Le climat scolaire

« Le « climat scolaire » désigne la qualité des relations qui se nouent entre les acteurs d’une même expérience scolaire, essentiellement entre élèves ou entre élèves et adultes d’une même classe, d’un même établissement » Voici la description du climat scolaire proposée par Denis Meuret dans son ouvrage « Pour une école qui aime le monde »1. Cependant, il est difficile de donner une définition universelle et univoque du climat scolaire en effet, cette notion repose sur une appréciation subjective de chacun des membres de la communauté éducative.

Les travaux de l’OCDE2 montrent que la qualité du climat scolaire est la corrélation de plusieurs éléments :

  1. La qualité du bâtiment scolaire : Sa plus ou moins grande vétusté, sa propreté, la taille et la luminosité des classes, le système de chauffage, l’état des parties communes (murs, escaliers, toilettes, réfectoire…) ont tous une incidence sur le moral des enseignants et des élèves et donc sur le climat scolaire.

  2. Le climat relationnel : Ce climat fait référence à l’atmosphère qui règne dans les rapports entre les individus. C’est la dimension socio-affective des relations, la bonne entente interpersonnelle entre les différents acteurs. Des interactions sociales positives favorisent les apprentissages ainsi que le développement psycho-social. Cette dimension concerne les relations entre les élèves, entre les enseignants, entre les élèves et les enseignants mais aussi entre les enseignants et la direction (normes communes, état d’esprit général).

  3. L’engagement des enseignants, la dynamique d’équipe: C’est la stabilité, la cohésion des équipes, des enseignants qui sont motivés et qui ont la conviction qu’ils peuvent « faire la différence ».

  4. Le cadre et les règles : Il s’agit de l’importance d’un règlement intérieur clair, d’un établissement avec des règles explicites, explicitées et des normes communes.

  5. Les problèmes de violence, de harcèlement, de brimade et d’intimidation : Ces difficultés peuvent naître entre les élèves et entre les élèves et les enseignants. Plus ces difficultés sont importantes, plus le climat scolaire est dégradé.

  6. L’engagement des élèves/implication des élèves : L’absentéisme, le manque d’assiduité, de travail et de participation peuvent créer des établissements au climat scolaire dégradé.

Cet article est le premier d’une série, suivront des comptes-rendus de visite de différents établissements (MFR, lycée professionnel, collège…) permettant d’appréhender le climat scolaire, recueillir le point de vue des acteurs de la communauté éducative et tenter de répondre à différentes questions : Comment les élèves perçoivent-ils le climat scolaire de leur établissement ? Comment les professeurs se sentent-ils dans leur classe ? Élèves et enseignants se sentent-ils bien dans leur établissement ? Quelles stratégies le chef d’établissement utilise-il pour que les élèves et l’ensemble de son personnel se sentent bien dans ses locaux ? Quel est l’impact de la perception du climat scolaire sur les résultats scolaires, sur l’implication des élèves dans les apprentissages ?…

  1. Meuret, Denis. Pour une école qui aime le monde Presse Universitaire 2013 []
  2. OECD, Creating Effective Teaching and Learning Environment : First Results of TALIS 2009 []

3 réflexions au sujet de « Le climat scolaire »

  1. Puisque vous évoquez PISA, on peut rappeler que, selon PISA 2012, les élèves français se sentent davantage appartenir à leur établissement que ceux des autres pays (III. 2.3a). A l’inverse le climat de discipline est l’un des plus mauvais en France (IV.5.4) : la France se classe 58e sur 64 !

    1. Quand l’on considère la plupart des analyses de résultats de PISA, et notamment les publications mêmes du consortium PISA (http://www.oecd.org/pisa/keyfindings/PISA-2012-results-france.pdf ) il est dit que le sentiment d’appartenance à l’établissement, même s’il s’est légèrement amélioré, reste largement inférieur à celui de la moyenne des autre pays comparables.
      Ce qui semble relativement logique au regard d’autres considérations récurrentes sur notre système éducatif.

      1. Lisez bien les questions de l’enquête et observez les chiffres : vous constaterez que la méthodologie d’enquête de l’OCDE et donc ses conclusions sont quelque peu problématiques.

        La moyenne de la France pour le sentiment d’appartenance (81,5%) est identique à celle de l’Union Européenne (82%) mais ce chiffre moyen appelle quelques commentaires. Sur les neuf questions posées aux élèves, la France est au dessus – voire largement au dessus – de la moyenne de l’Union Européenne. Exemple avec la l’affirmation « Tout se passe très bien dans mon école » : France 80,4%, Union Européenne 61,1%.

        Pour une question seulement, les résultats de la France sont catastrophiques (47,4%), sans comparaison avec le reste du monde (81,2% pour l’ensemble du panel PISA), et font chuter la moyenne évoquée précédemment. Or ce résultat extraordinairement étonnant n’est due qu’à une grossière erreur de traduction, et ce depuis dix ans. En effet « School is a place where I feel like I belong » (« L’école est un lieu où je me sens à ma place ») devient en français « Je me sens chez moi à l’école »… ce qui n’est pas tout à fait la même chose, vous en conviendrez ! A la question inverse (« je me sens mal à l’aise, pas à ma place à l’école »), le résultat français est d’ailleurs dans la moyenne…

        Bref, si l’on corrige ce résultat, la France est bien l’un des pays où les élèves se sentent le mieux appartenir à leur école.

        L’OCDE serait quand même avisée de réfléchir aux résultats qu’elle obtient, surtout lorsqu’ils sont inconsistants.

        A noter que dans les dix pays obtenant les meilleures performances à PISA 2012, ce sentiment d’appartenance est en moyenne de 79,3%. L’école n’a pas besoin d’idéologie, mais de pragmatisme.

        http://www.laviemoderne.net/detox/65-petite-climatologie-scolaire
        http://www.laviemoderne.net/detox/26-la-souffrance-scolaire-mythe-utile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *