Convention collective, dialogue social: les enseignants danois et leurs employeurs

Les expressions telles que « convention collective », « lock-out », « négociation avec des employeurs locaux » semblent sans doute bien éloignées du quotidien des enseignants français qui n’ont, bien souvent, pas eu d’autres employeurs que l’État, par intermédiaire de ses ministres de l’éducation nationale.

Il est pourtant un pays (parmi d’autres) où les enseignants connaissent depuis plusieurs semaines les tensions propres au monde de l’entreprise: le Danemark. Il faut savoir que depuis 1986 (décentralisation)  les communes danoises financent les établissements scolaires, y compris les personnels et enseignants. D’autres réformes, en 1994 puis 2004, précisent encore ce rôle puisque les collectivités locales sont responsables du fonctionnement des établissements et du recrutement des personnels (au motif de plus de démocratie et d’une meilleure adaptation « aux réalités du terrain »).

Pourquoi parler du fonctionnement décentralisé danois? Parce que fin avril a pris fin le lock-out des enseignants danois qui durait depuis un mois. Depuis le 2 avril, en effet, les employeurs (représentés par la LGDK – association représentant les municipalités) interdisaient à 69 000 enseignant(e)s de se rendre dans les écoles . Raison de ce blocage des enseignements : le refus des enseignants de voir modifier, sans recrutement ou augmentation de salaire,  le nombre d’heures de présence (et de cours) avec les  élèves (de 25 à 30 heures pour les 6-9 ans, de 28 à 35 heures pour les 9-12 ans et de 30 à 37 heures pour les 12-15 ans). Les municipalités souhaitaient donner aux chefs d’établissement le pouvoir de répartition entre heures de préparation des cours et enseignement.

À la suite d’une négociation collective infructueuse, les municipalités avaient donc décidé le lock-out des écoles.
Le gouvernement  a joué les intermédiaires pour dénouer le conflit, en proposant une mesure législative d’urgence (3 heures d’enseignement de plus et la fin de la dégressivité de temps de travail après 60 ans contre des hausses de salaires).

Pour en savoir plus :

– Une revue de presse du Courrier international, au début du lock-out : « Au Danemark, l’école ferme ses portes aux profs« .
– Le descriptif du litige par le quotidien La Croix « : Résultant d’un conflit avec les employeurs, la situation est inédite dans un pays où le consensus est une tradition« .


2 réflexions au sujet de « Convention collective, dialogue social: les enseignants danois et leurs employeurs »

    1. Merci de votre vigilance. J’ai profité de cette correction pour ajouter le qualificatif « danois » à diverses reprises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *