Ecrire, pour quoi faire ?

« Ils ne savent plus écrire »… « et pourtant ils écrivent ». Le vocabulaire courant ainsi que les interrogations de divers médias disent toute la complexité de l’écrit : il peut s’agir de produire un signe graphique ou un énoncé de communication. On admet en tout cas aujourd’hui la complexité d’une activité qui concerne d’emblée toutes les dimensions de l’écrit, linguistiques mais aussi culturelles et sociales.

À l’heure où les exigences en littératies sont importantes au sein de sociétés dans lesquelles l’écrit ne peut plus se réduire à du stockage d’information ou de la transcription, qu’a-t-on à dire et comment y arrive-t-on ? Quels sont les obstacles à cet apprentissage et les travaux de remédiation à envisager ?

Le Dossier d’actualité Veille et Analyses numéro 62 du mois de mai 2011 rend compte, dans une perspective internationale, des travaux récents dans les différents champs de recherche  concernés par la production écrite.


2 réflexions au sujet de « Ecrire, pour quoi faire ? »

  1. « apprendre à écrire est un processus social profondément enraciné dans un contexte culturel, bien loin d’une question technique indifférente au sens de ce que l’on écrit. » peut-on lire…

    écrire c’est essentiellement au départ coder un sens avec des signes visibles à la place des signes sonores. On ne peut donc jamais être en dehors du sens, sauf à ne pas écrire.

    Si les élèves de CP comprenaient qu’il n’y a pas de lecture sans écriture préalable, alors ils coderaient, ils écriraient du sens qu’ils pourraient relire. Ils sauraient aussi pour coder leur pensée que l’écriture, qui est un codage, permet de traduire d’une autre façon ce qu’ils disent.

    Et l’écriture donne alors accès à la lecture. Il n’y a pas de règle de décodage possible. « a » ne se décode pas toujours /a/. C’est uniquement après avoir codé un mot qu’on peut le décoder. Comment lisez-vous « himation » ? Sauriez-vous indiquer les 9 décodages possibles du bigramme « lo » ? etc.

    Quand des chercheurs se pencheront sur cette question : faut-il commencer par lire ou par écrire pour entrer en communication écrite ? L’histoire a déjà répondu : il faut commencer par écrire, ce qui entraîne la lecture…

    Dommage qu’aucune place ne soit faite au codage et à l’apprentissage du codage orthographique dans ce cadre de l’écriture.

  2. Bonjour,

    Je suis enseignant en technologie depuis 32 ans , discipline qui utilise énormément le numérique peut-être trop ?

    Je m’aperçois de plus en plus effectivement qu’il devient ddifficile pour les élèves d’écrire correctement y compris dans les classes qui seraient dites de bon niveau !

    Je pense pour ma part que les résultats que nous obtenons dans le domaine de l’écrire sont tout à fait logiques, en effet les élèves écrivent de moins en moins, ils sont submergés par des suites d’écran et d’informations de toutes sortes, on leur donne l’impression de pouvoir répondre à n’importe quoi. L’outil informatique pour ma part est très important mais peut-être mal utilisé ? Combien d’élèves ont préparé au brouillon le document qu’il ont à produire sur ordinateur ? Combien d’élèves ont réfléchi aux questions qu’ils doivent se poser avant d’aller faire une recherche sur ordinateur ? Préparons plus les recherches et les écrits préalables avant d’utiliser l’ordinateur, cet outil étant à utiliser au final mais non prématurément.

    Je ne sais pas si vous trouverez mes propos ci-dessus intéressants, je suis à votre disposition pour des échanges sur le sujet et pour avoir votre avis sur mon commentaire.

    Cordialement

    R Soulezelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *