Travail collaboratif et Ressources Educatives Libres

Le travail collaboratif est volontiers mis en avant, dans de nombreux domaines, notamment éducatifs, et a pris encore plus d’importance avec l’arrivée du web dit 2.0. Il se développe notamment dans la sphère éducative, entre autres choses pour ce qui concerne la création de ressources éducatives, ce qui implique aussi une redéfinition des droits d’auteurs. Les différents projets qui se montent dans le monde, pour mettre en commun les pratiques, pour élaborer à plusieurs du contenu éducatif, pour partager ce savoir, ont souvent recours aux formats libres et aux licences libres, afin que chacun puisse s’approprier les ressources, indépendamment de sa situation, de son équipement, et que chacun puisse les adapter aux spécificités locales. L’interopérabilité entre les outils et les documents est nécessaire. Le 24 septembre 2008 a eu lieu un colloque à l’ENS de Paris intitulé « Association d’enseignants et travail collaboratif : quels modèles ?« , co-organisé par l’INRP et les associations Sésamath, Weblettres et Clionautes. Un compte rendu se trouve sur le site du Café Pédagogique. Lors de son intervention, Virginie Torrens (UNESCO) a bien mis en avant ces nécessités. Les trois associations présentes avancent aussi sur ce terrain, avec leur projet commun de plateforme ouverte aux élèves pour la préparation du diplôme national du Brevet. Sésamath s’est emparé de cet aspect-là dès le début.

L’avenir du développement d’Internet dans le paysage éducatif passerait-il par les Ressouces Educatives Libres (ou en libre accès) ?

L’expression Ressources Educatives Libres (OER en anglais : Open Educational Resources) parait pour la première fois en 2002 lors d’une conférence de l’UNESCO. Il s’agit de « matériels numériques offerts gratuitement et librement pour les éducateurs, les étudiants et les apprenants autonomes dans un but d’enseignement, de formation et de recherche« . Ce peut être du contenu pédagogique, des logiciels de création, des ressources avec des licences spécifiques.

Le MIT (Massachusset Institute of Technology) est pionnier quant à la mise à libre disposition de ressources éducatives, avec son projet OpenCourseWare , qui a démarré dès 2001. Le principe de ces ressources est qu’elles puissent être réutilisées par les enseignants, les formateurs et les apprenants, qu’elles puissent être adaptées ou modifiées. Tout ceci est favorisé et rendu plus facile par l’utilisation des nouvelles technologies (partage à partir d’espaces de stockage accessibles par Internet). Mais ces nouveaux usages peuvent entrer en contradiction avec la législation concernant le droit d’auteur ou le copyright. Il a donc fallu faire évoluer ces législations, pour les mettre en conformité avec des usages, et ne pas brider les possibilités offertes, notamment au monde éducatif.

C’est pourquoi le professeur Lawrence Lessig fonde les licences Creative Commons (CC), qui permettent de définir certains droits (elles se déclinent en 6 licences différentes), selon que l’auteur autorise ou non les modifications, les utilisations commerciales, entre autres possibilités. Ces licences sont dites « libres », même si elles peuvent être plus ou moins restrictives. L’OCDE, dans un rapport de 2007 (Open Content Licensing (OCL) for Open Educational Resources, 25 p.), les présente comme une adaptation nécessaire du copyright face aux nouveaux usages occasionnés par les nouvelles technologies. Il existe d’autres licences qui permettent un accès et une diffusion des savoirs. La rubrique « licence » du site GNU peut servir de référence pour y voir plus clair dans toutes ces licences concernant la documentation. Les licences CC ont l’avantage d’être traduites dans la législation des pays qui les adoptent (près d’une cinquantaine actuellement).

L’OCDE a pris la mesure de l’urgence à adopter ces nouvelles formes de diffusion, et appelle dans un rapport (Les ressources éducatives en libre accès : Pour diffuser gratuitement des connaissances, résumé en français, 2007, 8 p.) les États à investir dans ces ressources, à développer une politique volontariste dans ce domaine. Il faut ajouter que cela favorise aussi un cercle vertueux : plus les ressources sont réutilisables, plus il est facile de créer de nouvelles ressources. A l’heure où l’information transite de manière instantanée partout dans le monde, l’explosion des savoirs en ligne n’est pas près de s’arrêter.Il existe des initiatives intéressantes dans ce domaine, notamment un livre qui devrait faire référence, d’autant qu’il est écrit collaborativement, et qu’il devrait évoluer au fur et à mesure de l’évolution des appropriations, sur le site de WikiEducator : Open Educational Resources Handbook (version 1.0 à ce jour). WikiEducator a été lancé à l’initiative du Commonwealth of learning, qui est à l’origine du FLOSS4Edu. Ce livre, qui est lui-même un OER, est en train d’être traduit en français, à l’initiative du réseau Framasoft.


2 réflexions au sujet de « Travail collaboratif et Ressources Educatives Libres »

  1. Salut Rémi, et merci pour cet article on ne peut plus intéressant,

    Juste une petite remarque pour dire que FLOSS4Edu est une Initiative pensée par quelques Africains pour créer des REL (Ressources Educatives Libres) par des éducateurs africains et adaptées au contexte africain. Cette initiative se sert de la plate-forme WikiEducator pour développer ces REL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *