Ni césar, ni oscar pour les profs d’université français?

Quand la sociologie nous décale de l’académisme…

La lecture de l’Huffington Post édition française du jour reprend un article de Céline Manceau publié sur son blog « Fac story » : « Le prof d’université : héros du grand écran« .
Le sujet : un ouvrage de  Emmanuel Ethis et Damien Malinas : « Les films de campus: l’université au cinéma« . Les deux sociologues de l’université d’Avignon (E. Ethis en étant par ailleurs le président) ont travaillé sur un corpus de plus de 650 films  se déroulant sur un campus et/ou dont l’un des personnages principaux était un(e) universitaire. Emmanuel Ethis donne quelques conclusions et explications  sur le site EducPros.fr :

« Les films de campus sont les révélateurs des représentations les plus utopiques ou les plus dystopiques de notre relation aux savoirs et au progrès, ce vers quoi l’on est susceptible de tendre suivant les choix individuels ou collectifs que l’on est amené à faire« .

Pourquoi peu de films français et donc peu d’universitaires français susceptibles d’être des héros (ou contre-héros)? E. Ethis l’explique par le fait que les réalisateurs français n’ont pas fréquenté l’université …
Le jeu pour ceux qui voudront bien lire le livre sera sans doute d’imaginer le pitch qui reprendra les lieux, les profs qu’ils ont connus. Sera-ce un thriller bien gore (une histoire de vengeance) ou l’histoire romancée d’un matheux génial?

Le blog de C. Manceau pourra compléter la culture de ceux qui voudraient en savoir plus sur l’étrangère association entre  « héros » et « profs d’université », puisqu’il est entièrement consacré au sujet.

Biblio:
– Ethis Emmanuel, Malinas Damien (2012). Les films de campus:l’université au cinéma. Paris : Armand Colin, 128 p.

– Manceau Céline (2012). Le prof d’université : héros du grand écran, Huffintonpost.fr, 22 novembre 2012.


Une réflexion au sujet de « Ni césar, ni oscar pour les profs d’université français? »

  1. Dans le même esprit, on peut remarquer que le « roman universitaire », genre assez connu aux États-Unis et en Angleterre, n’existe pas non plus vraiment en France.
    Nous n’avons pas d’équivalent francophone à David Lodge et quelques rares romans, souvent des polars, ont pris des universités comme cadre. Je me souviens notamment de « petits crimes contre les humanités » de Pierre Christin (Métaillé 2006).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *