Citations : la qualité ne s’oppose pas à la quantité ?

Les chercheurs en éducation qui produisent le plus, en termes de publications de recherche (articles et ouvrages principalement), sont aussi ceux qui sont les plus cités par leurs pairs. On observe par ailleurs une polarisation, au sein des universitaires suisses entre d’une part le groupe -minoritaire- des professeurs qui publient beaucoup et sont souvent cités, et d’autre part le groupe – plus nombreux- de ceux qui publient très peu et ne sont presque jamais cités.

Ce sont en substance les principales conclusions de l’étude présentée à la conférence annuelle ECER 2011 par Andrea Diem, à l’issue d’une enquête menée avec Stefan Wolter sur les professeurs en éducation des universités helvétiques.

Ils ont pour cela analysé et comparé la présence de leur échantillon d’universitaires dans le Science Social Citation Index (WOS – Thomson Reuters) et dans Google Scholar, constatant d’ailleurs des tendances congruentes dans les deux bases malgré les différences bien connues (Google Scholar prend mieux en compte les ouvrages et les autres types de productions scientifiques que les articles de revue, mais ses critères d’inclusion restent souvent obscurs).
En revanche, la langue agit toujours comme un facteur de discrimination forte, les universitaires francophones (essentiellement de Genève) étant désavantagés du fait de la fermeture totale du Web of Science à toute publication francophone (des revues de langue allemande sont en revanche inclues).

La course à la citation n’est pas encore une pratique courante dans la plupart des disciplines de SHS et particulièrement dans le domaine de l’éducation.
Néanmoins, les procédures d’évaluation des équipes de recherche et des chercheurs comme les différents modes de classement des institutions d’enseignement supérieur y ont un recours croissant, puisque les citations dans les revues à comité de lecture sont un des rares moyens d’approcher la qualité. Dans la mesure où les revues à comité de lecture pratiquent en effet une évaluation qualitative par les pairs, lors des expertises visant à accepter ou refuser un papier, il est souvent présumé que l’indicateur du nombre de citations inclut par conséquent une dimension qualitative.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *