Penser l’inclusion sociale et le web 2.0 : que réserve l’avenir à l’enseignement-apprentissage des langues ? 

Le projet LS6

L’INRP participe via le service de la Veille Scientifique et Technologique à un projet européen intitulé «Language learning and social media : 6 key dialogues» (LS6). Il s’agit d’un réseau européen composé de 14 partenaires (institutions nationales, européennes et internationales) au total issus de plusieurs pays européens (Luxembourg, France, Espagne, Pologne, Lituanie, Roumanie,Finlande, Allemagne). L’objectif est d’explorer l’usage des médias sociaux (outils web 2.0) dans l’enseignement et l’apprentissage des langues en Europe à travers six thématiques différentes. Il faut comprendre par «médias sociaux» aussi bien les TIC, les applications et services en ligne, Internet, la télévision que les outils nomades comme les téléphones portables (ordiphones). Ces outils permettent de co-construire du contenu et de faire des internautes de véritables «webacteurs» (terme employé par Pisani et Piotet (2009), qui correspond à ce que le réseau LS6 appelle «auctors» en anglais : «authors» + «actors»). Ce projet, financé par la Commision européenne se terminera en 2012 et est coordonné par Katerina Zourou, de l’Université du Luxembourg.

Six conférences en ligne (des webinars) sont prévues sur les deux ans à venir. Chaque conférence sera précédée d’une publication scientifique sur le thème retenu et sera diffusée en direct sur le web, de manière ouverte (tout le monde peut s’inscrire pour les suivre et y participer grâce à l’outil de tchat intégré à la plateforme utilisée), puis sera accessible en streaming. La discussion se poursuit ensuite sur un forum dédié, ouvert pour trois mois, animé par le partenaire qui a organisé la conférence.

Les six thèmes retenus pour ce projet sont les suivants :

  • l’apprentissage des langues, les médias sociaux et l’intégration sociale (avril 2010);
  • l’apprentissage des langues, les médias sociaux et le développement de ressources (août 2010) ;
  • l’apprentissage des langues et l’enseignement par les médias sociaux dans les nouveaux pays membres : le cas de la Roumanie, de la Lituanie et de la Pologne (janvier 2011) ;
  • l’apprentissage des langues, les médias sociaux et le multilinguisme (juin 2011) ;
  • l’apprentissage des langues par les médias sociaux : l’évolution des pratiques d’enseignement (novembre 2011) ;
  • l’apprentissage des langues et l’enseignement par les TICE dans des contextes formels et non-formels (mai 2012) .

Pour suivre l’avancée du projet, il est possible de se rendre sur la page dédiée sur le site ou sur twitter : http://twitter.com/languages_web2.

Le premier webinar a eu lieu le 28 avril et a été organisé par l’Université de Turku (Finlande). Le thème abordé portait sur les médias sociaux et l’intégration sociale. Les intervenants étaient Gráinne Conole, spécialiste du e-learning (Open University, Royaume-Uni) et Ruth Hillman, spécialiste des relations interculturelles (Åbo Akademi, Finlande). Le webinar était animé par Fred Dervin et Eija Suomela-Salmi.

Six articles en lien avec le thème ont été publiés dans la revue n°19 de eLearning Papers (avril 2010 – accessible en 21 langues différentes) :

  • Éditorial : Les technologies d’aide à l’apprentissage contre l’exclusion sociale – Fred Dervin & Christine Develotte
  • Renforcer la position des minorités linguistiques par la technologie : quelles voies possibles ? – Dr. Melinda Dooly
  • De la triche à l’enseignement : un mode de reconversion des machines de jeux illégales – Juarez Bento da Silva, Gustavo Ribeiro Alves, João Bosco da Mota Alves
  • Technologies numériques et scolarité inclusive – Ana Isabel Ruiz López
  • En quoi les nouvelles technologies peuvent aider à surmonter des « handicaps invisibles » – Giovanni Torrisii & Sonia Piangerelli
  • Utilisation des TIC et de la musique électronique pour réduire l’abandon scolaire en Europe – Franco Alvaro

1er webinar : Rethinking social inclusion through Web 2.0. What’s in hold for the future of language education?

ce premier webinar traite des réseaux sociaux (web 2.0) et de l’inclusion sociale. Son but est de proposer des recommandations pour l’apprentissage des langues et favoriser l’inclusion sociale.

les prestations ont été précédées d’un extrait vidéo de Piaget dans lequel il questionne le but de l’éducation : est-ce d’apprendre aux enfants ce qui est déjà connu ou plutôt de former des esprits novateurs capables d’inventer tout au long de la vie ?

En introduction, il est rappelé que les relations sociales apparaissent de manière très complexes sur le Web, notamment avec l’existence de nombreux outils qui se juxtaposent et entrent parfois en compétition. Quelles en sont les conséquences pour les apprenants et les enseignants ?

Si les technologies peuvent favoriser l’inclusion sociale, notamment les réseaux sociaux, qu’ils soient privés, professionnels ou éducatifs, il faut cependant veiller à ce qu’elles ne créent pas des inégalités encore plus fortes.

Gráinne Conole

La technologie évolue rapidement, comme les usages qui en sont faits. Des ressources de plus en plus nombreuses sont mises à disposition sur Internet. Il en va de même pour les logiciels que l’on peut trouver sur Internet. Les outils mobiles sont en plein essor aussi, ils apportent aussi leur lot de changements et permettent d’envisager des évolutions intéressantes et prometteuses pour le monde éducatif.

Cette évolution technologique a des effets sur l’apprentissage et les apprenants. Ces derniers ont grandi dans des environnements où le numérique est omniprésent, mais ils ne savent pas forcément comment utiliser ces technologies à des fins scolaires et éducatives. Il faut les aider à faire du sens à partir de ce qu’ils connaissent et cotoient.

Le passage du web1 (statique) au web2 (interactif) a eu pour conséquence l’arrivée de nouveaux outils et partant, de nouvelles pratiques. Il existe de nombreux sites de partage de médias (images, films, etc.) ; les internautes peuvent maintenant (co)produire du contenu (blogs, wikis) et échanger sur des réseaux sociaux (facebook, linkedin, ning, etc.) ou vivre des expériences sur des mondes virtuels (second life, jeux en ligne, etc.) dans lesquels il est possible de s’immerger complètement.

Il est devenu facile de partager, communiquer, interagir à tous les niveaux. Conole présente plus précisément le service de microblogging Twitter qui peut s’avérer très utile, notamment pour des travaux avec des groupes, même si cela peut paraitre compliqué voir inapproprié parfois pour certains.

Elle présente ces outils dans un schéma en fonction de deux axes : communication et interactivité. Tous les outils ne sont pas équivalents, certains restent statiques (pages web), d’autres ne servent qu’un but de communication (video conférence, forums, etc.) alors que d’autres encore sont plus dans l’interaction (sites de partage de signets, de fichiers, etc.). Les outils comme le microblogging, les blogs, les wikis et les mondes virtuels sont à la croisée des deux et peuvent favoriser à la fois la communication et l’interactivité.

Cependant, ces outils ne se suffisent pas en eux-mêmes. Ils peuvent s’avérer même contre productifs si l’utilisateur n’arrive pas à les appréhender. L’évolution des outils doit s’accompagner d’une évolution des utilisateurs et des pratiques.

A chaque type de pédagogie peut correspondre un type d’outil. Par exemple, un blog ou un wiki sera plus indiqué pour mettre en oeuvre une pratique réflexive de l’apprentissage, alors que des outils de réseaux sociaux seront davantage conseillés pour créer une communauté de pratique.

Mais il y a un fossé entre les possibilités offertes par les outils et la réalité des pratiques, ce qui limite la portée des innovations. Pour Conole, cela implique que l’école doive développer chez les élèves des nouvelles compétences numériques. Le contexte culturel est à prendre en compte, dans la mesure où il a une influence réelle sur les pratiques sociales. Il existe aussi des barrières institutionnelles fortes (résistence des enseignants, difficulté à se départir de pratiques traditionnelles, etc.)

Le web 2.0 peut-il favoriser l’inclusion sociale ? Pour elle, la réponse n’est pas tranchée. Par certains aspects, l’inclusion sociale est favorisée par le web 2.0 (les contenus sont plus riches, ils sont accessibles tout le temps depuis n’importe où, de nombreux outils sont aussi à disposition), mais elle est mise à mal par d’autres aspects : le fossé s’il se rétrécie, devient malgré tout de plus en plus profond, rendant le paysage numérique de plus en plus complexe.

Conole termine en faisant des recommandations aux enseignants (avoir une pratique professionnelle plus réflexive et plus explicite ; utiliser les technologies ; participer à des réseaux éducatifs), aux institutions (prendre en compte les changements ; faciliter le passage au numérique) et aux États (développer les Ressources éducatives libres ; recenser les bonnes pratiques ; créer des communautés de pratique).

Elle rappelle qu’il est important de ne pas refuser par principe ces nouveaux usages à l’école : la boite de pandore a été ouverte, et les outils sont là, de plus en plus présents. Les refuser serait inutile et dangereux. Il faut les utiliser, ou ne pas les utiliser, mais de manière éclairée, en connaissance de cause.

Ruth illman

Illman rappelle que nous sommes maintenant tous connectés à tous, à tout moment, depuis n’importe quel lieu. Ceci favorise une communication interculturelle, tout en rendant cette communication plus complexe. Les groupes de personnes sur Internet sont fluctuants et ne sont pas nécessairement liés à un secteur géographique. Ils sont en constante recomposition (en fonction des centres d’intérêts, de la nationalité, d’une langue, d’une religion, ou encore de l’éducation, etc.). Tout le monde à quelque chose en commun avec quelqu’un d’autre.

L’identité culturelle d’un individu est donc nécessairement plurielle, elle est dynamique. Les individus ne peuvent être réduits à un unique aspect, et ce sont eux qui se fabriquent leur propre identité, en fonction des circonstances. Pour Illman, la proximité n’est plus un critère d’identification ; les médias sociaux facilitent les connexions au-delà des frontières spatio-temporelles.

Pour être inclus, il faut développer des compétences particulières. Il est préférable d’avoir les compétences nécessaires pour bien communiquer (compétences linguistiques et culturelles). Dans un autre registre, un minimum de compétence techniques pour utiliser les outils numériques sont évidemment souhaitables aussi.

Elle termine son intervention par trois recommandations : ne pas se laisser enfermer dans une boite (identité restreinte et limitée) ; avoir une attitude critique vis à vis de son identité ; ne pas hésiter à aller au devant de surprises, avoir une attitude ouverte et faire preuve de curiosité.

Suite

Un forum est ouvert jusqu’au 1er juillet 2010, il est destiné à poursuivre les échanges pendant trois mois sur le thème de l’inclusion sociale.

Une publication est prévue pour le15 juillet 2010 intitulée « Web 2.0 and how it affects development of language resources, materials and methods » éditée en collaboration par deux médias (Radio France Internationale et Deutsche Welle) et par deux universités (Grenoble 3 et l’Université du Luxembourg), dans laquelle seront présentées dix bonnes pratiques.

Le second webinar sur les ressources pour les langues devrait avoir lieu dans le courant du mois d’août.

Quelques liens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *