Quelle(s) science(s) pour améliorer l’éducation ?

Peut-on sortir de l’opinion sur l’éducation pour entrer dans le champ du savoir et à quelles conditions ? Nous avons tenté de répondre à cette interpellation formulée par Bernard Charlot, en publiant le Dossier de veille de l’IFÉ de janvier 2014 « Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation« .

Mal considérées et souvent conspuées, les sciences de l’éducation sont en effet souvent sommées de faire leurs preuves, comme ces « mauvais » élèves dont on doute qu’ils ont « le niveau ».

On leur demande de faire la preuve de leur noblesse académique, comme s’il y avait toujours un doute sur leur légitimité scientifique. On leur demande aussi de faire la preuve de leur pertinence pour les pratiques éducatives, comme s’il y avait toujours un doute sur leur utilité. Bref, qu’elles soient trop du côté du terrain, accusées d’être militantes, ou au contraire trop du côté du laboratoire universitaire, accusées d’être coupées des réalités, elles ne sont jamais à la bonne place !

Dans le même temps, on cherche du côté de sciences expérimentales, qui correspondent mieux aux stéréotypes que l’on peut avoir de la recherche « vraiment » scientifique, des réponses pour l’éducation. Surtout, on demande aux recherches d’identifier enfin des techniques efficaces, des pratiques qui marchent, histoire de remonter au plus vite dans le classement PISA.

Il existe en effet un ensemble de discours au niveau international arguant de la nécessité d’asseoir tant les pratiques que les politiques éducatives sur les résultats de recherches. Ces discours, qui forment une quasi-doctrine, sont souvent rassemblés sous l’étiquette evidence-based education.

De quoi s’agit-il ? Quels sont les principaux arguments des contempteurs comme des zélateurs de cette doctrine ? Au delà, quelles sont les conditions envisageables pour une approche scientifique de l’éducation ? Quels sont les liens souhaitables ou nécessaires entre les recherches, les pratiques et les politiques éducatives ?

Voilà quelques unes des questions auxquelles nous nous efforçons d’apporter des pistes de réponses en mobilisant la littérature française et internationale sur la question.

Pour compléter le Dossier de veille  :

 –  retrouvez les références bibliographiques utilisées dans ce Dossier de veille de l’IFÉ ainsi que de nombreuses autres sur le même thème dans notre base bibliographique collaborative Wikindx avec le mot-clé « utilisation des recherches« . 

– consultez les sites et ressources spécialisés sur cette thématique :


3 réflexions au sujet de « Quelle(s) science(s) pour améliorer l’éducation ? »

  1. Il me semble que la question est moins celle de la Revue française de pédagoqie, qui est en effet devenue une revue de recherche, que celle de l’articulation entre milieu de la recherche et praticiens. Il existait (existe ?) une excellente revue qui pourrait réaliser cette articulation et constituer trait d’union entre la recherche et les praticiens, « Recherche et formation ». Las, elle en déshérence faute de moyens, notamment financiers et aussi, de réelle volonté politique au niveau national de construire une véritable politique de recherche en éducation, se retranchant très opportunément sur l’autonomie des établissements suite aux différentes lois sur l’enseignement supérieur (et les conséquences parlent pour elles…).
    La question sous-jacente est celle d’une structure nationale (publique) de recherche en éducation et formation. La liquidation et la découpe de l’INRP (le Musée national de l’Éducation qui était son « noyau historique » a été cédé au CNDP) et dont l’IFE est présenté comme la continuation ne saurait en tenir lieu, étant donné la diminution quand même drastique de son périmètre et de ses moyens. Il ne paraît pas que la situation des enseignants des personnels associés (détachés), enseignants et personnels d’encadrement des 1er et 2nd degrés, ni la prodigalité très mesurée, ni les focalisations sur un nombre assez restreint de questions ou de thématiques (pour ne rien dire du numérique – véritable pierre philosophale de l’éducation pour le XXIe siècle) de la part la tutelle (MEN), il ne parait pas donc, que toues ces éléments soient des facteurs aidants à réparer cette scission justement évoquée dans le message de J. Delacour. En définitive, c’est souvent parce qu’il y a des solutions qu’il y a des problèmes…

  2. Cher Monsieur,

    Je vous remercie de votre contribution.

    Je ne me prononcerai pas sur le fond, l’apprentissage de la lecture, n’étant pas spécialiste en la matière. Les personnes intéressées pourront aller consulter votre site avec profit.

    Concernant la RFP, et voyant que vous avez été contributeur de la revue Perspectives documentaires en éducation, je comprends que vous nous interpelliez gentiment car l’IFÉ a repris le rôle à l’INRP le rôle de maison d’édition de la Revue française de Pédagogie (et j’ai personnellement été en outre coordinateur des notes critiques de la RFP pendant deux ou trois ans).

    Néanmoins, il faut savoir que le comité de rédaction de la RFP est autonome de l’IFÉ et définit actuellement sa politique scientifique et rédactionnelle de façon totalement indépendante. Si la RFP a, lors de ses débuts, été plus tournée vers le système éducatif, c’est plutôt aujourd’hui une revue de recherche « classique », et largement reconnue dans le milieu, plus interne au monde de la recherche contrairement à des publications comme les Cahiers pédagogiques par exemple.

    Sur cette question et sur des thèmes proches de mon dossier, je vous renvoie notamment au numéro 135 de la RFP paru en 2001 (aujourd’hui entièrement consultable en ligne sur Persée), numéro dont j’aurais pu citer plusieurs articles dans mon dossier (lire notamment l’article d’A. Robert sur la revue au miroir de ses acteurs).

    Bien cordialement.

  3. Durant toute ma carrière d’enseignant du primaire je n’ai guère eu de contacts réels avec la recherche en éducation.
    Abonné à la Revue Française de Pédagogie, je n’y ai pas trouvé matière à trop me poser de questions. Ce qui explique peut-être l’absence de crédibilité de la recherche.
    Par ailleurs j’ai essayé de me faire entendre sur l’apprentissage de la lecture, sans aucun écho positif. Des encouragements certes mais aucune prise en charge par la recherche. Pourtant les succès attestés auraient dû faire tendre l’oreille : un chercheur se devrait d’être interrogé par la base. Or, cela n’a pas été le cas.
    Et si la recherche scientifique continue à aligner les contre-vérités, elle n’est pas prête d’être écoutée. Ainsi, sur le problème de la lecture, on peut encore lire que 85% des lettres ou groupe de lettres se décodent normalement, que « grau » est un non-mot (Chez S.Dehaene), que « b » se lit toujours /b/ (ONL) que le décodage est la sécurité… Autant d’affirmations fausses qui n’ont rien de scientifiques.
    Continuer à ne pas reconnaître que c’est par le codage qu’il faut commencer pour apprendre à lire est la négation d’une découverte essentielle : l’écriture. La lecture est une conséquence de l’écriture et pas l’inverse.
    Quand donc un chercheur travaillera avec une équipe d’enseignants pour vérifier que le codage permet le décodage et assure la lecture dans la foulée ?
    A 76 ans, je ne désarme pas mais je désespère d’être entendu.
    J’ai essayé d’envoyer des articles à RFP mais le niveau de la revue (?) m’a interdit d’être retenu. Comment un instituteur viendrait écrire dans la cour des grands ?
    Vous comprendrez donc mon agacement et celui de mes collègues quand la recherche pédagogique s’éloigne trop des classes. Il nous faudrait établir des techniciens de l’éducation, passerelles entre les chercheurs et les praticiens, sinon le courant ne passera jamais. Et ce ne sont pas les Inspecteurs débordés par l’administratif qui peuvent remplir cette fonction…
    Je suis partant pour écrire sur RFP si on m’y autorise !
    J.Delacour
    Directeur d’école honoraire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *