How could French Research influence international trends in educational policy ?

Je suis en train d’étudier un récent rapport de l’OCDE sur l’évaluation dans l’éducation et je constate, une fois de plus, que la quasi-totalité des références bibliographiques est en langue anglaise et provient d’auteurs anglo-saxons.  Un constat récurrent à chaque fois que l’on consulte un rapport d’une grande organisation internationale, qu’il s’agisse de l’OCDE, de l’Union européenne, etc.

Autrement dit, ces organisations qui ont désormais un pouvoir d’influence certain en matière éducative, basent l’essentiel de leurs rapports officiels sur une littérature scientifique circonscrite à quelques pays de langue anglaise (Royaume Uni, Etats-Unis, Canada anglophone, Australie et Nouvelle Zélande) et aux auteurs de pays familiers avec l’usage de l’anglais comme langue d’expression scientifique (Pays Bas, Norvège, Suède, Finlande, Danemark…).

On pourrait ainsi se dire que pour peser dans le débat international sur les questions de politique éducative, mieux vaut être un auteur, même de seconde zone, du Royaume Uni qu’un auteur de premier plan français, espagnol ou allemand !

On imagine les implications politiques, culturelles et sociales que cela signifie, si l’on veut bien prendre conscience qu’un domaine comme l’éducation n’est pas un champ purement « technique » mais implique des questions de valeurs très liées aux aires et aux cultures linguistiques.

Ce constat, que l’on retrouve à de nombreux niveaux, n’est pas neuf, mais l’internationalisation croissante de certaines questions éducatives lui donne une certaine acuité.

Engagé dans un projet européen sur les compétences en éducation, j’ai été sollicité pour contribuer à la revue de littérature générale et ainsi pu faire « exister » les problématiques francophones … tout en remarquant que la partie « évaluation des compétences » de la revue de littérature, rédigée par un sympathique collègue anglais, ne comportait pas la moindre référence francophone malgré les nombreux travaux existants dans ce domaine.

En fait, il se passe même parfois un phénomène de marginalisation scientifique et culturelle : les travaux dans une autre langue que l’anglais sont considérés « régionaux », essentiellement bons à informer sur la situation dans un pays circonscrit, pendant que seules les références anglaises sont considérées comme ayant une valeur générale et « internationale »… même quand elles ne traitent en l’occurrence que des derniers rebondissements d’une réforme anglaise !

On peut penser que la faiblesse historique des chercheurs francophones ( et surtout français il faut bien le dire) dans le maniement des langues étrangères est première responsable de cet état de fait. Pendant longtemps, de nombreux chercheurs français organisaient des colloques « internationaux » à bon compte, en se contentant d’inviter une poignée de collègues québécois et belges, pendant que les principaux congrès internationaux avec le reste du monde, se développaient ailleurs sans eux et en anglais…

On constate aussi que les collègues d’autres pays qui s’efforcent de répondre à des appels d’offre internationaux sont friands de volontaires français, car certaines institutions comme l’Union européenne valorisent fortement la présence de « français » dans des projets européens, pour compenser le moindre investissement des acteurs hexagonaux à ce niveau.

Si le problème est principalement un enjeu de compétence linguistique, on peut espérer que les jeunes générations de chercheurs pourront écrire et communiquer de façon plus simple au niveau international.

Outre que cela pose quand même le problème épistémologique du sens  et de la culture liés à la langue (essayez de traduire « accompagner un établissement » ou « veille scientifique » en anglais…), on peut se demander s’il n’y a que la langue en jeu.

Quand on voit les péripéties des classements internationaux des revues, on comprend bien que pour certains « experts », toute revue provenant d’une université américaine ou anglaise un tant soit peu prestigieuse est automatiquement parée d’une aura « internationale » là où une revue française ou allemande sera toujours suspectée d’être « locale », quel que soit le nombre d’articles provenant d’auteurs d’autres pays et quel que soit son nombre d’articles publiés en anglais.

On sait aussi que par le jeu des grosses plate-formes d’édition (Taylor et Francis, Elsevier…) comme des algorithmes des moteurs de recherche (qui privilégient les sites « locaux »), publier un article en anglais mais dans une revue ou un site web localisés en France n’offre pas de grandes garanties de visibilité internationale.

Dès lors, on peut aussi se demander si l’enjeu n’est pas seulement de savoir publier en anglais, mais aussi de publier dans les supports « consacrés » par ce qu’on appelle la recherche internationale mais qui ressemble parfois à la recherche anglo-saxonne…

Voir aussi :

Les revues à caractère international… et les autres


3 réflexions au sujet de « How could French Research influence international trends in educational policy ? »

  1. Bonjour,

    J’ai lu avec attention votre texte et je voudrais faire deux remarques.

    Tout d’abord, je pense que vous avez tout à fait raison de déplorer le manque de visibilité des recherches effectuées en France et publiées en français. Il est dommage que de nombreux chercheurs se contentent de lire l’anglais sans trop essayer de regarder ce qui se fait dans d’autres langues, et pas uniquement en recherches sur l’éducation. Néanmoins, je dois constater, que dans les articles et les livres que j’ai lus, la plupart des chercheurs français se contentent également de citer la recherche publiée en anglais. On ne trouve par exemple quasiment jamais de référence aux recherches effectuées en Allemagne/en allemand, exception faite pour Ludger Wössemann, mais très souvent, il publie en anglais. Et pourtant, il y a de nombreuses institutions en Allemagne qui se sont spécialisées dans la recherche en éducation.
    Je pense qu’il n’est pas seulement utile, mais aussi essentiel de tenir compte de la recherche étrangère non anglophone pas seulement parce qu’il assez difficile d’exiger d’autrui un travail qu’on n’est pas prêt à fournir soi-même, mais surtout parce qu’on doit être capable de tenir compte de la recherche étrangère quand on veut avoir un minimum de crédibilité à l’étranger. Cela, bien entendu, ne vaut pas uniquement pour les chercheurs francophones.

    Ensuite, exiger des autres de tenir compte des recherches faites dans des langues autres que l’anglais, ne doit en aucun cas conduire à un rejet a priori des travaux faits dans cette langue. Il y a de nombreux travaux très intéressants qui sont avant tout publiés an langue anglaise et qui malheureusement ne semble pas être pris en compte en France.
    Il y a tout d’abord le travail de John Hattie, Visible Learning: A Synthesis of Over 800 Meta-Analyses Relating to Achievement (http://visible-learning.org/2009/02/visible-learning-meta-study/), publié en 2009 qui ne semble connaître aucun écho en France. Ce livre a été traduit en allemand et dans les trois langues scandinaves (http://visible-learning.org/category/books/), il est considéré par certains comme LE grand travail en science de l’éducation et quand on fait un tour dans les médias anglophones et allemands par exemple, on trouve assez facilement des références à cet ouvrage, comme par exemple l’émission de PISAplus, l’équivalent de Rue des école sur France Culture (http://www.deutschlandfunk.de/schwerpunktthema-auf-den-lehrer-kommt-es-an.1148.de.html?dram:article_id=245959), ou des articles dans des journaux de grand public comme la Zeit ou le SPIEGEL.
    Et en France ? Rien !
    Même chose pour les travaux de Helen Timperley concernant la formation des enseignants. Cette professeure néo-zélandaise a publié des articles et des livres sur ce sujet qui pourtant est d’actualité en France, mais hormis le sous-titrage d’une vidéo sur You Tube (http://pearltrees.com/p/yl5hm – merci Thierry Foulkes) et un article publié en français dans la Revue française de pédagogie on ne trouve en France pas grand chose concernant cette chercheuse, même son fascicule publié sur les site de l’UNESCO disponible en sept langues, n’existe pas en France (http://www.ibe.unesco.org/fr/services/documents-en-ligne/publications/pratiques-educatives.html).

    Vous avez donc tout à fait raison d’épingler le manque de visibilité des recherches francophones à l’international, mais cela ne nous dispense pas de regarder ailleurs pour tenir compte des recherches publiés dans d’autres langues.

    Plus sur John Hattie : http://pearltrees.com/p/cEH4v

    et sur Helen Timperley : http://pearltrees.com/p/cNzDj

  2. Il y a aussi un effet « rebond » lorsque certains protagonistes de débats importants en France utilisent pour discréditer ou minorer leurs contradicteurs l’argument de leur inexistence sur le plan international. Sur l’apprentissage de la lecture, je pense précisément à la condescendance, qui m’avait frappé, de Franck Ramus envers un Roland Goigoux pour son manque de visibilité dans les « revues internationales à comité de lecture ».

  3. Sans vouloir être désobligeant, il me semble que si la recherche française en sciences de l’éducation avait une valeur reconnue au plan international, les travaux qui en découlent seraient davantage pris en compte. Et ce, quelle que soit la langue de publication.

    Vous avez oublié d’envisager cette possibilité dans votre article, alors qu’il faudrait peut-être commencer par cela. Se remettre en question est certes moins facile que soupçonner autrui d’intentions malveillantes. Mais c’est parfois utile et salutaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *