sentent pas bien dans leur établissement, les membres de la communauté éducative ne seront pas bien non plus, et inversement. Les locaux sont estimés comme le levier le plus important du climat scolaire favorisant la réussite. Un réel travail est mené au niveau des locaux de l’établissement : créer un foyer des élèves, aménager un patio avec jardin, placer des bancs dans le hall fabriqués par les élèves, rendre la salle des professeurs plus agréable en y installant une machine à café… Il faut faire en sorte que le lycée soit le plus accueillant possible, le plus agréable, avoir un joli accueil, mettre des poubelles tant dans l’établissement qu’aux abords du lycée. Si l’établissement paraît chaleureux aux yeux des élèves, ils vont avoir envie de venir. Une fois qu’ils sont là il faut que les apprentissages aient du sens, travailler sur l’orientation, sur leurs projets, même si ce qu’ils font ne leur plaît pas forcément, faire de leur formation un tremplin pour faire autre chose après.

En second temps, des relations interpersonnelles positives entre élèves, entre élèves et professeurs et entre professeurs joue un rôle essentiel. La proviseure veille à ce que les enseignants ne se sentent pas seuls, elle se rend disponible pour eux dès qu’ils en ont besoin. Elle s’arrête souvent en salle des professeurs, dans le hall d’entrée pour apprécier le climat scolaire.

L’ensemble de la communauté éducative s’engage à garantir un climat scolaire serein, la vigilance au sein de l’établissement tout comme aux abords est une des préoccupations de tous les instants. Selon la chef d’établissement, il n’y a pas de bon travail s’il n’y a pas de bon climat scolaire, c’est la base de tout travail éducatif. Elle accorde une importance toute particulière au langage des élèves, à leur vocabulaire et n’hésite pas à les reprendre systématiquement.

Selon les élèves interrogés, les règles ont été clairement explicitées en début d’année. Les élèves ont la possibilité se s’impliquer dans la vie du lycée grâce à des actions, des projets : Les membres du CVL travaillent sur le projet de création d’un foyer ; des élèves œuvrent à la mise en place des bancs préalablement fabriqués par leurs soins dans le hall d’entrée ; les secondes ont rédigé des contes fantastiques en cours de français qui ont été vendus lors de la journée portes ouvertes, avec l’argent récolté, un voyage à Disney à été organisé ; les 30 ans du lycée ont été célébrés ; la maison des lycéens a vu le jour…

D’après une élève interrogée, l’implication dans ces projets est source de motivation car les élèves s’investissent beaucoup mais en contrepartie, ils sont fiers du résultat.

La volonté serait d’associer le plus possible les parents à la vie de l’établissement: ils sont conviés à la réunion de rentrée, à la remise des bulletins en main propre au premier et deuxième trimestre. Malheureusement, en règle générale, ceux qui répondent présents sont les parents des élèves pour qui tout se passe plutôt bien. Les familles que l’on a le plus besoin de voir sont souvent absentes de ce genre de manifestation.

L’arrivée en lycée professionnel est synonyme d’une orientation plutôt subie. Ainsi, il est essentiel de favoriser un accompagnement individualisé du jeune, un dialogue vers son orientation future.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *