Formation professionnelle des enseignants anglais : écoles versus universités?

Sous le titre « Cambridge academics baffled by teacher-training shake-up« , Le Guardian du 29 avril fait part de l’inquiétude de plusieurs universités face à une baisse des financements ministériels pour les formations au PGCE (postgraduate certificate in education), pour les enseignants du secondaire.

Quel est le contexte?

  • les universités organisent des formations pour les étudiants diplômés qui souhaitent enseigner dans le secondaire,
  • ces cours comprennent des enseignement disciplinaires  (curriculum, principes et pratiques d’enseignement); une formation professionnelle (rôle de l’enseignant, aspects relatifs à l’acte d’enseigner); 24 semaines de stages en situation répartis  sur trois trimestres, dans des établissements scolaires partenaires des universités.
  • l’OFSTED (Office for Standards in Education, Children’s Services and Skills) est chargé de l’inspection des établissements d’enseignement et établit un rapport de visite, consultable sur le site de l’OFSTED.
  • plusieurs universités prestigieuses ont obtenu des avis  très favorables,  comme  Cambridge ou Oxford, en 2011, dont l’efficacité globale, la capacité de développement et de qualité durable ont été jugées exceptionnelles.

Confortées par ces bons résultats, les responsables de ces formations se sentent d’autant plus déstabilisés par les intentions gouvernementales. Ils craignent qu’une baisse des subventions directes (attribution par étudiant) ne réduisent donc l’offre de formation et, partant, la fin de ces formations professionnalisantes en université.

Pourquoi cette inquiétude?

Du fait de la mise en place, dès la prochaine rentrée, du système appelé « School direct » dont l’objectif est de permettre à tout candidat enseignant de  se former, le plus souvent en un an, après avoir contacté un établissement scolaire de son choix. La formation permet d’obtenir un QTS (qualified teacher status, qualification existante, souvent délivrée à la suite de formation en alternance) ou un PGCE.  Les étudiants participant au School direct training programme peut obtenir une bourse ou être salarié.

On se trouve face à deux visions de la formation des enseignants, entre la volonté affichée d’une plus grande adaptabilité de l’offre à la demande d’enseignants (point de vue du ministre) et le risque de créer un système basé sur le marché et transformant les universités en prestataires de service sollicités ponctuellement, plutôt que maîtrisant le processus de formation (point de vue des universités, bien sûr).

« The impact on certain subjects was drastic: the number of university courses funded to train secondary English teachers, for example, was halved, figures published last November showed, from 54 to 28. Nine university history teaching courses, and 11 for geography, lost their funding. Overall, if it recruits as the government hopes, School Direct is poised to expand from 300 to more than 6,000 places from this September, with university-led provision falling by 7%, from 28,000 to 26,000 ».

Le sort de bon nombre de formations en université est désormais suspendu aux avis des inspections de l’OFSTED, puisqu’il semblerait que les universités ayant atteint un niveau « exceptionnel » ne soient pas menacées de baisse de crédits… à court terme.

Autres éléments de controverse :
– les écoles primaires risquent d’avoir des difficultés à organiser la formation face à un besoin grandissant d’enseignants;
– le gouvernement met en avant la concurrence entre étudiants candidatant pour  la même école et la prise de contrôle des écoles dans le recrutement des enseignants « pouvant mieux répondre aux besoins des élèves »;
– les établissements d’enseignement supérieur doivent envisager de créer des partenariats solides avec les écoles.

Sources :

– Warwick Mansell (2013). « Cambridge academics baffled by teacher-training shake-up ». The Guardian, 29 avril.
– OFSTED (2011). University of Cambridge : intitial teacher education inspection report, janvier-février.
– OFSTED (2011). University of Oxford : intitial teacher education inspection report, février.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *