A la poursuite de la bonne pratique éducative

Il n’y a pas de français parmi les 20 finalistes du WISE, le prix du sommet international pour l’innovation en éducation organisé par le QATAR, que nous présente ToutEduc.  Ce n’est pas une surprise énorme dans la mesure où cette compétition nécessitait sans doute d’adhérer à une certaine culture de  l’innovation et de l’éducation, faite d’optimisme et voire d’un certain angélisme politique, qui ne nous est pas la plus familière. Luc Cédelle pointe de façon très pertinente sur son blog les bons et mauvais côtés de ce qu’il désigne comme une  » idéologie mondiale de l’éducation « , caractérisée paradoxalement par sa négation de l’idéologie et son exaltation des « bonnes pratiques ».

On retrouve ici un élément majeur de certaines doctrines de politiques éducatives. Sur la trace des « What works ? » américains, de nombreux gouvernements souhaitent repérer, valoriser et disséminer les pratiques « qui marchent » en matière éducative. Quoi de plus logique ? De façon moins évidente, l’idée d’articuler ces bonnes pratiques avec les résultats de la recherche est de plus en plus présente. Au point qu’on peut aujourd’hui identifier une doctrine voire une méthodologie de « l‘Evidence-Based Education » qui a pris sa source dans des pays anglophones (voir notre dossier à ce sujet en 2006) mais se répand aujourd’hui bien au delà (voir le billet de Laure Endrizzi sur l’expérience danoise en la matière)

Récemment encore, la direction générale de l’enseignement scolaire du ministère en France a organisé des journées de l’innovation qui s’articulent avec la volonté d’appuyer l’innovation sur la recherche, avec par exemple une table ronde significativement dénommée « Education et recherche : pour des politiques scientifiquement fondées« . Le monde de la recherche est-il pour sa part prêt à relever le défi ?

Cela dépend déjà de quelle recherche on parle. Des esprits chagrins pourraient s’étonner de cette appétence pour la recherche dans le domaine de l’éducation concomitante à la réduction de la formation des enseignants qu’assuraient les IUFM ou à la suppression de l’INRP. Y aurait-il des recherches jugées meilleures ou plus efficaces que d’autres ? On ne peut oublier la critique récurrente des « pédagogues », la querelle des méthodes de lecture ou la publicité donnée en 2004 au rapport de  Gauthier, Richard et Bissonnette sur les « interventions pédagogiques efficaces ».

A contrario, on ne peut que constater depuis quelques années la fascination croissante exercée par certaines recherches, comme les sciences cognitives et les neurosciences,  qui apparaissent plus proches de la recherche expérimentale que les sciences de l’éducation traditionnelles. Certains, dans le champ scientifique, à l’image du groupe de recherche  Compas, revendiquent d’ailleurs cette approche, de faire des sciences cognitives   » la base scientifique de toute méthode ou pratique d’apprentissage  » (citation du philosophe John Bruer). Les travaux de Stanislas Dehaene sur la lecture ou les mathématiques retiennent également l’attention des décideurs, qui voient dans une approche auréolée de la neutralité et de l’autorité de la science le moyen d’en finir avec les querelles idéologiques sur l’école.

Au sein du monde de l’éducation, certains se méfient de réduire une activité intellectuelle à une activité cérébrale. Ainsi que l’explique par exemple Rudolf Bkouche   » on confond ainsi les contraintes liées à l’apprentissage d’un domaine de la connaissance et les contraintes imposées par l’élaboration des neurosciences comme étude de l’activité cérébrale ; on continue ainsi, sousune forme différente, la confusion introduite par Piaget entre ce qu’il considérait comme les structures profondes de la cognition et les modes d’apprentissage (…) »

Dans le monde anglo-saxon, de nombreux chercheurs en éducation critiquent la dérive « techniciste » liée au discours des bonnes pratiques, qui évacue la dimension sociale ainsi que la question des fins et des valeurs de la pratique pédagogique, en demandant aux enseignants d’obtenir de « bons résultats » par le truchement de quelques recettes déjà éprouvées.

Ce qui est surtout caractéristique pour l’observateur, c’est le peu de confrontations entre les tenants des différentes approches, à de rares exceptions (voir par exemple la présentation « sciences cognitives et éducation » écrite par E. Gentaz et P.Dessus).

Ainsi, on trouvera peu d’évocation de ces approches  dans les très riches actes de la conférence AREF2010 qui a réuni en septembre dernier une bonne part des chercheurs francophones en éducation, dont beaucoup s’intéressaient en priorité aux pratiques enseignantes. Comme si le monde de la recherche en éducation, à quelques rares exceptions,  ne jugeait pas nécessaire de répondre à l’interpellation que lui lance indirectement la vogue de l’evidence-based education parmi les responsables de politiques publiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *