Mobilité européenne et réseaux sociaux : une conférence de euroguidance

Nous avons déjà abordé le thème de la mobilité étudiante dans un Dossier d’actualité du mois de février 2010 (Endrizzi, 2010). La conférence organisée par Euroguidance avait pour thème de la mobilité européenne et les réseaux sociaux le 7 octobre au CNAM de Paris. Voici un compte rendu des différentes interventions. Les documents utilisés lors de ces conférences sont accessibles en ligne sur une page Facebook dédiée à cette journée ou sur le site de centre INFFO.

Carlo Scatoli (Commission européenne) a fait le point sur l’actualité de la mobilité européenne. Le paysage a beaucoup évolué ces dernières années : la mobilité des étudiants était très réduite il y a vingt ans et était motivée par des raisons linguistiques essentiellement. Elle est beaucoup mieux répartie actuellement, comme le montrent les bénéficiaires des stages Erasmus. Des outils ont été mis en place pour aider à la mobilité des étudiants et l’agence Euroguidance a été pionnière en la matière.L’Europe a à cœur de privilégier cette mobilité tant pour les études que pour le travail.

Jean Simonnet (Centre INFFO) a précisé de quoi il était question lorsque l’on parlait de réseaux sociaux. Il rappelle que les réseaux sociaux n’ont pas attendu les TIC pour exister. Déjà en 1967, Stanley Migram a élaboré la théorie des six degrés de séparation (qui a d’ailleurs donné son nom au premier réseau social en ligne) : nous sommes tous reliés à n’importe qui d’autre à partir de liens de niveau 6. Autrement dit, il suffit de 6 connaissances de connaissances pour être en lien avec une personne donnée. Les réseaux sociaux numériques actuels ne font que accélérer le processus. A titre d’exemple, si on se connecte sur son compte Linkedin, apparait le nombre de connexions potentielles de niveaux 2 et 3 : on arrive rapidement à plusieurs centaines de milliers de contacts possibles.

Il rappelle la loi de Metcalfe (l’utilité d’un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs) qui explique la force des réseaux sociaux et de leur effet boule de neige à partir d’un certain nombre de « contacts » ou « amis ». Mais cette loi est contredite par le nombre de Dunbar (issue d’une recherche médicale) qui affirme que l’on ne peut pas s’intéresser à plus de 148 personnes et avoir des relations stables sans une aide technique ou sans établir des hiérarchies entre ses connaissances. Ce chiffre semble corroboré par les faits : le nombre moyen d’ « amis » sur Facebook est de 120.

Il ne faut pas confondre « réseaux sociaux » et « médias sociaux ». Les médias sociaux ont pré-éxisté aux réseaux sociaux. Sur le web, tout a commencé par l’hébergement de textes (blogs) de photos, vidéos ou présentations (sur des sites dédiés). Ensuite ont été ajoutées des possibilités de laisser des commentaires, de mettre des liens. Mais pour Simonnet, ce qui a caractérisé l’arrivée du réseau social, c’est la possibilité de se créer des profils personnels. A partir de ce moment là, tout ce que l’on faisait sur le web (contenu généré par les utilisateurs), on le faisait en son nom propre. Ont alors été réintroduites les problématiques de l’identité numérique. L’Internet est sorti du monde virtuel pour rejoindre le monde réel. On connote l’information par notre propre personnalité.

Pour lui, la question de savoir s’il faut être présent sur ces réseaux ne se pose plus. Il estime que l’on ne peut plus ne pas y être présent.

C’est l’idée qui prévalait aussi dans les quatre ateliers qui ont clos la matinée. Si les thématiques de chaque atelier étaient différentes, les intervenants qui relataient leur expérience d’utilisation de ces réseaux sociaux et notamment de Facebook dans un cadre institutionnel, qu’il soit imposé par la structure (dans le cas des Epitech) ou le fait d’initiatives individuelles (dans le cas de Pôles emplois), le constat est semblable : le recours à ces réseaux sociaux offre une plus value d’une part aux utilisateurs (chercheurs d’emploi, étudiants, partenaires, etc.) et d’autre part aux institutions (meilleure visibilité, plus de relations avec les étudiants, notamment dans le cadre de mobilités pour des périodes d’études à l’étranger).

Les institutions qui se lancent dans les réseaux sociaux mixent les canaux de diffusion de l’information, au risque que celle-ci soit redondante. Parfois un choix est fait entre tel ou tel canal (site officiel, blog, Facebook) en fonction de l’information. D’autres vont privilégier le rapport direct avec les étudiants sur Facebook (pour injecter un peu d’émotion qui fait défaut sur les sites institutionnels) mais mettre les informations institutionnelles uniquement sur le site officiel. Alain Taupin (ONISEP) estime qu’il faut « émouvoir pour mouvoir » : ces réseaux permettent d’avoir du feedback, des témoignages, etc.

La plateforme de blogs de l’Université Paris Descartes (Mundivox) s’est rapidement transformée en vrai réseau social au vu de l’utilisation que les étudiants en faisaient. Mais la réussite de ce réseau s’explique non seulement par l’implication des enseignants qui répondent et participent activement, mais aussi par la porosité qui existe entre elle et d’autres outils comme Facebook ou Twitter. Les articles publiés ici peuvent être lu là, les commentaires et réactions ne se font donc pas uniquement sur le site d’origine.

Cette porosité est aussi présente dans le dispositif mis en place par la région Rhône-Alpes pour les étudiants partis à l’étranger : il s’agit de la plateforme de blog Explorablog qui référence des blogs personnels d’étudiants hébergés ailleurs mais qui respectent une charte précise.

L’IUT d’Annecy avait aussi mis en place un système de blogs pour les étudiants, mais qui s’était avéré inadapté. Les étudiants ayant presque tous un compte Facebook, c’est la raison pour laquelle ils se sont tournés vers des pages Facebook dédiées.

A l’heure où dans le secondaire se développent les ENT, cela pose question : il semble donc que les solutions institutionnelles, les ENT ne prennent pas suffisamment en compte les aspects web 2.0, incitant ainsi les enseignants ou les structures à se tourner en complément vers des outils qui au départ ne sont pas prévus pour une utilisation académique. La porosité entre ces différents outils doit donc être une nécessité si l’on veut lever des freins à l’adoption des ENT.

L’aspect économique n’est pas absent des stratégies des institutions qui utilisent ces réseaux sociaux. Ils espèrent assurer une meilleure visibilité, nouer des contacts avec les milieux professionnels aussi.

La plus-value existe aussi pour les étudiants qui jouent le jeu : certains se sont vus proposer des jobs ou ont été contactés pour des témoignages dans des émissions diverses. C’est une façon d’apprendre à gérer son identité numérique aussi.

Tous s’accordent à dire quand même que cela est très chronophage. Les centres Epitech ont même recruté un « community manager » à temps plein qui a pour mission de surveiller le contenu de ce qui est publié sur les différents murs des différents groupes et de faciliter le lien entre les étudiants et les institutions (12 établissements Epitech répartis sur le territoire français).

Des questions restent posées encore, notamment celles qui tournent autour de la frontière entre sphères privée et publique. Certains estiment qu’il faut maintenant distinguer la vie privée de la vie intime et que c’est cette dernière qu’il faut protéger. Toujours est-il que l’utilisation de ces réseaux sociaux nécessite un apprentissage particulier dont l’école doit se saisir. Il est impératif que les adolescents (et les adultes) aient conscience qu’ils sont responsables de ce qu’ils publient, quand bien même c’est sur un réseau plus ou moins fermé. Les paramètres par défaut de ces outils, les législations qui s’appliquent (bien souvent nord américaine) font que les données mises en ligne ne sont jamais totalement protégées. D’autant qu’il y a une spécificité très franco-française en ce qui concerne le rapport à la vie privée qui est très différent des pays anglo-saxons. Il est primordial de rester maitre de ce que l’on publie au sens de bien faire la part des choses et distinguer ce que l’on accepte de dire de ce que l’on veut garder pour soi. Cet apprentissage ne devrait-il pas être inscrit dans les fondamentaux de l’éducation ? La question a été posée.

La conférence de l’après midi a été tenue par Véronique Mesguich (Infothèque du pôle universitaire Léonard De Vinci). Après un rapide historique qui remonte à 1994 où se développe un web « de documents », puis en 2004 un web « de conversation » (web social, ou 2.0) pour arriver actuellement ou dans un futur plus ou moins proche à un web « de données » (web sémantique) de plus en plus mobile (voir les applications pour les smartphones qui se développent, alors même que 20% des connections au net se font depuis des téléphones portables), V. Mesguich rappelle qu’il existe de nombreux réseaux sociaux numériques, qu’ils soient généraux ou thématiques. Facebook serait l’arbre qui cache la forêt, mais il ne faut pas oublier que dans certains pays, d’autres outils sont utilisés (Studivz en Allemagne, Tuenti en Espagne, etc.). Il existe aussi de nombreux réseaux thématiques, notamment sur des plateformes du type de Ning.

Concernant la mobilité étudiante, elle renvoie à l’étude « the Facebook project » réalisée par l’Université de Leicester. Les étudiants bien souvent s’inscrivent sur les groupes ou pages Facebook des ces universités avant d’y être inscrits. Les sociologues parlent du rôle de « social glue » joué par ces réseaux.

Elle rappelle aussi les risques encourus : usurpation d’identité, utilisation frauduleuse de données, divulgation d’informations personnelles, exploitation des données recueillies par des tiers, etc.

Véronique Mesguich, qui vient du monde de la documentation, termine en citant Olivier Erszcheid : « Les réseaux sociaux posent aujourd’hui, au sens propre, la question documentaire appliquée au facteur humain ». On assiste à une redocumentarisation du monde avec une nouvelle forme d’indexation, sans figure d’autorité. L’homme serait-il devenu un document comme les autres ?

Pour aller plus loin :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *