Web & innovation sociale

docforumLe projet Web Intelligence et l’association Docforum ont organisé une journée de rencontres sur le thème de lweb et innovation sociale le 26 mai dernier. Différents regards se sont croisés : le management d’entreprise (André Benoit de Jaegere), le monde des ONG (Jean-Pierre Pinet pour ATD quart monde), des structures associatives et coopératives (Sylvain Bouchard pour La Péniche à Grenoble), le monde académique (Philippe Durance du CNAM), un think-tank (Jean-Michel Cornu pour la FING).

Pour André-Benoit de Jaegere, l’innovation est forcément sociale et l’entreprise a un rôle clé à jouer : l’entreprise qui innove transforme le tissu social. Il insiste sur les potentialités de la génération Y(16-32 ans) en terme d’innovation. Pourtant, le sondage qu’il présente (comment les entreprises voient cette génération) indique que l’inventivité n’est pas la qualité première de cette génération qui serait plutôt impatiente et individualiste même si elle est effectivement « connectée ». Le marketing doit prendre en compte l’évolution sociale et devenir plus personnel (en investissant les réseaux sociaux) et créer des communautés.

Jean-Pierre Pinet présente un projet d’insertion professionnelle par les TIC et insiste sur les conditions nécessaires à la réussite d’un tel projet : aller physiquement à la rencontre des personnes pour les inciter à participer et orienter l’action vers une co-production pour ne pas déposséder les personnes de leur capacité à sortir de leurs difficultés (favoriser l’autonomie).

Sylvain Bouchard qui représente une coopérative œuvrant dans l’économie sociale et solidaire (ESS) fait le constat que l’utilisation des réseaux sociaux demeure limitée dans les projets d’ESS : les outils existent avec de réels potentiels mais ils restent sous-utilisés par les acteurs. Le constat est le même avec les associations d’éducation populaire. Le numérique interroge tous les métiers mais dérange par le fait qu’il instaure un nouveau type de rapports : on passe d’un rapport de pouvoir (hiérarchique) à un rapport de conduite de responsabilité (relations plus horizontales, mais avec responsabilisation individuelle accrue). Il regrette l’absence de lien entre le monde de l’ESS et la recherche.

Philippe Durance distingue trois types d’innovation sociale :

  • type A : relation descendante, centralisée ; l’innovation, décidée en haut lieu s’impose à l’utilisateur.
  • Type B : schéma inverse que le précédent, l’innovation est conçue par l’utilisateur. Il y a par contre des difficultés à identifier et généraliser l’innovation.
  • Type C : l’innovation est le fruit d’une coopération étroite entre les bénéficiaires et les concepteurs

Pour l’intervenant, la France ne reconnaît que l’innovation de type A. Il estime que l’innovation n’est pas favorisée par le « mythe de l’égalité ». Il déplore que le principe d’expérimentation pourtant prévu dans la loi pour les collectivités territoriales soit verrouillé. Pour lui, l’innovation n’est actuellement possible qu’à un échelon local. L’innovation existe en France ( coopérative d’habitation, jardins collectifs, consommation collaborative, etc.), mais en dehors de l’institution.

Jean-Michel Cornu a fait une intervention sur les monnaies de l’innovation : il a présenté des expériences de différents types de monnaie : monnaie d’économie locale pour favoriser le développement économique ; monnaie de réputation pour favoriser les mécanismes de confiance ; monnaie affectée pour favoriser une activité humaine. Les défis à venir concernent la création de monnaies non-transactionnelles, de monnaies approximatives, de monnaies basées sur la valeur d’usage ou encore de monnaies de réserve de valeur.

La dernière intervention (Simon Sarazin) concerne le projet « Imagination for people » sur les expériences d’innovation sociale de rupture dans le monde. L’ENS-Lyon et l’IFÉ y sont associés. Ceci fera l’objet d’un prochain article sur ce blog.

Quel rapport entre les réflexions menées lors de cette journée et le monde de l’éducation ?

S’il n’y a pas eu d’intervenants spécifiquement dans ce domaine, le constat est là : en filigrane se dessine la nécessité d’appréhender les TIC dans leur globalité. En effet, elles sont au cœur actuellement de l’innovation, cela a été dit par tous les intervenants et il y a une volonté des acteurs de combler les fossés numériques : fossé générationnel ; fossé social ; fossé culturel (cf rapport du CAS du 20 avril 2011).

La semaine dernière se tenait à Lyon le forum des enseignants innovants. L’innovation en éducation passe essentiellement par les TIC. Si les TIC sont au cœur de l’innovation, l’éducation a un rôle central à jouer pour permettre aux personnes d’appréhender les nouvelles compétences nécessaires au monde numérique dans lequel nous vivons.


2 réflexions au sujet de « Web & innovation sociale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *