La mission civilisatrice de Walt Disney

21 décembre 2007
Par

Dans son ouvrage Les Contes de fées et l’Art de la subversion (Fairy tales and the Art of Subversion), Jack Zypes, universitaire américain spécialiste des contes de fées et traducteur des frères Grimm, s’intéresse au conte et à son rôle dans l’histoire sociale. Les contes traditionnels, qui mettent en avant une perception socio-politique du monde, désignent le pouvoir et l’oppression comme de puissants moteurs narratifs. L’on peut alors se demander dans quelle mesure le conte a « légitimé ou critiqué le contenu ou la forme du processus culturel occidental », peut-être jusqu’à la subversion. Perrault et ses émules ont créé le genre littéraire du conte de fées et lui ont assigné un mission culturelle durable, mélange élégant de principes et de canons esthétiques, mais Jack Zypes veut s’intéresser à la « zone d’ombre » des contes de fées en tant que processus de civilisation de l’occident ; il s’inscrit dans la démarche de Norbert Elias, dont les études socio-historiques mettent l’accent sur les interactions entre l’évolution socio-génétique d’une société et la constitution psycho-génétique de l’individu. Chaque conte véhicule en effet les valeurs nécessaires à la cohésion sociale du groupe.Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, alors que les contes légitimés comme modèle normatif sont réédités sans relâche, un courant anglo-saxon anti-conservateur va révéler « la dynamite sociale » que le conte peut contenir. De grands écrivains victoriens (Dickens, Lewis Carroll…) proposent de poser un regard neuf sur la société industrielle de leur temps. Mac Donald dynamite les conventions pour renouveler les conduites morales et sociales. Ainsi de Little Daylight (1867), parodie de La Belle au Bois dormant. Plus radical bien que complètement inséré dans la société aristocratique et intellectuelle dont il est très tôt un brillant sujet, Oscar Wilde est le bouffon d’une cour à laquelle il rappelle incessamment sa vanité. Ses contes (Le Prince heureux, 1888) nourris d’humanisme socialiste et chrétien, dénoncent les conditions carcérales, les pédagogies autoritaires, la rigidité de l’Eglise et lancent un appel au changement. L’utopie d’Oscar Wilde revisite Andersen : L’Enfant étoile est une parodie du Vilain Petit Canard, Le Pêcheur et son Ame celle de La Petite Sirène.

L. Franck Baum entreprend d’américaniser le conte de fées tout en proposant des alternatives radicales à la réalité sociale. Si dans Le Magicien d’Oz (1900) les paysages et les personnages sont typiquement américains, les valeurs proposées en sont aux antipodes : tendresse et bonne volonté remplacent l’esprit de compétition et l’avidité.

Ainsi, à la fin du XIX° siècle, le nouveau conte de fées classique appartient au processus de libération sociale.

Dans ce contexte, peut-on dire alors de Walt Disney, dont l’influence sur le processus de civilisation des enfants est sans conteste, qu’il a révolutionné le conte, alors qu’il s’est en fait agi d’une régression, d’une « dégénérescence de l’utopie » ? Disney a domestiqué le conte et lui a rendu ses frontières conservatrices, même si l’on peut observer qu’à son époque le conte est déjà souvent infantilisé et édulcoré, sur fond de schéma patriarcal et de stéréotypes bourgeois.

Le dessin animé allait bouleverser le rapport entre le texte et l’image et, parmi les nombreux réalisateurs qui s’intéressèrent au conte de fées, le nom même de Walt Disney allait devenir synonyme de conte des fées, mais son inventivité graphique et sa créativité iront de pair avec le statu quo du processus subversif de civilisation. Les désordres et les pulsions de l’enfance sont bien cadrés, et l’idéal américain de Walt Disney – rendre le monde plus propre et plus sûr – est en phase avec celui de son public depuis les années 20 : les Trois Petits cochons (1933), par exemple, accompagnent la Grande Dépression. Blanche-Neige est à cet égard un dessin animé emblématique : ce conte de Grimm est devenu typiquement américain…Les nombreux changements apportés par Walt Disney relèguent durablement le texte originel au second plan et réaffirment les valeurs conservatrices du processus de civilisation américain.

Par son art, Walt Disney modifie radicalement le genre du conte : la technique prend le pas sur l’histoire, l’image subjugue le spectateur et le « conte américain » propose désormais ses valeurs au monde entier. La lecture privée disparaît tandis que le divertissement dispense de la réflexion. L’ensemble répond à la mission de Walt Disney : restaurer une idéologie conservatrice, comme Mary Poppins utilisera sa magie et son imagination pour faire tenir tranquilles les enfants.

Fort heureusement, les oeuvres de Hayao Miyazaki (Le Voyage de Chihiro, Le Château Ambulant) ou des ateliers Dreamworks (Shrek) rappellent que le pouvoir subversif des contes de fées n’est pas aboli, même à l’écran.

Référence : Jack Zypes, Les Contes de fées et l’Art de la subversion (Fairy tales and the Art of Subversion), deuxième édition revue et augmentée, Heinemann, 2007, 254 p.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : En débat

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche