L’apprentissage collaboratif – Baudrit 2007

Après l’article consacré au livre de Baudrit « l’apprentissage coopératif », voici quelques notes concernant un ouvrage du même auteur sur l’« apprentissage collaboratif ».
Tout d’abord, il n’existe pas de définition consensuelle de ce qu’est l’apprentissage collaboratif, et le risque de mélanger ce qui relève du coopératif avec ce qui relève du collaboratif existe. Certains chercheurs ont pu parler de l’un pour l’autre.
Il ressort de cet ouvrage que lors de situations d’apprentissage collaboratif, il peut y avoir des divergences de point de vue, il faut arriver à comprendre le point de vue de l’autre pour avancer. Les stratégies de réalisation d’une tâche se développent au fur et à mesure, et sont négociées entre les membres du groupe, alors que dans le cadre de l’apprentissage coopératif, tout est préalablement planifié par l’enseignant. En conséquence, une des conditions pour parler d’apprentissage collaboratif est l’autonomie des élèves.

Ceci étant dit, il faut bien distinguer deux écoles. Comme pour l’apprentissage coopératif, les conceptions américaines et européennes diffèrent. Et peuvent s’opposer, même si Baudrit préfère finalement les placer sur un même continuum.
Baudrit mentionne quatre bases scientifiques de l’apprentissage collaboratif : la psychologie européenne (dans les pas de Piaget), la psychologie américaine (dans la suite de Vygotski, qui a inspiré plusieurs penseurs anglo-saxons), le courant psychiatrique aux États-Unis, et la philosophie américaine (Dewey).

La conception européenne de l’apprentissage collaboratif est attachée au concept de Conflit Socio-Cognitif (CSC). Piaget favorise non seulement l’égalité entre les enfants, mais aussi l’autonomie. Si une relation asymétrique existe, le CSC ne pourra pas avoir lieu : l’enfant se soumet à la vision du plus fort, au professeur, à l’expert. Dans le cas de CSC, la collaboration est dite contradictoire.
La conception américaine préfère quant à elle des conflits plus doux, l’apprentissage collaboratif est davantage organisé par l’enseignant, et l’autonomie des élèves n’est pas mise en avant. On retrouve la notion de Zone Proximale de Développement de Vygotski. La collaboration est dite constructive.

Les européens s’intéressent davantage au processus, au raisonnement, à la pensée (les élèves confrontent leurs idées, réfléchissent à plusieurs et font preuve d’esprit critique), alors qu’aux États-Unis priment la réalisation de la tâche, le produit final (les élèves co-construisent et la recherche de l’efficacité prime).

Les chapitres 2 et 3 sont centrés sur des analyses de situation d’apprentissage collaboratif : résolution de problèmes (à divers âges) et activités d’écriture. Il ressort que l’apparition du langage chez le jeune enfant est un atout essentiel pour le développement de la collaboration. L’apprentissage collaboratif semble mieux approprié pour l’approche de concepts de base plus que pour l’apprentissage de règles ou de savoir-faire particuliers. Un autre aspect important est la temporalité : il est nécessaire que les élèves aient le temps de s’habituer au travail collaboratif. La collaboration, tout comme la coopération, ne se décrète pas.

Pour les activités d’écriture, Baudrit distingue plusieurs degrés de collaboration possible :

  • co-writing : collaboration du début à la fin, pour chaque étape de la réalisation de la tâche.
  • co-publishing : textes individuels pour une réalisation commune
  • co-responding : il y a des temps de collaboration lors des révisions des articles rédigés individuellement
  • co-editing : seule la correction finale est collaborative.
  • writing-helping : la collaboration n’a lieu qu’en cas de besoin, mais n’a pas de caractère systématique.

Le co-responding est largement commenté dans le livre.

L’apprentissage collaboratif fait donc référence à des situations très diverses, et les mises en oeuvre varient aussi en fonction de la culture de chacun : les approches américaines et européennes sont très divergentes. Il n’existe pas de technique d’apprentissage collaboratif à proprement parler. Il s’agit pour certains davantage d’une philosophie, d’une façon d’être.

Voir la notice sur notre bibliographie collaborative.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *