Pourquoi vous ne trouvez pas les dossiers de veille scientifique sur HAL SHS

Ceux qui ont l’habitude d’utiliser les archives ouvertes HAL SHS auront remarqué qu’on y trouve rarement les dossiers de veille produits par les personnes qui écrivent dans ce blog. Cela ne provient pas d’une négligence ou d’un manque d’intérêt de notre part, mais bien d’un blocage systématique des administrateurs d’HAL SHS.

Dès le lancement de la cellule de veille scientifique scientifique à l’INRP en 2003,  ses animateurs ont pourtant souhaité promouvoir l’accès et la diffusion la plus large à leurs productions. Dans ce cadre, ils ont dés le début choisi de privilégier une diffusion électronique et libre des revues de littérature récente en éducation (1), travaux qui sont devenus une production largement connue et utilisée dans le monde de la recherche en éducation.

Cette volonté de privilégier une diffusion « ouverte » aurait naturellement dû rencontrer HAL SHS, qui se présente comme « une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la Recherche dans les disciplines des SHS« .  C’est pourquoi des membres de la veille ont souhaité, dès 2006, insérer les dossiers de veille dans HAL SHS afin de bénéficier d’un archivage pérenne de ces productions, au delà des aléas institutionnels (rappelons ici que l’INRP a d’ailleurs été ensuite dissous en 2010…).

Hélas, après avoir enregistré les premiers dépôts en 2007 et 2008, HAL SHS s’est mis à refuser les dossiers d’actualité pour des raisons de forme plus moins argumentées (sachant que les modérateurs de HAL ne sont pas tenus de justifier leur refus). C’est pourquoi on ne trouve dans HAL qu’environ huit dossiers d’actualité, soumis avant la mise en place de la politique de refus systématique ou intégrés malgré tout en fonction de critères mystérieux.

En revanche, les autres productions (articles, communications, chapitres d’ouvrage…) des mêmes personnes sont acceptées sans aucun problème du moment qu’elles ressemblent aux productions routinières du monde académique.

Je me retrouve par exemple dans la situation d’avoir dans HAL SHS un certain nombre de productions  mineures (tout du moins compte-tenu du travail qu’elles ont nécessité), sans pouvoir y laisser certains dossiers majeurs sur lesquels je suis en permanence sollicité ! Raison pour laquelle, dorénavant, par souci de cohérence, je ne déposerai plus aucune publication dans HAL SHS. Ingénieur de recherche de statut, je n’ai pas d’enjeu de carrière lié à ma quantité de productions et ne voit donc vraiment pas l’intérêt de tronçonner mes productions dans HAL SHS (on les trouve facilement par ailleurs dans Google Scholar, sur ma page personnelle voire sur Academia.edu).

Quels sont donc les motifs invoqués pour refuser nos dossiers ?

Les raisons, telles qu’elles ont été exprimées (soit par oral, soit par courriel) tiennent en général dans l’idée suivante : puisque le critère de soumission à HAL SHS est un niveau scientifique attendu comparable à une « publication soumise dans une revue à Comité de lecture« , la forme des dossiers d’actualité s’éloigne trop des canons habituels des productions scientifiques. Donc, sans se permettre de juger « sur le fond », HAL rejette les dossiers à cause de la « forme ».

On pourrait comprendre cette contrainte, si tant est qu’elle soit une règle à portée un peu générale. Or, il suffit de parcourir, même distraitement, HAL SHS pour se rendre compte qu’on y trouve :

  • des articles de blog
  • des rapports d’institutions
  • des articles de vulgarisation
  • des articles de revue sans comité de lecture (revues militantes, d’organisation, d’institution, etc.)
  • des documents institutionnels (lettres ou notes ministérielles par exemple)
  • des documents de travail
  • des interviews journalistiques
  • etc.

Autrement dit, l’argument de la forme ne semble pas s’appliquer à tous avec la même rigueur !

D’autant plus que HAL SHS s’est permis de répondre à une collègue que « les notes de synthèse ne font pas partie des types de document acceptés dans HAL« , ce qui, si l’argument était véritable, poserait un vrai problème de fond  puisqu’il reviendrait à exclure un type de travail scientifique hautement valorisé partout ailleurs dans le monde !

N’y aurait-il pas, en fait, un autre problème derrière les prétextes formels, à savoir celui du statut d’une structure comme la veille de l’Institut français d’éducation, à l’interface entre la recherche et le système éducatif ? On peut  se demander si tout n’aurait pas été plus simple si nous avions pu nous réclamer d’une équipe de recherche labellisée ou si nous avions un statut officiel de chercheurs ou d’enseignants-chercheurs !

Dans le monde académique, beaucoup de choses fonctionnent sur une présomption élémentaire : est réputée être de la recherche la production d’un chercheur ou d’une équipe de recherche.
C’est compréhensible pour fonctionner au quotidien sans avoir à refaire sans cesse la preuve de ses compétences scientifiques, censées avoir été prouvées lors du recrutement ou de l’évaluation de son équipe.
Mais voilà : il se trouve que dans un domaine comme l’éducation, les productions qui ont du sens naissent aussi de lieux hétérogènes où se croisent les chercheurs statutaires, les auxiliaires de la recherche (ingénieurs de tous ordres) et les praticiens de l’éducation que sont les enseignants et les cadres de l’éducation.
Ces productions ont parfois plus de sens que certaines recherches scientifiques menées dans les laboratoires…et qui y restent car elles supportent mal l’épreuve du terrain !

Dans le monde de la recherche française, la priorité est au contraire trop souvent d’identifier les canaux institutionnels « légitimes » de la recherche qui évitent, surtout, de se poser des questions dérangeantes sur les contenus.
On l’a très bien vu lors des débats sur l’évaluation de la recherche et quand on examine la façon dont sont « comptées » les publications censées être scientifiques.
On le voit encore quand on constate que les monographies (livres) ou les communications de colloque sont présumées être déjà passées par le filtre d’une sélection scientifique, alors même que dans beaucoup de collections et de colloques, le filtre est plus que léger.

Mais, même dans le monde académique, il vaut sans doute mieux un ordre injuste que pas d’ordre du tout….

(1) Ces revues de littérature ont rapidement été nommées « lettres » puis « dossiers d’actualité », pour marquer la spécificité de ces productions par rapport à certaines notes de synthèses comme on en trouve par exemple dans la Revue française de pédagogie.


10 réflexions au sujet de « Pourquoi vous ne trouvez pas les dossiers de veille scientifique sur HAL SHS »

  1. A l’Inria, nous avons mis en place un portail spécifique (HAL-Inria+) où nous enregistrons toutes les autres productions, articles de vulgarisation, posters, rapports de projet, etc. et qui nous permet de systématiquement déposer tout ce qui, par exemple, va apparaitre dans nos rapport d’activités. Je pensais qu’il existait quelque chose de similaire dans HAL générique (Loc’HAL) et je suis étonné que ce ne soit pas offert sous HAL SHS. Ne quittez pas le navire, contribuez à le faire évoluer!

    1. Merci Laurent ! je m’apprêtais à faire le tour des organismes de recherche pour voir où étaient cachés ces autres supports …
      Contribuons.. Mais sous quelle forme ? des idées ?

      1. Le mieux serait que cet espace destiné aux documents autres que publications stricto sensu soit généralisé à toutes les instances de HAL. Je ne sais si cela est prévu dans la V3, mais ce serait une avancée majeure pour répondre au besoin d’un espace documentaire que Olivier Rey semble appeler de ses voeux.

        1. Il faut se dépêcher : la nouvelle version est prévue pour le printemps 2003 – http://blog.ccsd.cnrs.fr/2012/12/si-on-parlait-de-hal-v3/
          A priori, rien de changer en terme de politique générale (extension à d’autres supports de connaissance). Il faut donc monter au créneau.
          (PS : A ma montre, il est 11h10 ce vendredi 21/11. Comment se fait il que le message de Laurent soit posté à 11h22 du même jour, ….)

  2. Sans entrer dans le débat des « méta-analyses » qui restent un genre encore à part et controversé pour des tas de raisons sur lesquelles je ne reviendrai pas ici, vous avez raison, Sylvie : c’est la littérature grise qui est ici pointée. On a des archives séparées pour les thèses et les mémoires, d’autres archives concernant tel ou tel type de rapports, mais pas de « lieu » approprié pour les revues de littérature. Peut-être devrions-nous créer une archive ouverte pour les revues de littérature, qu’en pensez-vous ? (euh, je plaisante évidemment).
    Car ce que Hal nomme « note de synthèse », nous le nommons plus volontiers « revues de littérature », tout en ayant le sentiment d’être, au service Veille et analyses de l’IFÉ, à peu près les seuls à le faire en France…
    Et pourtant, le genre est bien connu dans les pays anglo-saxons et au-delà. Il est même, pour rejoindre votre remarque sur les documents produits dans le cadre des projets bénéficiant de financements externes, l’étape obligée de tout projet de recherche européen : ceux qui ont participé à ce type de projet le savent bien, le premier work package est toujours consacré à une « literature review ».
    J’ajouterai que ce qui justifie la création de ces archives séparées, c’est peut être le « genre » de productions, mais c’est aussi le statut des producteurs dans la hiérarchie des légitimités autoriales : un mémoire d’étudiant ou un rapport d’inspection par exemple n’ont pas la même légitimité « scientifique » qu’un écrit produit par un chercheur, quel que soit cet écrit. Notre rencontre avec certaines personnes du CCSD et de l’ISH, ainsi que l’avis de non recevoir que rencontrent désormais systématiquement nos revues de littérature nous confortent dans cette hypothèse. Une petite recherche avec le terme « note de synthèse » dans HALS-SHS vous permettra d’ailleurs de constater que celles produites par des chercheurs rattachés à de « vraies » équipes de recherche semblent ne pas avoir de mal à être acceptées…

  3. Merci de ce retour.
    @Olivier – le fait qu’il y ait dans HAL une diversité d’autres types de documents prouvent que les motifs ne sont pas uniquement liés à une politique de sélection documentaire (« format article »), mais plutôt à des a priori sur des formes de support de connaissance et/ou un autorat qui sort du cadre jugé d’autorité/scientifique. Ceci est d’autant plus étonnant que tout le monde s’accorde à dire que les « méta-analyses » (face aux flots de travaux et de ressources) et/ou une production articulant recherche-société sont des nécessités.
    Dans le même ordre d’idée je suis absolument étonnée qu’aucune politique générale ne soit énoncée concernant les « livrables » (de formats variables) de tous les programmes de recherche scientifique réalisés dans le cadre des actions/financements de l’UE ou même de l’ANR. Ces documents bien souvent d’une grande richesse sont dispersés dans les sites de diffusion primaire. A suivre. SD

    1. Oui, je suis d’accord avec toi, il faut une politique pour que ces documents ne soient pas perdus et puissent profiter à d’autres.
      Pour ce qui est des documents comme les notes de synthèses, je pense qu’elles vont revenir en force, et je milite pour.
      Etant documentaliste dans l’âme, il est évident que je comprends parfaitement tes positions.

  4. Je pense que le problème est plus vaste. On va avoir besoin de plus en plus de stocker des documents autres que les articles dans des des systèmes d’archives ouvertes.
    C’est donc tout un écosystème qu’il faut revoir.
    Hal-SHS s’est surtout positionné au niveau du format article, c’est un choix.
    Il faut donc envisager d’autres systèmes de dépôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *