Liaison SEGPA / LP – Sécurisation et continuité des parcours scolaires

L’équipe ASH (en charge de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés) de l’inspection du Rhône a organisé le 20 mai 2014 au collège des Gratte-ciel Môrice Leroux (Villeurbanne) une « journée des SEGPA » qui avait pour thème la liaison SEGPA / Lycée professionnel pour les élèves issus de SEGPA qui sont orientés vers des CAP en LP. La problématique retenue était celle de la sécurisation de la continuité du parcours scolaire de ces élèves, afin d’éviter que ces élèves ne connaissent des situations difficiles propices au décrochage scolaire.
Le public était composé de directeurs de SEGPA, de professeurs, CPE et proviseurs de LP (pour une présentation des SEGPA, voir la vidéo sur Capcanal).
Après une introduction faite par l’IA-DASEN adjoint M. Krosniki qui a insisté sur la sécurisation et la continuité des parcours, tout en plaidant pour une école réellement inclusive, pas uniquement pour les élèves en situation de handicap, Mme Aduayom (IEN-ASH) a rappelé le principe d’éducabilité de tout un chacun et la nécessité de proposer des parcours ambitieux pour tous. La liaison entre les niveaux est inscrite dans le cadre institutionnel et ne concerne pas que le passage de l’école primaire au collège. À ce titre, un travail sur la liaison SEGPA / LP est essentiel : les élèves passent d’un environnement protégé, protecteur, bienveillant à un établissement plus grand, où ils se retrouvent davantage « fondus dans la masse ».
Mon intervention consistait à présenter une synthèse de la recherche sur le décrochage scolaire, en insistant effectivement sur les risques liés aux transitions, aux passages d’un établissement à l’autre, d’une unité à une autre. L’orientation vers la voie professionnelle est aussi fortement corrélée à un risque accru de décrochage scolaire. Pour ces raisons, et pour d’autres, le travail en commun entre tous les professionnels (éducation, santé, sociaux, etc.) est une nécessité. Mais ces alliances éducatives (comme cela existe au Québec) ne sont pas faciles à mettre en œuvre, car elles demandent de sortir de sa logique institutionnelle, de ses prérogatives, pour travailler mieux ensemble en fonction d’objectifs définis, différents selon les élèves. Les élèves en situation scolaire difficile interrogent fortement les institutions éducatives.

La matinée s’est terminée sur deux témoignages d’expérimentations :

  • Le projet « Service de suite » qui consiste à suivre les élèves sortants de SEGPA sur au moins une année, pour les accompagner dans leur parcours post-SEGPA et faire le lien avec les équipes de LP qui les accueillent. La collaboration avec les proviseurs et les enseignants vise à sécuriser leur poursuite d’étude et à favoriser leur insertion dans cette nouvelle formation. L’année qui suit leur sortie de SEGPA est ainsi ponctuée de contacts réguliers (notamment grâce aux réseaux sociaux en ligne), de bilans, de remise de diplôme (CFG), de moments de lecture et d’analyse de bulletins, de rencontre avec les élèves de la promotion suivante, etc.
  • La collaboration entre un LP de Vénissieux et le CRESS (Centre de recherche et d’éducation sport & santé) autour d’un programme destiné à favoriser l’adaptation de la démarche pédagogique aux besoins des lycéens de l’établissement (fiche expéritèque).  Des tests, basés sur les travaux de Piaget, sont proposés aux élèves pour évaluer leurs compétences. D’autres élèves d’autres établissements (centre ville, niveaux différents) ont aussi été évalués afin de comparer les résultats en fonction des publics. Plus de précisions sont accessibles sur le site du CRESS. Le constat présenté par le proviseur fait état d’un manque réel d’autonomie intellectuelle et morale des élèves du lycées, dans des proportions très importantes (pour une immense majorité des élèves). Autrement dit, les piliers 6 et 7 du socle commun ne devraient pas être validés pour la plupart d’entre eux. Au final, il apparait que ce sont les pratiques de prises en charge de la classe qui sont à faire évoluer plus que les prises en charge individuelles.

L’après midi s’est déroulé en petits groupes, pour présenter des actions existantes en LP et SEGPA, avec l’idée commune à tous qu’il faut maintenir l’ambition des élèves en difficulté. Les projets ne manquent pas, soutenus par des idées et des envies de faire réussir les élèves. Mais bien souvent,  même s’ils donnent satisfaction, ils ont une existence très précaire. Ils existent parce que les différents acteurs ne comptent pas leur temps, parce que la répartition des moyens est organisée en fonction de ces projets. Par contre, ils peuvent être remis en cause du jour au lendemain, si un nouveau chef d’établissement arrive qui a d’autres priorités, si un enseignant part à la retraite ou mute, si une subvention n’est plus allouée, etc. Une innovation peut-elle être généralisée, transposée, adaptée ailleurs alors même que sa reconduction n’est jamais certaine ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *