Rythmes scolaires : le temps (de la) presse

Une  revue de la presse de ce début de semaine et notamment celle du CRAP montre que la réforme sur les rythmes scolaires a du plomb dans l’aile.

Philippe Watrelot fait un historique des épisodes qui ont précédé puis suivi la concertation sur l’école. Rien de réjouissant pour les élèves…
Parmi les articles de presse et autres blogs, figure le billet d’humeur de Catherine Chabrun, enseignante pédagogie Freinet qui rappelle qu’en 2008, le passage de 26 à 24 heures d’enseignement avait fait un tollé parmi les  enseignants, qui réclamaient de garder une semaine de 4,5 jours et leurs 27 heures de services (dont deux heures d’aide personnalisée et une heure de concertation).
Certes, en 2008 comme en 2012 les enseignants demandent que la question des rythmes soit intégrée dans une réflexion plus vaste sur l’école, mais les critiques tenant au temps de services faites en 2008-2010 sont parfois en contradiction avec celles d’aujourd’hui… du moins pour une minorité d’enseignants.

Reporter l’organisation et la charge des heures où les élèves ne sont plus en groupe classe, face à l’enseignant, sur les collectivités locales, ce que semble vouloir certains enseignants (ou syndicats enseignants ?) faciliterait la vie de ces derniers mais pas des collectivités. La presse généraliste offre quelques exemples de mairie qui ont déjà mis en place la semaine de quatre jours et demi, avec activités péri-extra-scolaires. Ça marche mais ça coûte. Exemple :
A Lomme, l’école des fans des quatre jours et demi, Libération, 15 novembre 2012

L’humeur chagrine de C. Chabrun (et d’autres) tient au constat suivant:  « Les enseignants ont donc une heure de moins devant les élèves par rapport à 2007, mais une heure de plus par rapport à 2012. Et coup de tonnerre, les syndicats surfent sur cette heure supplémentaire, les communiqués indignés se succèdent, les enseignants se sentent maltraités… On a même l’impression que la semaine de 4 jours avec les 24 heures devant la classe entière est un acquis qu’il faut défendre. On oublie les rythmes, le temps compressé, les programmes qui ne suivent pas et l’aide personnalisée…« .

Mais si la presse s’empare des rythmes scolaires, c’est sans doute parce que cela parle aux parents. Hors, au delà de la forme, il faut aussi s’occuper du fond. L’enquête réalisée par le SNUipp (syndicat majoritaire chez les enseignants du premier degré) montre qu’il y a aussi d’autres choses à dire et d’autres discussions à mener. Le résumé des faits par le SNUipp :

L’école primaire jouit d’une bonne image auprès d’une majorité des enseignants1, qui jugent alors son fonctionnement global comme bon, même si certaines missions de l’Ecole qu’ils jugent comme importantes, ne demeurent pas, selon eux, totalement remplies ;
Pour autant sur le plan individuel, la situation apparaît relativement sombre pour les enseignants, qui dénoncent une mauvaise image de leur métier dans la société, des conditions de travail difficiles et dégradées, ainsi qu’un manque de ressources pour assurer la réussite de leurs élèves, même si ce métier reste, pour une majorité d’entre eux, passionnant ;
Si les enseignants plébiscitent, sur le principe, une réforme de l’école primaire, une majorité d’entre eux souhaiterait qu’elle se concentre sur les aspects qui fonctionnement le moins, fixant alors comme principales priorités la baisse du nombre d’élèves par classe, la refondation de la formation des enseignants ou encore le principe de plus de maîtres que de classes ;
Face à la réforme des rythmes scolaires, les enseignants déclarent manquer d’information. Un enseignant sur deux se déclare favorable au principe de l’ajout d’une demi-journée d’école par semaine, reste que ni l’ajout de cette demi-journée le mercredi matin ou le samedi matin ne convainc une majorité (34% étant favorables à l’ajout d’une demi-journée le mercredi matin et 27% au samedi matin). Ils soulignent également le fait que cette réforme doit être accompagnée d’autres mesures.

Autre point de vue sur le temps éducatif, celui du collectif des associations partenaires de l’école publique (CAPE) : « Refondation : il est temps d’avancer« , site du Collectif, lundi 19 novembre.

Pour mémoire :

– Conférence nationale sur les rythmes scolaires – Des rythmes plus équilibrés pour la réussite de tous : rapport d’orientation/ Odile Quentin, Christian Forestier; Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Paris : la documentation française, 2011. En ligne.

– Conférence nationale sur les rythmes scolaires – Rapport de synthèse des auditions, des débats en académie et des échanges sur internet/ Odile Quentin, Christian Forestier; Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Paris : la documentation française, 2011. En ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *