Les TIC ne changent pas (encore) notre façon d'apprendre

27 août 2012
Par

C'est une des conclusions majeures d'un rapport publié par l'OCDE en juillet dernier, avec le soutien de la Fondation MacArthur, sous le titre Connected Minds: Technology and Today's Learners.

Une publication qui donc interroge les liens entre technologies et apprentissage du point de vue des apprenants et qui cherche à savoir si le niveau d'adoption ou de dépendance à l'égard des technologies influence le rapport au savoir et les attentes en matière d'enseignement et d'apprentissage. Autrement dit, il s'agit d'examiner au plus près les recherches disponibles pour déterminer si oui ou non le décalage maintes fois dénoncé entre les pratiques personnelles et les méthodes de l'enseignement formel s'avère préjudiciable aux apprentissages ; si les jeunes issus de cette génération C comme connectés se sentent déphasés du fait que l'école, l'université ne misent pas davantage sur les TIC... des questions que je n'avais pas abordées directement dans ma revue de littérature sur les jeunes et les médias sociaux, mais auxquelles j'étais bien évidemment tentée de répondre “oui”.

Eh bien la réponse est globalement négative, même s'il convient de nuancer le propos, en particulier parce que le manque de recherche empirique, fréquemment pointé, ne permet pas de conclure définitivement, mais d'offrir plutôt un instantané. En l'état actuel des connaissances, donc, les discours courants sur la nécessité d'opter pour un changement radical de pédagogie en sollicitant les compétences que les jeunes développent en contexte informel, ne sont pas attestés par les travaux scientifiques disponibles.

Parmi les principaux résultats mis en évidence dans l'étude de l'OCDE :

Tout d'abord, les “new millennium learners” n'existent pas vraiment, dans la mesure où un terme englobant toute une génération ne peut que prédire des pratiques intenses d'internet, mais reste impropre pour qualifier la diversité des profils liés à l'adoption et l'usage des TIC (et les inégalités qui vont avec). Rien de nouveau ici, la question a été discutée à maintes reprises par tous ceux qui prétendent un tant soit peu s'y connaître en TICÉ.

Même si le fait d'être connecté change la manière d'accéder à l'information et de communiquer, même si la construction identitaire est marquée par ces expériences, rien ne permet d'affirmer que les usages des technologies transforment véritablement la façon d'apprendre, les valeurs sociales, les modes de vie ni les attentes à l'égard de l'éducation formelle. N'en déplaise aux chercheurs de l'IPTS à Séville et à ceux du Digital Youth Project aux États-Unis !

Le fait d'être plus ou moins “connecté” ne dit rien sur les usages, bons ou mauvais, des technologies ; autrement dit, un usage plus intensif n'est pas nécessairement plus bénéfique : la pratique du multi-tâche, par exemple, peut impacter positivement ou négativement l'apprentissage. De même, le fait d'être familier avec telle ou telle technologie ne prédit en rien la capacité à mettre cette familiarité à profit dans un contexte éducatif formel.

L'influence de ces pratiques numériques, effectivement en plein essor, sur le développement cognitif reste par ailleurs mal connue. Bien qu'il soit sans doute trop tôt pour que des effets significatifs soient mesurés, certaines recherches semblent indiquer à plus ou moins long terme un affaiblissement de l'intelligence verbale au profit de formes d'intelligence plus “spatiales”, liées aux images.

De nombreuses recherches montrent parallèlement que les apprenants ne sont pas toujours à l'aise avec les innovations pédagogiques introduites par les TIC, indépendamment de leurs niveaux de pratiques en dehors de l'école ou de l'université. Les TIC doivent servir à améliorer l'enseignement tel qu'il existe, pas à le changer radicalement. Leur valeur ajoutée est directement liée au fait qu'elles peuvent être pratiques et permettre d'améliorer la productivité des apprenants : grâce aux technologies, ils sont plus efficaces et donc plus performants.
Si cette valeur ajoutée n'est pas immédiatement perceptible, les jeunes sont peu disposés à adopter de nouveaux outils, ni à changer leurs manières de faire. Une telle réticence serait due au fait que les innovations sont par nature incertaines, perturbatrices, inconfortables. À moins qu'il s'agisse d'une question d'expérience : ils imaginent difficilement d'autres configurations que celles qu'ils connaissent déjà... À moins qu'il s'agisse d'une question de distance : ceux qui ont terminé leurs études sont très souvent plus critiques, et donc plus inventifs, que ceux qui sont en train de les suivre...

Toujours est-il qu'il ne faudrait pas comprendre ces analyses comme un encouragement à la démission : bien au contraire, décideurs et praticiens doivent poursuivre leurs efforts pour mieux comprendre ce décalage observé entre les pratiques liées à l'éducation formelle et celles relevant de la sphère personnelle. Il s'agit bien de prêter attention à la manière dont les jeunes apprennent, jouent et socialisent et de s'en inspirer pour soutenir l'innovation pédagogique. Car la recherche ne laisse guère d'ambiguïté sur la question de la motivation : les jeunes à qui l'on propose régulièrement des activités impliquant l'usage des technologies sont plus engagés dans leurs apprentissages, c'est sûr ! Ouf ! Work in progress donc !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : En débat, Vue sur les TICE

2 commentaires pour “ Les TIC ne changent pas (encore) notre façon d'apprendre ”

  1. Bruno Devauchelle le 11 septembre 2012 à 9:25

    Le manque de travaux empiriques ou plus expérimentaux sur ce que cela transforme tient aussi au fait que derrière la notion de "façon d'apprendre", il y a un champ très large d'études et que, de plus, il y a peu de travaux de synthèse de ces recherches éparpillées entre les neurosciences, la sociologie, l'anthropologie etc...
    Autre élément important, le contexte. Ce concept qui prend de plus en plus d'importance dans les travaux de recherche de toutes les disciplines met en cause une approche strictement statistique des problèmes rencontrés. Dans le cas présent il semble qu'il s'agisse de nos façons d'apprendre en milieu formel (scolaire). Du coup le contexte, scolaire ici, prend une importance d'autant plus essentielle que comme l'avait montré Guy Vincent, la forme scolaire est un élément culturellement structurant qui contraint notre rapport au monde, voire notre individuation. Il n'est donc pas étonnant que les TIC, que l'on cherche d'abord à "intégrer", n'y ai que peu de place, à commencer par celle des façons d'apprendre qui sont dictées par la forme scolaire...

  2. Pascal Nogaro le 29 août 2012 à 0:04

    Peut-être à mettre en relation avec le dossier de philosophie magazine : "Pourquoi nous n'apprendrons plus comme avant "
    http://www.philomag.com/fiche-ancien-numero.php?id=63

    Merci pour vos articles et la richesse de votre site


Carnets de recherche