Note de lecture : chercher le social en chacun de nous

widget

Le dernier ouvrage de Bernard Lahire (Dans les plis singuliers du social) se veut accessible au plus grand nombre puisqu’il l’a rédigé pour défendre ses travaux et ses théories, en réponse à des attaques ou interrogations soulevées lors de sa carrière. L’ouvrage se décline en quatre chapitres, « De l’individu libre et autonome : retour sur un mythe contemporain » ; « Individu et sociologie » ; « La fabrication sociale des individus : cadres, modalités, temps et effets de socialisation » et « Le cerveau disposé ». Ce dernier chapitre apporte de l’eau au moulin des relations grippées entre psychologie cognitive, neurosciences et sociologie.

Mais laissons ces considérations pour l’instant et parcourons d’abord les cheminements de pensée présentés dans les trois premiers chapitres. Proposant en premier lieu un panorama de la notion d’individualisme et de son essor récent, Lahire nous donne des exemples d’utilisation de ce terme, qui depuis quelques années s’impose en sociologie (et est donc de moins en moins interrogé), dans les travaux portant par exemple sur la jeunesse, sur l’école ou sur le déclin de l’institution (titre d’un ouvrage de François Dubet). Il y est souvent question d’autonomie et de liberté de chaque individu, enclin à devenir un être totalement original, se distinguant des autres individus en répondant à sa personnalité profonde.

Cherchant les théories sous-tendant ces affirmations nombreuses, Bernard Lahire évoque le rôle de la psychothérapie ou de la philosophie, centrées sur le moi, qui n’hésitent pas à postuler le délitement du moi et le remplacement de l’appartenance sociale à un groupe par la « dissémination du social » : « Les désirs individualistes nous éclairent aujourd’hui davantage que les intérêts de classe » (Gilles Lipovetsky dans un ouvrage de 1989). Selon Lahire, ces argumentations ne se fondent sur aucune base empirique mais sont pourtant prises pour argent comptant. Elles proviennent d’après lui d’une posture de rejet du déterminisme sociologique, pour lequel chaque individu est en quelque sorte façonné par son origine sociale et ne peut la contrer. Or, d’après lui, les sociologues déterministes ne nient pas les choix et les décisions individuelles, mais ils cherchent à les expliquer et supposent qu’ils ne sont pas libres a priori. Évoquant le sociologue Norbert Elias à propos de ce rapport entre individu et société, il montre que nous pensons spontanément d’abord à l’individu, puis ensuite à ses relations avec la société : notre conception du social est « atomisée », c’est la société (extérieure) qui agit sur les individus (vus comme un tout), alors qu’il y a en fait bien interdépendance entre les deux.

Lahire donne ensuite trois éléments importants à prendre davantage en considération pour des recherches sur le thème de l’individualisme : ne pas considérer les groupes sociaux comme identiques face à des logiques de singularisation ; ne pas penser qu’un même processus d’individualisation s’applique à tous les individus d’un groupe ; ne pas négliger les hiérarchies qui existent entre les différents univers sociaux d’un individu (il y aura plus de reconnaissance sociale si on porte un nom prestigieux que si on se distingue par des vêtements excentriques par exemple).

Le deuxième chapitre pose les bases des travaux de Lahire : pour étudier le social, l’échelle des individus ou des catégories sociales est tout à fait valable puisque les individus se comportent différemment selon leur domaine de pratiques. Ces variations intra-individuelles ou interindividuelles amènent logiquement à une méthode comparative, explicite ou implicite, à la base de la sociologie selon Lahire, et dont les fondements sont développés par Durkheim dans Les règles de la méthode sociologique. Revenant sur la manière dont un sociologue doit aborder son étude pour prendre en compte l’individu et ses aspects incorporés du social, Lahire prend appui sur la sociolinguistique variationniste et les études de William Labov, Pierre Encrevé ou Nicolas Coupland, qui montrent des variations phonétiques et de style de langage des mêmes individus dans des contextes différents. Lahire pose comme hypothèse de travail que l’acteur individuel utilise différentes dispositions, les activant ou les inhibant selon des rapports de force internes (dispositions constituées au cours de la socialisation) ou externes (dispositions dépendantes du contexte). C’est dans ces rapports de force que réside le « vrai » déterminisme sociologique, « non réductible au déterminisme par le “milieu social”, qui laisse toujours une part des comportements inexpliquée (et indéterminée) ». Il pose ainsi une sociologie dispositionnaliste et contextualiste, en précisant des points communs avec une partie de la psychologie non focalisée sur les traits communs à l’espèce humaine comme la psychologie cognitive, ni sur les cas pathologiques comme la psychologie clinique, mais sur une nouvelle manière d’appréhender l’individu à travers « la pluralité de ses ressources cognitives ou de ses traits dispositionnels, […] la cohérence très relative de sa conduite, et [les] contraintes situationnelles plus ou moins fortes auxquelles il a affaire ».

L’avant-dernier chapitre revisite la notion de socialisation à la lumière des patrimoines de dispositions de chaque individu, en posant les jalons suivants : les cadres de socialisation, les modalités, les temps et les effets. Cela le conduit à dépasser la distinction entre socialisations primaire et secondaire, puisqu’on ne peut plus dire que la famille est le seul vecteur de dispositions sociales de la petite enfance (les assistants maternels ou les crèches contribuent à ouvrir ce cadre). De la même manière, les études sur la socialisation secondaire négligent souvent les acquis de la socialisation primaire ou au contraire mettent en évidence une simple actualisation de ces acquis, oubliant que « le travail de socialisation et de resocialisation est un processus continu tout au long de la vie ». L’individu s’ajuste ainsi en permanence aux contextes qu’il rencontre, en satisfaisant certaines dispositions, mais en en contrariant d’autres, contrairement à l’idée reçue que les habitus « collent » exactement à la situation.

Abordons maintenant le dernier chapitre de l’ouvrage, qui évoque le lien entre sciences sociales et nouvelles avancées sur le cerveau et tente de dépasser l’attitude globale de corporatisme des chercheurs en sciences sociales pour ce type de découvertes. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Les neuroscientifiques ont montré récemment (entre autres) qu’un dixième des connexions du cerveau de l’enfant est en activité à la naissance, et que 90 % des connexions qui restent à réaliser sont faites par l’environnement du nourrisson et par ses interactions avec autrui. Cette (re)découverte de la plasticité du cerveau (découverte qui n’en est pas une pour toute personne qui enseigne, mais qu’on ne pensait pas si importante) montre ainsi que les liens entre le biologique et le social sont extrêmement étroits. Face à ces travaux, d’après Lahire, « deux attitudes s’opposent […] : les uns rejettent en bloc tout rapport avec des sciences qui sont perçues comme des formes modernes de naturalisation de l’esprit que les sciences sociales ont traditionnellement combattues ; les autres prétendent que plus rien ne peut désormais se penser et se faire dans les sciences humaines et sociales si l’on ne s’appuie pas sur les acquis fondamentaux des sciences du cerveau et de la cognition. » Manque total de dialogue ou moyen de trancher les conflits des sciences sociales : le choix semble mince.

Bernard Lahire ajoute une autre voie possible qui, tout en restant dans le champ sociologique et ses exigences épistémologiques, emprunte aux neurosciences, à la psychologie cognitive et à d’autres disciplines les éléments qui pourraient l’éclairer. Posant que « le dispositionnaliste s’efforce […] de reconstruire le passé incorporé qu’actualisent les acteurs étudiés dans les différentes scènes d’action présentes », il le rapproche de la notion d’« animal social » que les neuroscientifiques étudient (au sens où le cerveau humain se modifie biologiquement suite à des expériences socialisatrices) et précise que « les connexions neuronales fonctionnent donc comme des programmes d’action (au sens large du terme) incorporés en attente de sollicitations sociales. » Il fait part ensuite des débats actuels autour de la part d’inné dans les capacités de raisonnement et de leur transférabilité dans différents contextes. Il propose de rechercher les interactions entre les dispositions mentales qui se constituent socialement selon les domaines de pratiques et ces domaines eux-mêmes, formant ainsi l’hypothèse d’« une sorte de modularité dispositionnelle socialement construite ».

Viennent ensuite des exemples d’études neuroscientifiques sur la concurrence entre un raisonnement routinier, un automatisme et un raisonnement plus fastidieux, algorithmique, qui débouchent pourtant tous deux sur la même réponse : des zones différentes du cerveau sont activées dans ces deux cas. Cela dévoile ainsi la délicate détection des difficultés d’apprentissage dans le cadre scolaire, ce qui avait été soulevé par ailleurs par des études sociologiques. Lahire en conclut donc que les expériences au laboratoire, ramenées à des situations forcément très simples au vu des contraintes expérimentales, pourraient gagner à prendre en compte l’histoire sociale des processus ou dispositions mentales, ce qui peut se faire par exemple par des enquêtes de terrain et des enquêtes statistiques.

La conclusion générale de l’ouvrage revient sur un concept déjà évoqué, l’homo œconomicus, en précisant que cette théorie réduit « la question des effets de socialisation à celle de leur rendement sur le marché du travail, de leur rentabilité économique individuelle » et, en oubliant l’histoire sociale des individus par une généralisation hâtive, débouche sur « quelque chose d’artificiel et d’abstrait dans l’analyse ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *