L’enseignement agricole ici et ailleurs

Le succès du salon de l’agriculture, qui se déroule actuellement à Paris, a donné opportunément un coup de projecteur sur l’enseignement agricole. Le ministre de l’éducation et le ministre de l’agriculture, conjointement concernés par cet enseignement, ont salué les projets mis en œuvre dans les établissements agricoles, la pédagogie qui y est proposée, les liens entre monde professionnel et monde de l’éducation, l’ouverture sur l’environnement socio-économique et les bons résultats des élèves. Sans couverture médiatique particulière, l’enseignement agricole mérite sans doute le détour, en donnant quelques exemples de  « bonnes pratiques ».
Pour connaître le paysage des établissements publics de l’enseignement agricole, il convient de visiter le site éducagri.fr.  Les parcours de formation partent de la classe de 4ème (collège) et vont jusqu’au doctorat. La recherche pédagogique y est active à Dijon, Montpellier, Clermont-Ferrand, Toulouse, etc. (Agrosup,  Supagro, ENFA, Agro campus, etc.).

Coïncidence? Aujourd’hui aussi, l’Ofsted (Office for Standards in Education, Children’s Services and Skills), organisme anglais chargé de l’inspection des établissements scolaires, publie un communiqué de presse sur le bilan de plusieurs visites d’établissements d’enseignement agricole, qui, bien que devant encore s’améliorer, font preuve de « bonnes pratiques  » d’enseignement (projets, innovation)…

Y aurait-il du grain à moudre en allant collecter quelques semences  du côté de la formation des cadres de l’enseignement agricole, par exemple?


2 réflexions au sujet de « L’enseignement agricole ici et ailleurs »

  1. Bonjour,

    Votre contribution souligne, à juste titre, le caractère innovant (voire atypique) de l’enseignement agricole, véritable laboratoire d’idées sur le plan pédagogique.

    A ce titre, je me permets de vous faire part de mon travail de recherche, dans le cadre d’une Thèse de Doctorat de Géographie de l’environnement (Laboratoire GEODE UMR 5602 CNRS – Université de Toulouse II), sous la direction de Christine Vergnolle-Mainar (Maître de conférences HDR – laboratoire GEODE et ESPE Toulouse – Midi-Pyrénées).

    Je m’intéresse à l’ancrage territorial du lycée d’enseignement professionnel agricole en tant que support de pratiques motivantes d’apprentissage et d’appréhension de la complexité par l’action et l’approche pluridisciplinaire, ce qui constitue par ailleurs une entrée privilégiée dans la géographie et l’éducation au développement durable (EDD.

    Il s’avère que je suis parti du constat que l’ancrage territorial et les spécificités d’ordre pédagogique du lycée d’enseignement professionnel agricole peuvent constituer pour l’apprenant une entrée privilégiée et motivante dans les notions et concepts de la géographie, en m’appuyant sur la problématique suivante : comment la géographie contribue-t-elle à la construction du lien au territoire et favorise-t-elle l’accrochage chez l’élève de lycée professionnel agricole ?

    Ce travail de recherche tente d’apporter des réponses à un double questionnement d’ordre social et scientifique, pour mieux aborder l’interface nature-société où se situe la géographie.

    . En premier lieu, il s’agit d’exposer un questionnement professionnel d’enseignant qui renvoie à des attentes sociales auxquelles il s’agit de répondre : renouvellement des pratiques pédagogiques mises en oeuvre dans l’enseignement de la géographie en lycée professionnel agricole, évolution du regard qui porte sur les territoires ruraux (d’où une incidence sur les enseignements), introduction de l’éducation au développement durable. A ce titre, nous soulignerons les spécificités de l’enseignement agricole, qui constitue de longue date un champ d’expérimentation de pratiques pédagogiques actives dans le domaine de l’éducation à l’environnement et du développement durable (cf. travaux du CEP de Florac ou de l’ENFA), ainsi que de l’animation des territoires.

    . Dans un second temps, nous mettons en perspective les enjeux scientifiques inhérents à ces pratiques dans le champ des recherches en didactique et en éducation au développement durable, en insistant sur la reconfiguration des disciplines (et en particulier la géographie) dans un contexte de trans/inter/pluridisciplinarité. Nous exposerons un questionnement d’ordre didactique, relatif aux cadres notionnels et conceptuels (ex : territoires, territorialisation, territorialité, etc..) ainsi qu’aux modes de raisonnement mobilisés par la discipline géographique scolaire en vue de l’éducation à l’environnement et au développement durable. Nous nous demanderons, en particulier, quelles sont, dans l’enseignement professionnel agricole et ses spécificités de formation par modules généraux et professionnels, les convergences possibles entre la géographie, l’histoire et les autres disciplines entrant dans l’éducation au développement durable. A ce titre, comment la géographie scolaire permet-elle la prise en compte de thématiques transversales (environnement, paysage, développement local…) et d’objectifs transdisciplinaires (éducation au développement durable, études de territoire…) ?

    De manière plus spécifique au module d’enseignement professionnel MP2 « Contexte des activités de service », nous nous interrogeons quant aux modalités d’adaptation de la formation au territoire d’ancrage de l’établissement, en amenant l’apprenant à caractériser le contexte socioprofessionnel et territorial des activités de service, tout en distinguant les dynamiques des territoires ruraux et les enjeux du développement durable. Dès lors, il s’agira d’élaborer une méthode d’analyse et des outils d’animation permettant à l’apprenant d’identifier et d’intégrer les évolutions de l’environnement sur son propre territoire (cf. travaux d’Eduter – CNPR), par la mise en oeuvre d’une pédagogie de la découverte qui s’appuie sur le concept de « territoire » qui sera illustré par le Pays tolosan, dans le cadre d’une démarche partenariale d’expérimentation.

    Le cadre disciplinaire de la recherche et la méthodologie mise en œuvre s’inscrivent dans l’axe de recherche n°3 du laboratoire GEODE : Education au développement durable (E.D.D.). Construction des savoirs scolaires en géographie (axe transversal). Dans ce contexte, l’objectif poursuivi vise à questionner l’articulation entre les savoirs scientifiques et le développement de compétences transversales mobilisables dans le cadre d’actions d’éducation au développement durable en domaine scolaire.
    Notre travail, entre recherche fondamentale et recherche-action, nous conduira à collecter des données institutionnelles d’ordre épistémologique et didactique, ainsi que de éléments issus des pratiques pédagogiques. Il s’agira d’expérimenter des méthodes d’analyse et des outils d’animation de territoires qui seront ensuite évalués.

    Cordialement.

    Patrice CASTEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *