L’école danoise d’éducation (DPU) : enseignement, recherche et bonnes pratiques

suite du billet
– « La recherche en éducation au Danemark : vers plus de centralisation »

Enseignement et recherche

Depuis une dizaine d’années, l’école danoise d’éducation (DPU, Danmarks Pædagogiske Universitetsskole) œuvre pour la défense et l’illustration des sciences de l’éducation, occupant une position à la fois nationale et internationale, avec trois missions fondamentales : l’enseignement, la recherche et l’aide à la décision en matière de politiques éducatives.

Née en 2000 de la fusion de trois établissements et intégrée en 2007 à l’université Aarhus, la DPU est un élément clé de la mobilisation des autorités danoises sur la R & D en éducation, contribuant ainsi à la rénovation du système éducatif danois.

Aujourd’hui, la DPU est une structure unique en son genre en Europe, tant sur le plan de l’enseignement que sur celui de la recherche. Elle accueille annuellement entre 4000 et 5000 étudiants, dont une centaine de doctorants, et offre une vingtaine de programmes de niveau Master dont 3 sont labellisés Erasmus Mundus : Master in lifelong learning : policy and management (MALLL), Master leadership and innovation in complex systems (LAICS), Master in ICT and learning (MIL). L’ouverture des formations aux étudiants internationaux, soit dans le cadre d’un échange Erasmus, soit dans celui d’un diplôme joint, est ici une priorité.

Avec 200 chercheurs permanents (1/3 des effectifs danois), l’école gère entre 40 à 45% des projets de recherche nationaux, avec un financement extérieur de l’ordre de 40% également.

Depuis janvier 2010, elle est devenue l’opérateur national pour l’administration des enquêtes internationales PIRLS, TIMMS et ICCS lancées périodiquement par l’IEA (International Association for the Evaluation of Educational Achievement) : elle a reçu dernièrement du Ministère de l’éducation une dotation budgétaire de 13.000.000 DKK pour assurer cette tâche.

En réponse aux préoccupations de l’OCDE (cf. billet précédent), les thématiques de recherche ont été ajustées et les départements de recherche restructurés pour mieux prendre en compte les questions sociales actuelles. Ainsi les anciens départements (psychologie, sociologie, anthropologie, philosophie et recherche curriculaire) ont été refondus dans de nouvelles entités caractérisées par un ancrage ouvertement thématique (et non méthodologique) : « pédagogie », « apprentissages », « curriculum » et « enseignement obligatoire ».

La DPU est naturellement membre de la NERA (Nordic Educational Research Association) et de l’EERA (European Educational Research Association), mais ses activités ne se limite pas aux frontières intérieures de l’Europe.

Elle est à l’initiative d’une alliance internationale (IALEI) regroupant 8 établissements leaders dans le monde :

– Beijing Normal University, People’s Republic of China
– Institute of Education, (IOE) University of London, United Kingdom
– National Institute of Education, Nanyang Technological University, Singapore
– Ontario Institute for Studies in Education, University of Toronto, Canada
– Faculty of Education, Melbourne University, Australia
– School of Education, University of Wisconsin, USA
– College of Education, Seoul National University, Korea

Elle dirige également le réseau ASEM LLL hub (Asia-Europe Education and Research hub for lifelong learning) qui rassemble plus de 70 chercheurs autour de 5 réseaux de recherche transnationaux, tous investis sur des problématiques liées aux compétences et à l’apprentissage tout au long de la vie.

Clearinghouse – evidence-based education

Les faiblesses méthodologiques pointées par l’OCDE ont également été considérées. L’ouverture d’une entité dédiée à l’evidence-based education (EBE, parfois traduite par l’expression « recherche en éducation fondée sur les données probantes) en 2006 a soulevé à l’époque quelques remous chez les partisans – majoritaires – des méthodes qualitatives, mais l’International Clearinghouse of Educational Research semble aujourd’hui s’être installé dans le paysage de la R & D en éducation.

L’objectif ici est triple : établir un panorama des connaissances existantes, évaluer la qualité de ces connaissances et restituer les résultats dans un format correspondant aux besoins des décideurs et des praticiens. Le Clearinghouse ne produit donc pas de recherche originale mais analyse la matière première existante dans la perspective de la rendre plus intelligible aux différents acteurs du système éducatif. Un positionnement qui ne nous est pas complètement étranger à la VST, malgré des méthodes radicalement différentes et des ambitions moindres.

De quoi s’agit-il exactement ? Sans vouloir explorer trop loin, disons qu’au fondement même de cette approche empruntée à la médecine, on trouve, érigée en principe, l’idée que les pratiques (pédagogiques) doivent être basées sur la meilleure connaissance disponible. Ainsi, l’EBE s’appuie sur des protocoles extrêmement formalisés pour identifier les « bonnes pratiques » dans la littérature scientifique éligible à l’analyse. Cette éligibilité s’évalue traditionnellement selon une méthode appelée « randomized controlled trial » (RCT) qui s’inspire des essais cliniques développés notamment dans les sciences médicales. Le principe pour aller vite : une rationalisation maximale de la démarche pour neutraliser un maximum de biais.

Le choix des questions à traiter est essentiellement gouverné par leur importance pour les décideurs et/ou pour les praticiens. Autrement dit, il s’agit de pointer sur « ce qui marche » pour leur permettre d’améliorer l’impact de leur travail. Par exemple, est-ce que la différenciation pédagogique en cours de mathématiques peut aider les élèves en difficulté ? Quelles sont les méthodes les plus efficaces pour les élèves en situation de handicap ? Quelles sont les conséquences de l’intégration des enfants de migrants qui ne sont pas des locuteurs natifs dans les classes traditionnelles ? Etc.

Pour en savoir plus sur l’origine de l’EBE, les débats qu’elle soulève et les développements dont elle fait l’objet ici et là, vous pouvez vous reporter au Dossier d’actualité n°18 réalisé par mon collègue Olivier Rey en mai 2006 (Qu’est-ce qu’une « bonne » recherche en éducation ?) et aux travaux du CERI / OCDE sur La recherche en éducation fondée sur des données probantes (2003-2007).

L’acception du terme « evidence » (« preuve » en traduction littérale) retenue par le Clearinghouse ne se limite pas aux recherches quantitatives et statistiques qui dominent le plus souvent le champ de l’evidence-based education. Dans sa profession de foi, l’actuel directeur Sven Erik Nordenbo insiste sur la nécessité d’une conception large reflétant la diversité des méthodes de recherche existantes et dans laquelle la recherche expérimentale a toute sa place. La concertation avec d’autres centres développant une approche similaire, dont l’EPPI-centre (Institute of Education) à Londres, est également cruciale. Le Clearinghouse danois, d’une manière générale, plaide pour la participation des différents acteurs du système éducatif aux protocoles : si les chercheurs y sont associés systématiquement et travaillent en étroite collaboration avec l’équipe restreinte du Clearinghouse, des décideurs et des praticiens peuvent en effet être sollicités pour intervenir ponctuellement à un stade ou un autre du processus de « reviewing ».

La « systematic review », sur laquelle nous allons revenir en détail dans le billet suivant, n’est pas la seule production du Clearinghouse. Parmi les autres livrables potentiels, on distingue :

  • « international review » : les revues systématiques réalisées par d’autres centres EBE dans le monde, sont signalées dans une base de données librement consultable et assorties d’un résumé en danois ;
  • « research mapping » : il s’agit de dresser un état des lieux des recherches disponibles sur tel ou tel sujet, « lieux » étant ici à considérer aussi au sens propre (avec en arrière plan l’identification des aires linguistiques et culturelles qu’il peut s’avérer pertinent de prendre en compte dans telle ou telle revue systématique) ; cet état des lieux se traduit par un « research brief »
  • « research assessment » : cette activité s’apparente à une conférence de consensus durant laquelle un groupe de chercheurs apportent leur expertise pour répondre à une question commune.

Autres centres (plus ou moins) spécialisés dans l’EBE
… dont les travaux sont indexés dans l’International evidence base * alimentée par le Clearinghouse danois :

  • EPPI-Centre (Evidence for Policy and Practice Information and Co-ordinating Centre) à l’Institut d’éducation de l’université de Londres : centre qui produit des revues systématiques selon un protocole standard ouvert aux méthodes qualitatives
  • Swedish National Agency for School Improvement : agence nationale suédoise qui fait réaliser des états de l’art de la recherche par des chercheurs experts
  • Campbell Collaboration : réseau international de chercheurs qui produisent des revues systématiques en sciences humaines, selon un protocole standard strict, basé exclusivement sur des méthodes quantitatives
  • What Works Clearinghouse (WWC) : centre financé par le Ministère de l’éducation des États-Unis qui s’appuie également sur les « randomised studies ».
  • Education Counts : centre de connaissances néo-zélandais qui s’appuient sur des analyses statistiques pour produire des revues systématiques
  • Canadian Council on Learning : centre canadien, qui comme Education Counts déploie un ensemble d’activités pour améliorer les connaissances disponibles sur le système éducatif
  • British Educational Research Association (BERA) : organisme national chargé de la recherche en éducation, qui publie notamment la revue Academic Reviews
  • Futurelab : think tank britannique, qui collabore avec les industriels, les décideurs et les praticiens, et réalise entre autre chose de revues de littérature sur les TIC et l’innovation dans l’éducation

* au moment de l’écriture de ce billet les bases de données recensant la production scientifique danoise et les travaux de type EBE publiés dans les organismes tiers, ne sont pas accessibles.

================= suite =================

–  « Evidence-based education à la DPU : exemple d’une revue systématique sur les compétences des enseignants »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *