Le cerveau de l’adolescent

16 septembre 2013
Par

L’immaturité du cerveau adolescent (entre 10 et 20 ans d’âge) et en particulier du cortex préfrontal est révélée par l’imagerie cérébrale et explique en partie l’instabilité de leurs comportements. Jusqu’à 20 ans, le cerveau continue à fabriquer de la myéline et les substances blanches et grises subissent d’importantes modifications. La non-maturité des capacités décisionnelles chez l’adolescent devrait être prise en compte pour l’organisation des enseignements et de l’orientation. Lors de l’adolescence, le cerveau subit de nombreuses transformations qui affectent les émotions pour les apprentissages mais qui touchent aussi leur développement social. La très grande quantité d’hormones dans le cerveau influence directement la production de sérotonine (neurotransmetteur régulant l’humeur), ce qui peut expliquer l'instabilité des comportements à cette période (CERI, 2007), ou la raison pour laquelle le cerveau adolescent ne peut effectuer le même type de tâches que le cerveau adulte (ou du moins avec la même efficacité), surtout lorsqu'elles sont combinées avec certains comportements comme l’attention, la planification, le multitâches, l’inhibition de certains comportements ou la socialisation.

 

Cet article de blog est un développement du Dossier d'actualité Veille & Analyses IFÉ n° 86 (septembre 2013) : « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux ». Vous trouverez la liste des articles de blog associés à ce Dossier sur la page de présentation et les références correspondantes regroupées dans notre bibliographie collaborative qui comprend les références complètes et les accès éventuels aux articles cités (libres ou payants selon les abonnements électroniques de votre institution).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : En débat, Nos dossiers

Un commentaire pour “ Le cerveau de l’adolescent ”

  1. devoir informatique pratique bac le 17 septembre 2013 à 11:29

    Article très pertinent comme tous les autres d’ailleurs, je vous en remercie.


Carnets de recherche