« Casier scolaire »

Suite à une journée nationale de la réussite éducative en 2013, le rectorat de Dijon a organisé à Nevers (Nièvre) une  journée sur la persévérance scolaire le 17 avril. Après une présentation du dossier de veille sur la question du décrochage scolaire, Philippe Goémé (ESPE Créteil ; Observatoire universitaire international de l’éducation et de la prévention ; Pôle innovant lycéen de Paris ; FESPI)1 est intervenu sur le raccrochage des élèves décrocheurs. Il a commencé par projeter un extrait du DVD Paroles de décrocheurs (voir le site Paroles sur le décrochage) ou un jeune parle de son vécu scolaire et plus particulièrement du « casier scolaire » qui l’a fiché partout où il est passé. Il utilise sciemment le terme de « casier scolaire » par analogie à un casier judiciaire (voir extrait ci-dessous. La vidéo complète peut être vue sur YouTube, l’extrait commence à 3’43).


Le livre dirigé par Michèle Guigue (2013)2 consacre une partie à ces dossiers scolaires, rédigée par Éric Lesur (Les dossiers, une mémoire administrative à charge). Le parallèle entre ce que l’on peut y lire et les propos du jeune précédemment cité est inévitable. Il est à noter que les pratiques sont très variables d’un établissement à l’autre, il n’existe pas de cadrage particulier pour ces dossiers, à part mention des absences, sanctions, bilans et évaluations. Chaque établissement y rajoute (ou non) ce qu’il veut. Les documents sont majoritairement issus des établissements eux-mêmes, et particulièrement des enseignants. Peu viennent des partenaires de l’école. Les destinataires sont essentiellement les familles et les établissements. Le contenu du dossier porte essentiellement sur le travail, les résultats et le comportement des élèves. La place des enseignants dans la conception de ces dossiers est largement prépondérante.

Voici quelques citations tirées de cette partie :

« Les dossiers sont un espace où les établissements engrangent des documents. Leur contenu et leur organisation correspondent à un point de vue monolithique. Ils concernent la norme scolaire : le travail et ses résultats, le comportement, la ponctualité et l’assiduité. Ils accumulent des « pièces à conviction » comme s’il fallait surtout attester de ce que ces jeunes perturbent l’institution. »

 

« Ces dossiers ne semblent pas conçus comme des outils de travail pédagogique ou de suivi permettant de piloter des pratiques de remédiation ou d’individualisation des parcours. Loin de montrer une dynamique ou une évolution, ils donnent une image à la fois figée et cumulative de ces situations. Ces dossiers présentent la façon dont ces jeunes s’adaptent, ou non, à la norme scolaire à travers les évaluations de leurs résultats scolaires et de leurs comportements ».

Pour y revenir dans la conclusion de l’ouvrage avec cette longue citation :

« Les dossiers scolaires, outil administratif majeur, ne peuvent prendre le relais [d’un travail en partenariat dissout]. Leur contenu se dégrade souvent au fil de leur cheminement. Ils montrent plutôt des établissements centrés sur eux-mêmes, compilant des documents, des pièces à conviction, qui attestent de leur travail, du respect des procédures, des infractions et des incidents qui entravent leur bonne marche. Ils s’avèrent donc plus préoccupés de l’institution elle-même, attentifs à sa survie, à celle des ses missions, à celles de ses modalités de fonctionnement et de ses professionnels. De plus, ils sont partiels : quasiment aucune trace des dispositifs dont ces jeunes ont pu bénéficier à un moment ou un autre de leur scolarité (…). Ce qui concerne les méandres des parcours de ces jeunes, ce qui a été entrepris avec eux, les résultats qui ont pu être constatés, est absent des dossiers. »

La conclusion interroge d’ailleurs fortement le discours tenu par ailleurs au Québec sur les alliances éducatives entre les différentes institutions partenaires de l’Éducation à des fins de lutte contre le décrochage scolaire et pour la persévérance scolaire. Ce qui est décrit dans le livre fait était de déchirements non seulement au sein de l’institution, mais aussi entre institutions différentes, et plus particulièrement lorsqu’il s’agit de se mettre en réseau avec le tissu local.

  1. Goémé, Philppe, Hugon, Marie-Anne & Taburet, Philppe (2012). Le décrochage scolaire : Des pistes pédagogiques pour agir. CRDP Académie de Paris. []
  2. Guige, Michèle (2013). Les déchirements des institutions éducatives. Paris: Editions L’Harmattan. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *