Coopération transfrontalière : Oresund 2.0

Lors d’une récente visite d’études organisée par les membres danois et suédois du réseau Euroguidance sur le thème « Guidance in the bordering region of Oresund« , j’ai pu, avec 12 participants en provenance des autres pays européens, appréhender les dispositifs d’orientation déployés dans chacun de ces deux pays, tant auprès des élèves du secondaire, que des étudiants et des adultes.
Mon intention ici n’est pas de faire un compte-rendu détaillé des échanges extrêmement riches de cette semaine européenne, ni même d’en faire une analyse somme toute peu étayée et nécessairement partiale ; il s’agit plutôt de vous soumettre, de façon assez descriptive, ce que je considère finalement comme le plus marquant a posteriori (soit un peu plus d’un mois après le retour). Je retiendrais donc les visites suivantes :

  • celle de l’agence Öresunddirect à Copenhague, chargée de promouvoir la coopération dans la région frontalière d’Öresund (DK / SE), notamment en matière d’éducation et de formation,
  • et dans un 2e billet celle du centre municipal d’orientation Ungdommens Uddannelsesvejledning (UU) Copenhagen : un des 45 centres municipaux créés en 2004, qui se concentrent sur l’accompagnement des jeunes de 12 à 25 ans dans les transitions vers l’enseignement secondaire supérieur et vers le marché de l’emploi.

L’agence Öresunddirect est un service public d’information, créé pour encourager la mobilité et l’intégration des personnes (travailleurs, étudiants et apprentis) et soutenir l’activité économique dans la région frontalière de l’Öresund (3,7 millions d’habitants). L’ouverture d’un pont entre le Danemark et la Suède, entre Copenhague et Malmö, en 2000 a grandement fluidifié la circulation des individus et a généré de nouveaux besoins. Aujourd’hui 25000 personnes traversent dans le sens SE – DK chaque jour, pour des raisons professionnelles. D’après les statistiques produites par Öresunddirect, les trajets DK – SE relèvent le plus souvent d’initiatives individuelles, les déplacements sont très exceptionnellement quotidiens ; les Danois se rendent en Suède pour des raisons médicales ou bien pour faire du shopping ; mais ils sont aussi attirés par le marché immobilier, nettement plus abordable.

Tandis que les bureaux de l’agence suédoise à Malmö offrent un accueil public à toutes les personnes et entreprises en recherche d’information sur la coopération transfrontalière, ceux de Copenhague se chargent de l’alimentation d’un portail d’information bilingue, en relation avec un ensemble de partenaires (politiques, économiques, sociaux, etc.). Les contenus ne sont pas simplement traduits, mais adaptés en fonction des attentes des uns et des autres. Si vous ne lisez ni le danois, ni le suédois, il faudra malheureusement vous contenter de la plateforme statistique Öresund Trends qui publie en anglais les chiffres 2008.

Développer l’attractivité de la région et la coopération nécessite à court terme une mobilisation plus forte sur ce qui peut faire la différence : le projet Öresund 2.0, soutenu par l’OCDE, pointe sur l’innovation (dont l’entrepreneuriat) et l’éducation. Un des enjeux de l’agence porte sur la mobilité des élèves et des étudiants qui sont les catégories les moins représentées dans les déplacements journaliers ; les principaux freins aujourd’hui sont le manque d’information et les frais occasionnés.

Dans l’enseignement supérieur, les points qui concentrent l’attention sont multiples : améliorer les règles d’attribution des crédits ECTS, favoriser la mobilité « physique » des étudiants (logement, bourse, etc.), mieux informer sur les possibilités d’études, développer les diplômes joints et les opportunités de cours à la carte et de stages transfrontaliers, mettre en œuvre des financements communs pour la recherche.

Les possibilités en matière d’enseignement et de formation professionnels sont également fortes. La mobilité actuelle s’opère plutôt dans le sens SE – DK, du fait que le système danois offre un statut d’apprenti (rémunéré), sans doute similaire au nôtre, que le système suédois n’offre pas (encore). Les autres raisons pour choisir le système danois sont l’absence de limite d’âge et le nombre de places en formation. Mais ce déséquilibre a d’ores et déjà montré ses limites, du fait que les places en apprentissage sont de plus en plus rares, quelles que soient les spécialités. Le nombre d’apprentis SE – DK (2200 en 2009) tend donc à stagner. La mobilité DK – SE dans ce cadre est extrêmement faible : moins de 5% des mobilités en provenance du DK. Elles sont essentiellement motivées par certaines spécialisations qui ne sont pas proposées au DK. Dans ce contexte fragilisé, les autorités suédoises tendent de mettre en place un système plus attractif en matière d’apprentissage, en réhabilitant une organisation qui avait prévalu auparavant (lärlingsutbildningar).

En conclusion, cette agence offre depuis 1993 des services assez inédits et est devenue progressivement une référence en matière de coopération transfrontalière. La question de la mobilité des apprentis semble particulièrement cruciale, à l’heure où les préconisations de la part des décideurs sont à la diversification des types de mobilité et consécutivement à l’intensification des mobilités courtes (cf. dossier d’actualité VST de février dernier : La mobilité étudiante : entre mythe et réalité).

De nombreuses interventions lors du Congrès organisé par l’agence Europe Education Formation France à Bordeaux la semaine dernière, allaient également dans ce sens. Et nombre de participants ont fait part de leurs difficultés, tant pour trouver des entreprises susceptibles d’accueillir les jeunes en apprentissage, que pour concevoir des outils de gestion et d’évaluation. Les initiatives de la Commission européenne confirment l’intérêt croissant pour ces questions. Les travaux menés dans le cadre du projet EuroApprenticeship, présentés par Philippe Perfetti (Assemblée permanente des chambres des métiers – APCM) lors du Congrès, semblent particulièrement prometteurs : une plateforme dédiée à la mobilité des apprentis sera ouverte d’ici la fin de l’année 2010. A suivre donc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *