Les téléchargements comme traces d’impact des recherches

Évaluera-t-on un jour les productions scientifiques en éducation en fonction de leur écho sur Internet ou du nombre de téléchargements des publications qui en sont issues ? La question apparaît aujourd’hui incongrue, mais demain ?

Le magazine Research Trends, qui émane de l’éditeur Elsevier, vient en effet de publier un article concernant l’utilisation du nombre de téléchargement d’articles comme indicateur alternatif (à la bibliométrie traditionnelle) de l’impact de la recherche et de l’échange de connaissances entre secteur privé et secteur universitaire (consultable en ligne). Il s’agit, dans cette étude, d’un focus sur  un rapport commandé par le ministère britannique concernant la performance de la recherche du Royaume Uni à l’aune d’un certain nombre de comparaisons internationales.

Au delà du cas d’espèce, assez éloigné de nos préoccupations, il est intéressant de constater la multiplication des études exploratoires visant, d’une part, à identifier des indicateurs d’impact social des recherches et, d’autre part, à mieux prendre en compte les traces multiples laissées par la circulation des productions scientifiques sur Internet. La recherche académique la plus « classique » est au centre de ces réflexions : il ne faut pas se cacher le fait que bien des gouvernements sont régulièrement à la recherche de moyens permettant de justifier des réduction ou des réorientations de crédits dans un contexte financier tendu.

Mais cela interpelle aussi la recherche dans des secteurs, comme l’éducation, dont une grande part de la légitimité provient de la contribution qu’ils sont censés apporter à l’amélioration des pratiques qu’ils étudient. On peut souhaiter qu’on n’invente pas d’indicateur chiffré de l’impact d’une recherche en éducation, artefact inévitablement monstrueux de tous points de vue. En la matière, on sait qu’un séminaire ou une formation qui rassemble les experts les plus pertinents sur une question, ou qu’un chercheur convaincant qui réussit à partager la table d’un futur ministre, sont deux façons parmi beaucoup d’autres d’impacter les pratiques et les politiques, dont on voit mal comment elles pourraient être objectivées dans quelque tableau de bord !

Ceci étant rappelé, dans la suite de nos réflexions sur les sciences en éducation et sur le passage de la recherche aux pratiques, on peut se demander dans quelle mesure il sera un jour possible d’identifier la circulation des concepts, des idées et des résultats de la recherche en recensant les traces laissées par les productions sur les différents supports que sont les plate-formes scientifiques, les portails éducatifs ou académiques, les blogs, les réseaux sociaux, etc.

Il est de ce point de vue amusant de jeter un oeil aux indicateurs de téléchargement de nos dossiers de veille sur les pages hébergés par notre site institutionnel, telles que les restituent les statistiques réalisées par l’outil bien connu AWStats. Même si l’on ne sait rien ou pas grand chose de la lecture qui en est faite (ou non), le téléchargement d’un fichier PDF d’une vingtaine de pages n’est pas un acte totalement anodin.

Sur la période qui correspond presque aux deux premiers mois de l’année 2014, on constate par exemple que le dossier sur les neurosciences et l’éducation est encore téléchargé plus de 8000 fois alors qu’il était déjà le dossier le plus consulté en 2013, dépassant au total les 30000 téléchargements !  Ici, le sujet, scientifiquement mais aussi politiquement assez « chaud » suscite visiblement un intérêt qui dépasse largement le cercle habituel de nos lecteurs.

Derrière, on trouve le dossier sur la façon dont la recherche fait ses preuves en éducation (9500 téléchargements) publié en janvier 2014, le dossier  sur le lycée, à la croisée de tous les parcours, sorti juste avant le début des congés scolaires de Noël 2013 (3300 téléchargements) ou un plus vieux dossier sur les effets de l’éducation familiale toujours très consulté plus de deux ans après sa publication (5300).

En étant conscients des limites inhérentes à ce genre d’outils, les chiffres donnent des indications sur la circulation de nos dossiers, sur la popularité relative de certains thèmes et sur l’étendue de la diffusion qu’on peut présumer de la diffusion de ces dossiers, sans forcément prétendre en inférer des indicateurs de qualité du travail réalisé.

Constater  qu’un dossier sur la décentralisation dans l’éducation est largement moins téléchargé qu’un dossier sur les compétences ne dit pas grand chose sur la qualité relative du dossier rédigé, mais beaucoup sur la différence de populations intéressées par la thématique : on peut par exemple imaginer qu’il y a plus d’enseignants concernés par l’enseignement par compétences, que d’éducateurs disposés à lire 23 pages sur les relations entre l’éducation et les collectivités locales !

Il serait intéressant de recouper ces chiffres avec d’autres sites qui s’adressent prioritairement aux professionnels de l’éducation, dont il faut rappeler qu’ils sont plus d’un million en France, rien que dans le périmètre de l’éducation nationale (nombre officiel de personnels du ministère), ce qui incite à la modestie…

Annexe : quelques statistiques sur l’année civile 2013

Numéro Mois de publication Titre Téléchargements
 86  sept.2013  Neurosciences et éducation : la guerre des cerveaux  23 267
 79 nov. 2012  Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0
14 967
 84  mai 2013  Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs 13 414
 63  juin 2011  Les effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire  13 163
 82 févr. 2013  Des projets pour mieux apprendre ? 12 533
 76  juin 2012  Le défi de l’évaluation des compétences 7 351
 81  janv. 2013  Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs  6 489
 83  avr. 2013  Décentralisation et politique éducative  6 297
 68  nov. 2011  Regards d’aujourd’hui sur l’enfance  5 561

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *