Savoirs et savoir-faire : quand l’Asie et l’Océanie (s’)interrogent

Supposons que nous partions des évaluations PISA 2012 :
–       « Shanghai est en tête du classement en mathématiques » […] ; viennent ensuite Singapour, Hong-Kong, Taipei, la Corée, Macao, le Japon, le Lichtenstein, la Suisse et les Pays-Bas ».
–       « Shanghai, Hong-Kong, Singapour, le japon et la Corée sont les plus performants en compréhension de l’écrit ». (OCDE, Principaux résultats de l’enquête PISA 2012)
Voilà, c’est dit, c’est plié, et certains en France ou ailleurs se prennent à rêver. Et si on réformait le système éducatif pour en faire un système à la coréenne (pourquoi la Corée du Sud ? sans doute parce que l’organisation politico-économique semble plus proche de nos systèmes ?).

Le journal Les Échos a publié, dans sa rubrique « finances-marchés » un article intitulé « Éducation : les clefs du miracle asiatique ».
Pour situer l’ampleur des réformes qui nous attendent, on peut lire en début d’article : « Chaque année, le jeudi de la deuxième semaine de novembre, la Corée du Sud ferme entre 13 h 05 et 13 h 45. Les avions n’ont plus l’autorisation de décoller ou d’atterrir. Le trafic automobile est interrompu sur plusieurs axes. Et les policiers coupent leurs sirènes. Quarante minutes sacrées. Le moment du test de compréhension orale d’anglais des 650.000 lycéens du pays, qui jouent leur destin sur cette seule journée d’examen d’entrée à l’université ».

Avant d’en arriver à la phase d’évaluation des apprentissages, comment faciliter l’acquisition des apprentissages ? Quelques lectures récentes relatives à des observations in situ, confirme le discours ambiant : tout indique qu’en Asie aussi l’efficacité repose sur des enseignants de qualité !

Rien de nouveau sans doute pour qui s’intéresse à la formation des enseignants : formation initiale de qualité (contenus à revoir, donc) ; certification basée aussi bien sur des savoirs disciplinaires que sur les compétences face aux élèves (concours, vous avez dit concours ?) ; implication des enseignants dans des projets de recherche (comment s’enrichir les uns les autres) ; tutorat des nouveaux enseignants par les pairs (à Shanghai, un enseignant a un coach pour la matière à enseigner et un autre pour la pédagogie) ; travail collaboratif entre enseignants, recherche commune de méthodes alternatives face aux élèves en difficulté, confrontations, observations d’autres cours.

Un Think Tank australien (Grattan Institute) a étudié la mise en place de programmes d’apprentissage professionnel, se déroulant sur environ 130 sessions de 45-55 minutes. Ces sessions comprennent : une dizaine de sessions portant sur le plan de développement individuel (objectifs personnels liés aux objectifs de l’école) ; une douzaine de sessions collectives par matière ou niveau d’enseignement ; 24 observations et confrontations de pratiques d’autres enseignants, des sessions de mentorat (surtout pendant les deux premières années d’exercice) ; une dizaine de sessions d’évaluation (déceler les points forts et les points faibles de sa pratique) ; une quarantaine d’heure consacrées à la participation à des groupes de recherche sur des problématiques éducatives.

Cette organisation du temps nécessite des aménagements dans l’emploi du temps et les méthodes de travail des enseignants, des changements pour les écoles, des investissements , qui seraient largement compensés en terme de qualité et d’efficacité.

Ressources:
– Jensen Ben (2014). Making time for great teaching. Melbourne : Grattan Institute.
– Jensen Ben (2012). Catching up :learning from the best school systems in East Asia. Melbourne : Grattan Institute.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *