La naissance d’une « norme » : le cas du lifelong learning

Comment une norme se fabrique-t-elle ? De sa conception à sa diffusion, à son application, quel est son circuit et pourquoi des pays ont-ils adopté et appliqué des mesures dont l’efficacité n’a pas encore été prouvée? Voici les questions que soulève Alexander Kleibrink dans un récent article paru dans le European Journal of Education (Kleibrink, 2011) en s’appuyant sur l’exemple du lifelong learning dans le contexte européen.

Projet à la fois politique et éducatif, l’apprentissage tout au long de la vie est une notion partagée par de nombreux gouvernements. Il convient d’offrir aux adultes des mécanismes et une ingénierie leur permettant de mettre en œuvre leurs projets (diffusion des offres, reconnaissance des acquis, mesures incitatives, etc.). Il  s’agit également de prendre en compte l’importance accordée à l’apprentissage informel et l’autoformation. Cette argumentation  est présente dans les nombreux documents de politiques éducatives internationaux ou nationaux (1997, Unesco ; 2001, OCDE ; Pagé et al., 2004) : la société en général subissant de profondes transformations sociales et économiques, il convient d’adapter les modes d’apprentissage et de développer la formation continue de façon à permettre aux individus de s’insérer dans la vie active (Gaussel, 2011)

La commission européenne, l’OCDE et dans une moindre mesure, le Conseil de l’Europe et l’Unesco sont considérés comme des « fabricants de normes » en matière de lifelong learning. Ces organisations ont répondu à la demande des entreprises de mettre au point des  équivalences de diplômes et de faciliter la mobilité professionnelle grâce à un cadre commun sur les qualifications à échelle internationale  (EQF’s, European Qualifications Framework ou CEC, cadre européen des certifications). L’Union Européenne propose des mesures ayant pour objectif de faire adopter à l’ensemble des pays des normes similaires en terme d’apprentissage tout au long de la vie et de reconnaissance de compétences afin de faciliter la mobilité professionnelle. Elle a ainsi largement contribué à la définition du lifelong learning, initialement perçu comme un concept humaniste et égalitaire de la formation continue, en y ajoutant une nouvelle dimension d’efficacité et de qualité basée sur le concept du capital humain. La commission européenne a de cette façon déterminé un scénario original qui est vite devenu la norme au sein de l’Europe, mais également pour les pays ne faisant pas partie de l’Union. En effet, l’idée même de devenir membre est en soi l’incitation la plus puissante pour se plier aux exigences liées aux normes. Malgré le peu de preuves empiriques sur l’efficacité d’un cadre national ou européen des qualifications, un grand nombre de pays s’est donc lancé dans la mise en place de ces systèmes.

Quatre mécanismes ont été identifiés comme déclencheur de l’émergence d’une norme : la coercition (un pays ou une organisation influence sur la politique d’un pays plus « faible »), l’imitation (un pays applique les réformes, ou partie des réformes, d’un pays voisin parce que « ça marche », l’émulation (un pays en copie un autre afin de paraitre, au moins symboliquement, plus apte à intégrer l’Union) et la compétition (un pays applique des réformes dynamiques et transparentes pour mieux attirer les investissements étrangers et stimuler la compétitivité via la participation à l’éducation).

A quel moment les mesures adoptées deviennent « la norme » et comment cette norme émerge-t-elle ? Kleibrink identifie quatre étapes :

  • l’émergence du concept avec débats et recommandations ;
  • la justification du concept et liens avec le monde économique ;
  • l’appropriation du concept par les pays ;
  • la diffusion du concept.

Cependant, tous les pays ne mettent pas ces mesures en œuvre de la même façon : les candidats potentiels, en liste d’attente pour devenir pays membres, s’empressent de d’adopter la norme dictée par l’Union dans son intégralité. Au contraire, les pays qui ont peu de chance d’arriver dans la « short list » n’adoptent seulement que les mesures en cohérence avec leur profil national.

Le cadre européen de qualifications s’est ainsi répandu dans 60 pays à travers le monde. Les réformes portant sur le concept de lifelong learning sont devenues symboliques d’une transformation économique, plus importante encore que le seul enjeu des réformes éducatives. L’étude de l’implémentation de ces réformes à travers le monde sera un bon indicateur sur la façon dont la norme se crée et se diffuse.


Une réflexion au sujet de « La naissance d’une « norme » : le cas du lifelong learning »

  1. Comment se situe la mise en place de ces normes par rapport à celles mises en place par l’OCDE ? car il me semble que celles -ci ont largement précédées les normes de la Commission européenne et du concept de lifelong learning ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *