L’enseignement agricole, un laboratoire pour l’Éducation nationale ?

Le séminaire des personnels de direction d’EPLEFPA (établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole) s’est tenu les 18 et 19 octobre 2012 dans les locaux du Ministère de l’agriculture à Paris. Ayant été sollicité pour participer à une table ronde, suite à la parution du dossier d’actualité sur le leadership pédagogique, j’y suis resté la première journée.

Ce billet, qui sera suivi d’autres, va s’intéresser aux propos du ministre de l’agriculture, M. Stéphane Le Foll qui a ouvert le séminaire. Il a redit les enjeux forts de l’éducation dans une société comme la nôtre et s’est félicité des débats liés à la refondation (dans laquelle l’IFE est impliqué).

Il a ensuite présenté les trois principaux objectifs de l’enseignement agricole (EA) :

  • l’EA revendique le pacte éducatif et souhaite favoriser les relations avec l’Education nationale (EN), tout en gardant sa spécificité : l’enseignement a été très tôt territorialisé. L’ouverture sur le reste de la société, sur l’Europe et le monde fait partie de ses gènes, et le ministre plaide pour que ce sillon soit davantage creusé.
  • l’EA touche au secteur de l’agriculture et la prise en compte des enjeux environnemental et écologique sont cruciaux. L’EA a un rôle essentiel à jouer dans la redéfinition des modèles de développement (révolution verte, innovation, etc.) et doit être un relais, un moteur, un passeur de savoir faire.
  • l’éducation doit être un moyen de promotion sociale, alors que depuis quelques temps, on constate que l’école est surtout le lieu de la reproduction sociale.
    L’EA a mis en oeuvre le lycée des métiers depuis longtemps, en brassant dans les mêmes locaux la formation initiales (CAP, Bac Pro), la formation continue, l’apprentissage. Il a un vrai savoir faire qui doit être un laboratoire pour toute la société. Le ministre regrette qu’une « société qui ne brasse plus ses enfants finit par créer des fractures, des coupures« .

Lors des différentes tables rondes qui ont suivi, cette idée de « laboratoire » que serait l’EA est souvent revenu dans les discussions, notamment dans le discours de Pierre Saget, IGEN qui a travaillé quelques temps avec l’EA. Les lycées des métiers ont tenté de reproduire ce qui se faisait au niveau de l’EA, les conseils pédagogiques peuvent être comparés aux CEF (Conseil de l’éducation et de la formation). Les établissements sont de par la nature même de l’EA fortement ouverts sur l’extérieur, aussi bien localement (avec le tissus économique) qu’au niveau international (avec des projets de coopération).

L’EN devrait peut-être regarder ce qui se fait chez son voisin qu’elle connait très peu dans le meilleur des cas, ou qu’elle n’a jamais croisé…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *