Scoop.it : présentation d'un outil de curation

5 décembre 2013
Par

J'ai participé à une visio-conférence organisée par l'équipe de Scoop.it pour présenter leur plateforme de curation de contenu. Nous sommes plusieurs au service Veille & Analyses à utiliser cette plateforme dans le cadre de notre veille en éducation. Scoop.it est née en France, à Toulouse. L'équipe s'est depuis agrandie avec une antenne aux États-Unis. L'implantation outre-Atlantique semble nécessaire pour que le service rendu par cette plateforme devienne pérenne.

Mathilde Lepetit, qui présentait cette visio-conférence, a introduit le concept de curation de contenu. Le web 2.0 (web social) se veut participatif. Il en résulte beaucoup de bruit. Savoir qui écouter et comment se faire entendre dans ce brouhaha perpétuel rend essentiel pour les différentes entités (entreprises, organismes, associations, etc.) le rôle d'un nouvel acteur : le curateur, qui repère l'information, l'enrichit (la commente, l'éditorialise) et la partage.

Je laisse de côté les spécificités du discours propre au monde de l'entreprise qui s'intéresse à la connaissance du marché, à la stratégie d'entreprise, à la relation client ou encore à la réputation d'une marque. Mais la gestion de la e-réputation concerne aussi d'autres acteurs. Le monde de l'éducation n'en est pas exempt.

Pour rappel, Scoop.it est organisée en "Topics" : c'est-à-dire que l'information est publiée en fonction de thèmes choisis par l'utilisateur. Cela permet de davantage cibler le contenu suivi ou publié (notamment par rapport à Twitter où l'on suit des individus qui peuvent twitter sur plusieurs thématiques).

Fonctions de Scoop.it

  • Capture d'écran 2013-12-05 11.20.08

    Sélection de l'information : pour trouver de l'information, il est possible d'utiliser le moteur de recherche interne à Scoop.it, qui fonctionne en lien avec Google. On peut aussi utiliser un bookmarklet qui permet de publier du contenu directement depuis la page web visitée. Une troisième solution consiste à entrer "à la main" un article directement sur la plateforme (bouton "New scoop")

  • Édition du contenu : une fois le contenu sélectionné, il est possible de modifier tous les champs : le titre, l'image, le résumé (souvent le début de l'article). On peut aussi ajouter ses propres commentaires (section "Insights"). Cette dernière partie amène de la valeur ajoutée au signalement. Il est conseillé de la compléter avec soin. Des mots clés peuvent aussi être attribués aux articles publiés permettant une indexation plus fine.
  • Partage sur les réseaux : la plateforme dialogue avec d'autres outils de réseau social, ce qui permet de publier en même temps sur Facebook, Twitter, Linkedin et d'autres encore. A l'instar de Hootsuite, Scoop.it peut être utilisé comme outil de publication sur divers réseaux.

Une communauté aussi

Avec son moteur de recherche intégré, on trouve au hasard des requêtes d'autres topics relatifs à notre domaine de veille. Il est alors possible de s'abonner (follow) à ces thématiques pour enrichir sa propre veille. Le partage est facilité, tout en ayant la possiblité d'enrichir ce contenu, en le commentant, l'indexant, etc.

Les topics peuvent aussi faire l'objet de recommandations dans la communauté. De même, on a la possibilité de faire des recommandations de contenus à des topics que l'on suit, sans pour autant diffuser l'information dans un de ses topics.

Limites

Scoop.it a réussi à se faire une place certaine sur le web, l'utilité de la plateforme est reconnue par les curateurs. D'autres outils existent, chacun avec leurs spécificités, leurs atouts et leurs inconvénients. Je pense à des outils comme Pearltree, Paper.li, ou encore à Tadaweb (lire article sur Eduveille), même s'ils ne chassent pas sur les mêmes territoires.

Une offre gratuite existe, avec quelques fonctionnalités de base. Si l'on souhaite avoir plus de possiblités (personnalisation, nom de domaine, curation d'équipe, newsletters plus nombreuses, intégration à un site web, etc.), il faudra passer à une offre business ou entreprises. Les tarifs sont élevés pour un particulier ou pour un établissement scolaire ou universitaire.

La question de la pérennité des données se pose aussi : je n'ai pas trouvé comment sauvegarder le contenu publié sur la plateforme. A moins de tout publier automatiquement sur un blog WordPress par défaut.

Le dialogue avec les autres plateformes est aussi aléatoire. Il suffit que l'un des outils change sa politique dans les autorisations liées à l'utilisation de l'API pour que ce qu'il était possible de faire hier ne le soit plus demain. Cette limite concerne tous les outils du web 2.0.

Quelques topics liés à l'IFE

Si l'outil vous semble intéressant pour votre pratique professionnelle, et que le monde de l'éducation fasse partie de vos préoccupations, voici quelques topics que vous pouvez suivre :

Pour aller plus loin

Pour plus de détails sur Scoop.it, vous pouvez lire l'article conseils pour optimiser vos topics sur le site Veille-digitale et regarder la présentation de Scoop.it par Marc Rougier dont la vidéo est reproduite ci-dessous.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Boîte à outils, Vue sur les TICE

Les commentaires sont fermés.