Nos multiples mémoires

Pour Francis Eustache, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), la mémoire est formée de cinq systèmes : une mémoire à court terme ou de travail, une mémoire à long terme plus complexe comprenant une mémoire procédurale (mémoire des automatismes), une mémoire perceptive (qui identifie des stimulus), une mémoire sémantique (mémoire des connaissances générales sur le monde au sens large, sur les concepts), une mémoire épisodique (la plus sophistiquée, la mémoire des souvenirs). Ces mémoires travaillent en interaction et non pas de façon isolée, elles ne sont pas figées car elles se modifient au fil du temps et des expériences. Ce vaste réseau permet de créer l’information en transformant des souvenirs en éléments sémantiques.

Le concept de mémoire de travail est défini par Eustache et Desgranges (2010) comme « un système mnésique responsable du traitement et du maintien temporaire des informations nécessaires à la réalisation d’activités aussi diverses que la compréhension, l’apprentissage et le raisonnement. Ce modèle postule l’existence de deux sous-systèmes satellites de stockage (la boucle phonologique et le calepin visio-spatial) coordonnés et supervisés par une composante attentionnelle, l’administrateur central ». La mémoire de travail recouvre aujourd’hui le concept de mémoire à court terme car elle ne se contente pas d’être une voie de passage temporaire des informations sensorielles vers la mémoire à long terme, elle est également un espace de travail entre l’environnement et la mémoire à long terme. À cet espace s’ajoute un troisième système de stockage, le « buffer » épisodique, un tampon qui traite et oriente les informations multimodales provenant de différentes sources.

Nous tentons ci dessous de représenter ces systèmes de mémoire.

 

mémoire long terme

 

mémoire court terme

 

 

Cet article de blog est un développement du Dossier d’actualité Veille & Analyses IFÉ n° 86 (septembre 2013) : « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux ». Vous trouverez la liste des articles de blog associés à ce Dossier sur la page de présentation et les références correspondantes regroupées dans notre bibliographie collaborative qui comprend les références complètes et les accès éventuels aux articles cités (libres ou payants selon les abonnements électroniques de votre institution).


4 réflexions au sujet de « Nos multiples mémoires »

  1. Bonjour, je suis ravie de lire ces données sur les différentes mémoires. J’ai suivi un Diplôme Universitaire en Neuro psychologie educative et pédagogique et la lecture de votre article m’a permise de comprendre les différentes mémoires. Serait il possible de m’envoyer vos schémas sur la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. Ils n’apparaissent pas sur ce blog.

    Avec tous mes remerciements pour tout le travail fourni.
    Elisabeth Ducreux-Accary

  2. Dans cet article, je m’interroge sur la vraisemblance du contenu de la présentation du système de la mémoire à court terme. Au niveau de l’administrateur central, n’y aurait-il pas une inversion dans la présentation entre la bouche phonologique et le calepin visuo-spatial? Ainsi dans le schéma présenté, la boucle phonologique a un encodage vers la mémoire visio-spatiale et le calepin visuo-spatial vers le langage. Ne serait-ce pas le contraire? Pourriez-vous m’enlever ce doute?
    Bien cordialement

    1. Bonjour, merci pour votre vigilance. En effet, il y a eu inversement des cadres lors de la conception du schéma. Je viens de corriger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *