Les enseignants anglais ne sont pas multitâches?

Les enseignants anglais doivent travailler 195 jours par an (dont 190 jours d’enseignement), soit 1265 heures, équivalent à un  « temps de service obligatoire ». Ce temps de service comprend de l’enseignement, des tâches d’inscription, des réunions, des temps d’organisation, de préparation et d’évaluation, des temps collectifs en début de journée, une présence de 5 à 10 mn avant et après chaque demi journée, les réunions avec les parents, les voyages scolaires, le tout sous la houlette du chef d’établissement.

Mais, pour leur permettre d’assurer un enseignement de qualité (dixit le Department of education),  une clause contractuelle stipule qu’il ne peut leur être demandé de faire certaines tâches  administratives (depuis 2003). Le guide contractuel explique comment déterminer si une tâche est du ressort de l’enseignant ou non. Il faut se poser trois questions:
a) cette tâche doit elle être vraiment faite?
b) cette tâche est-elle de nature administrative ou de bureau?
c) cette tâche fait-elle appel aux compétences professionnelles ou à l’expertise de l’enseignant?
Si on répond par OUI aux questions a) et b) et par NON à la question c), alors cette tâche ne doit pas être effectuée par l’enseignant.

Cela requiert évidemment une organisation administrative de l’école qui apporte tout le soutien nécessaire au corps enseignant. Certaines tâches  administratives peuvent néanmoins être assurées par l’enseignant dès lors qu’elles n’ont pas un caractère routinier (rapport annuel). Parmi les 21 tâches administratives listées par le guide contractuel, on trouve : faire des photocopies, collecter de l’argent auprès des élèves ou des parents, produire des analyses sur les résultats de contrôles,  gérer administrativement les absences, faire des commandes, gérer le matériel et les équipements,  gérer les données des systèmes de gestion de l’école, etc.

Il semblerait que cette liste de « droits » ait été mise à mal par une étude réalisée par la School Teachers’ Review Body (STRB), organisme indépendant de conseil en matière de main d’œuvre et de salaires. Un article de The Guardian, du 17 avril, explique le point de vue des syndicats, qui dénoncent un retour en arrière du ministre Gove « déterminé à annuler toutes les clauses qui permettaient aux  enseignants de travailler efficacement à une élévation des standards » et le point de vue du gouvernement qui juge que « les enseignants ne peuvent pas être écarter de la production d’analyses des résultats scolaires« .
Ajoutons que le rapport de la STRB prévoie des modifications dans la structure des la rémunération des chefs d’établissement, pour une plus grande souplesse dans la reconnaissance des tâches de leadership, et ce, quelle que soit la taille de l’école.

Sources :

– Department of Education (2012). School Teachers’ Pay and Conditions Document 2012 and Guidance on School Teachers’ Pay and Conditions. London : Department of Education (PDF, 200 p.)
– Adams Richard (2013). « Teachers may have to do more clerical work after review », The Guardian, 17 avril.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *