Les liaisons entre les écrans et les enfants sont-elles toujours dangereuses ?

C’est la question que l’on peut se poser au lendemain de la parution du rapport de l’Académie des sciences intitulé « L’enfant et les écrans« . Les auteurs de ce rapport, s’ils reconnaissent  que les écrans non interactifs (télévision ou dvd) peuvent avoir un effet négatif sur le développement des enfants et que l’exposition passive et prolongée des enfants à la télévision est déconseillée,  ils n’en préconisent pas moins l’usage, certes encadré, des ordinateurs et de la tablette numérique, y compris pour les plus jeunes (0 à 2 ans).

Cette dernière faciliterait l’éveil cognitif précoce du bébé dès que son usage est accompagné, sous forme ludique, par un parent, grand parent ou même un grand frère ou une grande sœur.

Selon l’Académie, une tablette interactive peut favoriser le développement sensorimoteur du très jeune enfant, de 0 à 2 ans ; entre 2 et 6 ans, les « bons écrans » (ordinateurs, tablettes, jeux vidéo…) peuvent permettre d’appréhender la différence entre le monde réel et le monde virtuel ; pour les 6-12 ans,  des logiciels pédagogiques d’aspect ludique peuvent contribuer à l’acquisition de compétences en calcul et en lecture ;  pour les 12-18 ans, l’usage du numérique stimulerait une pensée plus vive et multitâche. Les jeux vidéo, eux, auraient des bienfaits sur le plan cognitif, émotionnel et social à tous les âges.

Ces déclarations ont fait réagir de nombreux chercheurs spécialistes de neurosciences, de psychologie sociale et de pédopsychiatrie qui expriment leur désaccord dans une tribune parue dans le Monde le 8 février dernier : « Laisser les enfants devant les écrans est préjudiciable« . Ils dénoncent d’abord le fait que l’on ait confié à des non-spécialistes du sujet la rédaction de ce rapport malgré des enjeux forts en terme de santé publique et s’interrogent non sans humour si l’on doit confier « à un spécialiste des écrans la rédaction d’un avis sur les allergènes du jaune d’œuf ? » (un des auteurs étant spécialiste du système immunitaire).

Pour tous ces temps passés devant les écrans, l’Académie recommande  la supervision d’un adulte mais comment faire concrètement lorsque l’on sait que  les écrans, et la télévision en particulier, représentent le « troisième parent« , selon l’expression de Dany-Robert Dufour (2004), et qu’au lieu du contrôle parental souhaité, ces sont les écrans qui se propagent au sein de l’espace privé des enfants ?

Le manque de références aux écrits scientifiques chagrine d’autant plus les auteurs de la tribune que le rapport n’aborde pas ou peu plusieurs problèmes de santé publique identifiés et liés au temps passé devant des écrans, tels que la sédentarité et ses effets sur l’espérance de vie,  l’alcoolisation,  le tabagisme ou encore l’obésité. Autres laissés pour compte, les liens entre l’École et l’usage des TIC dans l’enseignement, abordés de façon sommaire, sans vraiment que soit posée la question de leur efficacité ni de leurs effets sur l’enseignement. Les TIC pourraient même avoir un impact négatif, selon Liliane Lurçat, spécialiste de la psychologie de l’enfant, qui explique, dans une interview de 2009, comment l’utilisation de l’ordinateur peut  troubler l’apprentissage de l’écriture jusqu’à être responsable parfois de problèmes de dysgraphie, dus à l’abandon de la pédagogie systématique du geste…

Le rapport de l’Académie propose donc un avis plutôt positif sur la relation enfant/écran, justifié par une vision fataliste de l’envahissement des écrans dans la vie des enfants. Puisqu' »ils » sont là, autant essayer d’en réguler les utilisations !

Bibliographie


Une réflexion au sujet de « Les liaisons entre les écrans et les enfants sont-elles toujours dangereuses ? »

  1. Bonjour,
    Si les écrans nuisent à la santé des enfants, le sens de l’ouïe peut être exploité pour le développement intellectuel de l’enfant.La musique, tant celle qu’on écoute que celle qu’on joue ou qu’on chante, possède des qualités créatives, structurales et émotionnelles qui facilitent la conscience de soi, le développement personnel, le contact, l’interaction, l’expression et la communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *