Education au patrimoine : mémoire, histoire et culture commun

13 mars 2012
Par

En 2011, les 15 772 monuments et sites  français ouverts au public les 19 et 20 septembre pour la 26e édition des Journées européennes du patrimoine ont recensé plus de 12 millions de visiteurs. Les Journées du patrimoine ont popularisé le terme de « patrimoine » en un sens récent et bien particulier : le monument historique, témoin du passé national, tend à s’effacer devant le « bien commun » dans lequel les citoyens peuvent se reconnaître et partager des valeurs.

Le dossier d’actualité n°71 du service Veille & Analyse de l’Ifé, rédigé par Marie Musset, s'intéresse à la place de l'éducation au patrimoine dans les classes. En effet, accompagnant la démarche du citoyen, l’« éducation au patrimoine » est rapidement devenue un objectif prioritaire au niveau national, européen et mondial et l'école en est un acteur privilégié.

N’épousant pas forcément les contours des disciplines scolaires, l’« éducation au patrimoine » les concerne toutes en s’intéressant aux connaissances « sur » les contenus patrimoniaux, mais aussi à l’éducation « par » le patrimoine : par le biais de partage d’expériences émotionnelles et artistiques, elle peut susciter ou identifier une communauté de valeurs.

Mais  la relation triangulaire et dynamique entre patrimoine, histoire et mémoire est complexe, et la plupart des éléments patrimoniaux identifiés comme tels sont imprégnés de conflits du passé, conflits désormais historiques mais qu’il convient de revisiter pour éclairer le présent. Il faut donc avoir le courage et prendre le temps d’identifier le potentiel de dissension et de confrontation, de négociation et de consensus que renferme la construction du patrimoine.  Cette condition est indispensable pour que le patrimoine puisse devenir un outil d’éducation civique.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Nos dossiers

Les commentaires sont fermés.