Neurosciences et éducation : peut-on les marier ?

Capture d’écran 2013-09-16 à 09.37.34Inspiré du titre d’un article de Francis Schrag (professeur en philosophie de l’éducation) paru en 2013, la question du mariage entre neurosciences et éducation est au cœur des débats que suscite l’éventuelle application des résultats neuroscientifiques dans la salle de classe. Neurosciences de l’éducation, esprit, cerveau et éducation ou encore neuro-éducation, le vocabulaire ne manque pas pour désigner cette « jeune science », dont l’objectif est de mieux faire connaître le cerveau et les processus cognitifs qui lui sont attachés. La fascination qu’exercent les images du cerveau, les animations 3D ou toutes approches déclarées « brain-based » (basée sur ce que l’on sait, ou croit savoir, du fonctionnement cérébral) engendrent malheureusement de nombreux malentendus. Cette « neurophilie » a pour origine l’attraction du public pour toute information contenant des éléments neuroscientifiques, ce qui entraîne parfois de mauvaises interprétations des résultats de recherche, appelées ici neuromythes.

Au coeur de domaines très divers comme la biologie, la psychologie, la médecine, l’informatique, la sociologie ou la philosophie, les études sur le cerveau apportent des éléments de réponse aux mécanismes de construction des connaissances par les élèves, des pistes de recherche sur l’origine de certains troubles de l’apprentissage et permettent d’envisager les enjeux liés à la petite enfance sous un nouvel angle.

Mais quels sont ses véritables apports au monde éducatif ? Peut-on demander aux neurosciences de déterminer des méthodes efficaces d’enseignement ? Comment et dans quelles conditions peut-on expérimenter ces théories sur un public d’enfants et quelles sont les limitations des techniques de neuro-imagerie dans le contexte d’une salle de classe ? La connaissance anatomique du cerveau suffit-elle à expliquer les processus mentaux liés à l’apprentissage ? C’est à ces questions que tente de répondre le Dossier d’actualité  Veille & Analyses de l’IFÉ, n° 86 (septembre 2013), dans lequel nous présentons un aperçu des travaux de recherche sur la place du cerveau à l’école.

 

Gaussel Marie & Reverdy Catherine (2013). Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux. Dossier d’actualité Veille et Analyses IFÉ, n° 86, septembre. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=86&lang=fr

 

Cette présentation est celle du Dossier d’actualité Veille & Analyses IFÉ n° 86 (septembre 2013) : « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux ». Vous y trouverez la liste des articles de blog associés à ce dossier et les références correspondantes regroupées dans notre bibliographie collaborative qui comprend les références complètes et les accès éventuels aux articles cités (libres ou payants selon les abonnements électroniques de votre institution). Ce dossier, légèrement différent de sa forme habituelle, contient également des renvois vers des articles de blog qui nous ont permis d’approfondir des aspects techniques ou biologiques et d’illustrer nos propos :

Un peu de neurologie pour mieux comprendre

Les techniques d’imagerie cérébrale

Les cellules gliales : indispensables à la survie et au fonctionnement des neurones

L’intelligence artificielle

Nos multiples mémoires

Le point de vue de l’Inspection générale sur deux expérimentations en lecture

La guerre des sciences

Le social vu par les neurosciences cognitives

Débat autour de la dyslexie et du concept de « norme biologique de la lecture »

Le cerveau de l’adolescent

Les neuromythes


2 réflexions au sujet de « Neurosciences et éducation : peut-on les marier ? »

  1. Bonjour,
    Sans savoir de quoi cela retournait, j’ai eu la surprise de voir des élèves scolairement « faibles » se dynamiser et combler leurs lacunes dans le cadre d’ateliers « mathématiques et jeux de société ». Nous étions au début des années 80. J’ai choisi d’essayer de comprendre ce qui se jouait là (sans jeu de mots!) et j’ai monté une ludothèque en m’éloignant de l’E.N.. Aujourd’hui formatrice et animatrice sur ce seul thème, je vais être intégrée à la mise en vie de la réforme des rythmes scolaires, en associant parents, élus, personnel municipal et enseignants. Un « diagnostic qualité » est en cours d’étude et il me paraît y avoir dans la complémentarité enseignement/neurosciences, une véritable révolution culturelle dont il faut encore affiner le contenu

  2. Mesdames,
    Ce dossier me paraît excellent !

    A-Par la forme
    (1)-lisibilité : bulles, encarts, « à suivre », etc.
    (2)-intelligibilité : les sous-titres sont forgés pour annoncer (de façon évidemment résumée) l’essentiel du message, constituant ainsi ce que Ausubel (1963) appelle des « structurants préalables » (advance organizers)

    B- par le fond :
    (1) la variété des « questions-débats  » abordées et le choix de celles-ci
    (2) par l’engagement (la prise de position personnelle des auteures dans plusieurs controverses)
    (3) la large présence d’auteurs francophones (même si, c’est inévitable -et souhaitable-, ils publient aussi en anglais. Cela conforte l’idée que la science ne se fait pas qu’aux Etats Unis, que la francophonie (mais aussi d’autres cultures, hispanophone par exemple) peuvent non seulement produire des recherches de « vérification » mais peuvent enfanter d’idées originales orientant puissamment des courants entiers de recherche. Il faut rappeler au monde entier les rôles séminaux de Pasteur, Piaget, Levy-Strauss, Marie Curie, Anne-Nelly Perret-Clermont,etc.
    (4) la mise en évidence de deux problèmes liés dont souffre la recherche en éducation :
    (4a) les problèmes sont très complexes, et, par comparaison à la mesure des effets (Evidence based) d’un médicament, en éducation, c’est un peu comme si l’effet placébo (variables de contexte, de motivation, de différences interpersonnelles et intergroupes) était beaucoup plus puisant que le médicament lui-même (la méthode de formation dont on veut étudier les effets)
    (4b) du 4a il découle que des avancées sur la compréhension des phénomènes d’apprentissages (je préfère le pluriel)se produisent dans des domaines scientifiques très variés : non seulement la psychologie, la sociologie, la pédagogie, les neurosciences…et même les statistiques (trop long à expliquer ici). En conséquence il est difficile pour UN chercheur d’être au courant de tout. ce que vous expliquez bien à propos d’une phrase de Stanislas Dehaene renvoyant à l’histoire de la pédagogie (et à Rousseau). André Gide disait « Tout a été dit, mais comme personne n’écoute, il faut répéter sans cesse. « . Je prolongerais par « et faire des SYNTHESES aussi brillantes que celles de Mesdames Gaussel et Reverdy qui extraient d’une nébuleuse (galactique) de publications l’essentiel et l’exposent (en citant les sources !) de façon lumineuse. Car loin de moi l’idée d’accuser les chercheurs : qui peut faire SEUL le tour de tous les problèmes, de toutes les avancées ? A moins d’avoir une très longue vie. Ainsi, quel est le taux de pédagogues (d’enseignants) qui peuvent donner du mot INFORMATION une définition féconde pour la compréhension de la cognition humaine ? Et pourtant Claude Shannon (1949 a donné une telle définition, mais dans un ouvrage (avec Weaver) statistique (Theory of communication) dont on n’a gardé que les concepts (évidents par leur simplicité ) de « émetteur », « récepteur », « canal », « bruit » ! Il a même proposé une unité d’information (comme il y a le volt, l’ampère, l’ohm, etc.). Chi lo sa ?

    C) -par la philosophie sous jacente à l’article. Que ce dossier soit gratuit est, pour les tenants comme moi du libre accès (Open Access), important. Je suis scandalisé par le fait que dans la plupart des revues scientifiques, pour qu’un lecteur obtienne un article, il doit payer un abonnement au prix exorbitant ou des coûts allant jusqu’à 50 euros par article, et l’auteur, s’il veut que son article soit en Libre accès, doit payer jusqu’à 1500 euros. Alors que les réviseurs d’articles (je suis mal payé pour le savoir) travaillent sans rémunération).

    Encore merci pour tout cela.
    Désolé pour la longueur : « je n’ai pas eu le temps d’être bref » (Sacha Guitry)

    Dieudonné Leclercq
    Professeur émérite en Sciences de l’Education de l’Université de Liège
    Professeur invité (depuis 30 ans) à l’Université de Paris 13 (Faculté de Médecine)
    Publications (accès libre) : http://orbi.ulg.ac.be/Leclercq D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *