Il faut accepter le management, de manager et d'être managé

21 novembre 2012
Par

Ce billet clôt la série d'articles publiés suite au séminaire des chefs d'établissement de l'enseignement agricole du mois d'octobre 2012. Michel Bascle, directeur de l'ENFA de Toulouse (Ecole nationale de formation agronomique) où sont formés les enseignants de l'enseignement agricole participait à la deuxième table ronde intitulée "Comment impulser et accompagner les changements au sein de la communauté éducative ?".

Pour lui, le changement sera plus facilement intégré dans un futur proche, car les "jeunes" enseignants intègrent davantage la remise en cause des acquis permanents. Il n'empêche que le chef d'établissement doit avoir une stratégie pédagogique claire, et l'atomisation des fonctions des proviseurs et principaux ne rend pas cette tâche simple. Imaginer un projet pédagogique demande du temps. La question du management (terme utilisé par M. Bascle) est centrale.

Or, pour manager, il faut trois conditions :

  • il faut un manager, c'est à dire un moteur.
  • il faut accepter d'être managé : ce n'est pas une attitude habituelle dans le monde de l'enseignement.
  • il faut que l'institution accepte ce type de management : elle doit accorder sa confiance à l'établissement, et lui laisser de l'autonomie.

Le jour où les personnels accepteront d'être managés, alors il sera possible de développer une logique d'établissement formateur, c'est à dire de mobiliser les formateurs dans une logique de professionnalisation permanente. Le changement ne se décrète pas, il s'impulse. La difficulté réside dans la mise en place des conditions propices à ce qu'une dynamique voit le jour. Tout établissement a une culture qui lui est propre (c'est à dire des valeurs partagées qui induisent des comportements). Il convient de se saisir de cette culture pour la développer, l'orienter...


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Echos des colloques

2 commentaires pour “ Il faut accepter le management, de manager et d'être managé ”

  1. Sirius le 3 décembre 2012 à 20:52

    Commentaires d'un professeur de management spécialisé dans celui des établissements d'enseignement supérieur.
    "Il faut un manager, c'est à dire un moteur". Si on reste dans la métaphore mécanique, le manager n'est pas le moteur, plutôt celui qui choisit l'orientation et tient le volant. Le moteur reste le corps professoral.
    "Il faut accepter d'être managé" : oui, mais cela veut dire que les managers doivent mériter la confiance des "managés"
    Parfaitement d'accord sur le fait que l'institution (on comprend ici, la tutelle) doit accepter de faire confiance à l'établissement et à ses dirigeants, ce qui ne signifie pas leur laisser faire ce qu'ils veulent.

    • Tikwa le 17 décembre 2012 à 12:00

      Salut
      Mais et pourquoi on ne dit pas: Un manager,un managé et un management.
      mériter la confiance des enseignants,donc le manager doit etre enseignant ou quoi?
      si c'est le cas,nous ne sommes plus dans le management,nous sommes dans la complicité du corps enseignant...