L’IGAENR plaide pour la fonction formation dans les universités

On a beaucoup plus parlé de la recherche, de la carrière des enseignants-chercheurs ou de la gestion financière que de la formation à l’occasion des réformes universitaires de ces dernières années. Diverses études et rapports avaient pourtant souligné depuis le début des années 2000 la spirale inflationniste qui caractérise les universités françaises en matière de formations. Ce ne sont pas les dispositifs qui ont manqué pour tenter de « resserrer »ou « rationaliser » l’offre de formation. Pourtant, à chaque fois, comme lors de la mise en place du LMD au début des années 2000, c’est le contraire qui s’est produit : multiplication des diplômes et des filières du niveau licence au niveau master !

C’est à ce dysfonctionnement manifeste que s’est attaquée l’IGAENR (inspection générale de l’administration de  l’éducation nationale et de la recherche) par un audit sur le pilotage et l’organisation de la fonction formation dans les universités, publié fin septembre. Un sujet crucial dans le contexte du passage aux RCE et du transfert de la masse salariale aux universités, qu’une partie d’entre elles a bien du mal à gérer comme le montre l’actualité récente. Riche et rigoureux, le rapport fait le point sur la situation actuelle en partant de cas concrets, tout en ébauchant des solutions et des pistes de travail.

Parmi les différents constats relevés, on peut noter que le développement des universités s’est largement basé ces dernières années sur la diversification de l’offre de formation, dans un contexte où se sont conjugués une baisse globale des bacheliers se dirigeant vers les universités et une compétition croissante au niveau national et international entre établissements, attisée par les divers classements plus ou moins sérieux mais tous autant médiatisés. Autrement dit, pour faire face à une demande étudiante moins importante, la plupart des établissements ont essayé de lancer de nouveaux diplômes  censés être plus attractifs pour enrayer la chute des effectifs plutôt que de restructurer ceux qui existaient.

Par ailleurs, la tradition française est largement « bottom up » dans le cadre des créations de diplômes. A l’origine d’une formation, il y a la plupart du temps d’abord le projet individuel d’un universitaire, qui agrège éventuellement une équipe autour de lui, mais en profitant d’une liberté pédagogique qu’on se soucie rarement d’ajuster à la politique d’établissement. Tout concourt ainsi à une croissance sans fin de l’offre de formation.

Les conséquences, notamment financières, de ces processus sont froidement relevées par les inspecteurs. Ainsi, il est constaté qu’on a maintenu des cours magistraux pour des effectifs très faibles et qu’on a multiplié les unités d’enseignement dans de nombreux établissements, ce qui a abouti à la constatation paradoxale que les heures complémentaires payées aux enseignants ont augmenté alors même que le nombre d’étudiants baissait !

Il faut dire que les établissements ont peu de moyens pour enrayer ces dérives. On pourrait imaginer qu’en contexte de baisse d’effectifs étudiants, on profite des mutations et des départs à la retraite pour redéployer les postes, c’est à dire transférer un poste de telle discipline  à telle autre, en fonction des besoins des étudiants ou des priorités de l’université. En fait, les établissements ont du mal à aller  loin dans cette logique, notamment car arrivés à un certain seuil, les redéploiement de postes enseignants remettent en cause la place voire l’existence de la discipline au sein de l’université et se heurtent par conséquent à de vives oppositions.Plus globalement, le rapport remarque qu’il n’y a pas de réflexion générale au niveau des universités sur les évolutions du potentiel enseignant auxquelles il faudrait procéder.

Pour procéder à ce travail, les universités devraient disposer de travaux et d’outils solides. Or, c’est le contraire qui perdure : la fonction administrative dédiée à la formation au niveau des établissements reste sous-dimensionnée tant au regard des besoins que du développement d’autres fonctions administratives qui se sont développées avec les RCE (gestion financière et comptable, gestion du patrimoine, etc.). Les composantes internes (UFR, facultés, départements…), souvent oubliées dans le cadre de la LRU, ne sont pas en outre pressées de se délester d’une des compétences qui fait leur identité, la recherche ayant souvent maintenant son centre de gravité à d’autres niveaux.

Ce sous-dimensionnement de la mission formation est-elle une fatalité ? Apparemment non aux yeux de l’IGAENR, qui adjoint à son rapport quelques exemples d’universités étrangères francophones à Montréal, Génève et Louvain, dans lesquelles la fonction formation connait un développement sans rapport avec ce qui se passe dans l’hexagone.

Dans les universités étrangères considérées, on constate notamment que la pédagogie universitaire est considérée comme une discipline à part entière, avec des structures chargées de la développer et de l’enseigner aux universitaires. Un domaine dans lequel la France est en net décalage au niveau international, comme le soulignait l’an dernier l’étude de Laure Endrizzi consacrée à l’enseignement dans le supérieur.

Il reste donc de larges marges de progression aux universités, comme le montre la lecture des recommandations avancées par le rapport de l’IGAENR, parmi lesquelles on peut retenir la nécessité de développer une démarche qualité au niveau de la formation, comprenant  notamment une évaluation systématique des enseignements, des formations des enseignants, la mise en place de conseillers pédagogiques, etc.

A ce titre, les inspecteurs citent les efforts de l’université Claude Bernard de Lyon pour développer une vraie fonction formation dans toutes ses dimensions, avec par exemple une division des études et de la vie universitaire ,qui comprend un service dédié à l’insertion professionnelle (CLIP) , ainsi qu’un service (dénommé ICAP ) autour des TICE et de la pédagogie.

 


Une réflexion au sujet de « L’IGAENR plaide pour la fonction formation dans les universités »

  1. Bonjour
    Pour cela il faudrait aborder un sujet tabou dans l’Enseignement supérieur : la méthode d’évaluation des Enseignants-chercheurs (EC)qui ne prend en compte QUE la partie recherche de la carrière et non celle de l’enseignement. Du coup un EC intéressé plus par l’enseignement a tendance à faire des HED, à se créer un cours sur mesure qui lui apportera cette manière d’assouvir sa préférence.
    C’est aussi ce qui les retient d’être innovant en pédagogie, utilisation des TICE (ça prend du temps au détriment de la recherche et donc de leur carrière). Ou alors ils se font payer cette innovation en HED mais reste Maitre de conf toute leur carrière. C’est paradoxal, on obtient le titre de professeur par la recherche et non par l’enseignement !

    En France, même l’évaluation par les étudiants est tabou.
    cordialement
    Vincent Dalmeyda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *