Visite d’un CIO au Danemark : UU Copenhagen

Ce billet sera vraisemblablement le dernier d’une série de 5 consacrés au Danemark, suite à la visite d’études à laquelle j’ai participé fin mai. Pour mémoire, 3 (1, 2 et 3) étaient consacrés à la recherche en éducation au Danemak et aux travaux de type evidence-based education menés à la Danish School of Education (DPU), un 4e portait sur la coopération transfrontalière (DK / SE) en matière d’éducation soutenue par l’agence Öresunddirect. Et celui-ci qui se propose de rendre compte de la visite d’un CIO à Copenhague ; où l’on découvre que l’appellation « CIO » est cependant peu adaptée ; à moins que ce soit l’expression « centre d’information et d’orientation » française qui soit usurpée ?

Ungdommens Uddannelsesvejledning (UU Copenhagen) est l’un des 45 centres municipaux créés en 2004 à l’occasion de la réforme des services d’orientation au Danemark. Ces centres se concentrent sur l’accompagnement des jeunes de 12 à 25 ans dans les transitions vers l’enseignement secondaire supérieur (général ou professionnel) et vers le marché de l’emploi. Les 7 centres régionaux Studielvag, également créés en 2004, s’occupent pour leur part de l’entrée à l’université et de l’insertion professionnelle des diplômés de l’enseignement supérieur.

Toutes les politiques d’éducation sont tendues vers des objectifs chiffrés ambitieux, à atteindre pour 2015 : 95% des élèves doivent achever leur scolarité secondaire (générale ou professionnelle) tandis que dans le même temps, c’est un taux de 50% de diplômés de l’enseignement supérieur qui est visé, en droite ligne avec les recommandations de Lisbonne. Ce benchmark de 95% semble exercer une pression forte sur l’ensemble des professionnels, quel que soit leur positionnement sur l’échiquier de l’enseignement obligatoire, et les conseillers d’orientation sont ici en première ligne.

Le centre visité est le plus grand de Copenhague. Les quelques 120 employés qui y travaillent sont regroupés en 4 équipes :
– une équipe chargée de soutenir les élèves à besoins particuliers (handicaps notamment),
– une autre qui se concentre sur les élèves en difficultés et les jeunes décrocheurs,
– une troisième qui se partage les interventions dans les établissements scolaires,
– et une dernière qui occupe une fonction plus gestionnaire, avec la production de statistiques et l’évaluations des dispositifs.

On est donc assez loin des 2 ou 3 personnes qui portent la responsabilité des CIO en France (quand ils ne sont pas déjà fermés).
Cette répartition générale ne s’appuie donc pas sur des services indistinctement offerts à tous les élèves : ceux qui ont besoin d’un soutien spécifique en matière d’orientation constituent explicitement une cible prioritaire (même si définir qui a des besoins spécifiques est sujet à discussion). Ce sous-ensemble représente 30% de la population scolaire globale selon les estimations du Ministère de l’éducation danois.

L’essentiel du travail des conseillers s’effectue à l’extérieur du centre, notamment – mais pas seulement – dans les établissements scolaires. Chaque conseiller gère entre 1 et 3 établissements, en fonction de ses autres attributions et selon que les populations scolaires sont plus ou moins difficiles. Certains interviennent également dans les écoles privées : même si aucune obligation n’est formulée à cet égard, la progression de l’enseignement privé à Copenhague (51 collèges privés pour 56 collèges publics) fragilise les frontières établies.
Un des éléments clés est donc l’investissement sur le terrain des conseillers et en particulier leur mobilité. Certaines équipes mobiles vont également à la rencontre des jeunes dans les quartiers ; les conseillers de la task force sont aidés par un petit groupe de « grands frères » et de « grandes soeurs » qui travaillent à temps partiel pour le centre, tout en continuant leurs études : ils vont repêcher dans les quartiers les jeunes sans activité ou bien intervenir auprès des décrocheurs potentiels.

Un deuxième élément clé est l’existence de plans individuels d’études pour chaque élève dans la phase de transition entre l’enseignement obligatoire (folkeskole) et l’enseignement secondaire supérieur (youth education). Ces plans sont renseignés par les élèves eux-mêmes, avec les conseillers d’orientation le cas échéant. Ces derniers veillent à ce que les informations utiles soient effectivement disponibles via les outils numériques de suivi mis à disposition par le centre (et donc par la municipalité).
L’objectif final est d’évaluer si les élèves sont prêts pour entrer dans l’enseignement secondaire supérieur général ou professionnel. La décision peut en effet être retardée d’un an (via l’inscription dans une 10e année tampon), pour permettre à certains élèves fragiles de mieux se préparer à cette transition. En cas de difficulté persistante, ils peuvent être orientés vers un ensemble de programmes individuels, à vocation professionnelle. Si la famille est en désaccord avec la décision prise par les conseillers (en collaboration avec les enseignants), c’est le chef d’établissement qui arbitre.

Un troisième élément clé est l’obligation de résultats à l’égard des décrocheurs âgés de moins de 25 ans, qui ne suivent aucune formation et qui ne travaillent pas. Le centre est tenu de les contacter et de leur offrir une possibilité de rebondir (mais les jeunes ne sont pas tenus de l’accepter). D’où les équipes mobiles mentionnées précédemment. Un travail important de suivi est opéré avec les travailleurs scociaux, mais aussi via Facebook, plus pérenne en termes de traçabilité que les numéros de téléphone portable.

Une nouvelle législation rentrera en vigueur en août 2010, appuyant l’obligation faite aux municipalités (et donc aux centres municipaux d’orientation) de mettre en place des dispositifs et des outils pour aider les jeunes à commencer et terminer leur scolarité secondaire supérieure.
L’approche visant à cibler certains élèves plutôt que tous sera renforcée, tandis que les plans individuels d’études (pour tous) deviendront plus explicitement des outils de détection des populations à risque. De l’avis des professionnels rencontrés, cette question de la détection constitue un des principaux challenges pour les prochaines années.

Un autre sujet de préoccupation reste pour l’instant incertain : il s’agit de l’intervention des conseillers d’orientation du système public dans les établissements privés. La gratuité de l’éducation publique, la quasi-gratuité de l’enseignement privé et l’absence de carte scolaire telle qu’on l’entend en France, offre a priori un terreau favorable pour le « libre » choix de l’école. Dans les faits, la progression de l’enseignement privé à Copenhague s’opère via l’essor de petits établissements recrutant sur la base des « aspirations » des minorités (politiques, religieuses, culturelles, etc.) auxquelles les élèves et leur famille appartiennent ; ces établissements ne disposent pas forcément de services d’orientation propres et échappent partiellement aux objectifs fixés par le Ministère.

En tout état de cause, la rencontre avec les conseillers du centre UU Copenhagen a sans doute constitué un des points forts de la semaine. Les relations élèves – conseillers autour d’outils de suivi individuel et la création d’équipes mobiles semblent toutefois à la portée de tout système éducatif qui le déciderait. Plus globalement, les moyens placés dans ce centre et le large spectre des services proposés – et renforcés en temps de crise – laissent songeurs quant à ce que la notion de « service public » peut recouvrir de réalités contrastées d’un pays à l’autre.

Quelques lectures complémentaires

– un document de synthèse sur le système d’orientation danois, réalisés par le Ministère de la recherche, de la technologie et de l’innovation (en anglais, pdf, 20 pages) ;
– les pages des membres danois d’Euroguidance sur le site de la Danish Agency for International Education (aussi en anglais) ;
– les pages danoises sur le site du réseau européen Euroguidance (toujours en anglais) ;

Et pour mémoire, les dossiers d’actualité de la VST en lien avec ces questions :
Sorties sans diplôme et inadéquation scolaire (juin 2007)
La relation école-emploi bousculée par l’orientation (septembre 2009), dont la partie 4 rend compte des mesures actuellement déployées pour introduire l’orientation dans le curriculum dans la province du Québec, en Allemagne, au Danemark, au Royaume-Uni (Angleterre) et en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *