Forces et faiblesses du système éducatif français : ce que nous apprennent les statistiques

En cherchant bien évidemment tout autre chose, je suis tombée sur cet article de Claude Sauvageot et Nadine Dalsheimer, intitulé « La situation éducative de la France comparée à celle d’autres pays de l’Union européenne ou de l’OCDE », qui est paru dans le n°78 de la revue Education et formations (novembre 2008).
Le panorama dressé ici a retenu mon attention, tout simplement parce qu’il fait écho à cette tentation que nous avons tous de réduire la complexité à quelques formules faciles à retenir, faciles à s’approprier : sans langue de bois, l’article met en évidence certaines spécificités du système éducatif français, ses forces et ses faiblesses, à la lumière d’une sélection d’indicateurs de l’éducation produits par l’OCDE, par Eurydice et Eurostat, et par la Commission Européenne dans le cadre du suivi des objectifs de Lisbonne. Les publications périodiques qui servent d’appui à cet article sont les suivantes :
– la collection des Regards sur l’éducation de l’OCDE (cf. RSE 2009)
– celle des Chiffres clés d’Eurydice / Eurostat
– celle des Rapports annuels de suivi des objectifs de Lisbonne (cf. édition 2009),
– et celle des Etats de l’école, publiés par le Ministère de l’éducation nationale français, avec les données fournies par la DEPP.

Malgré les précautions d’usage relatives à la comparabilité des données statistiques collectées par ces programmes pluri-nationaux, la compilation est convaincante, et l’article ne se contente pas de pointer sur ce que l’on sait déjà plus ou moins : il soulève également quelques lièvres qu’il conviendrait peut être de chasser avec plus d’assiduité…
En voici donc quelques extraits, réordonnancés par niveau, permettant de se représenter quelques spécificités du système éducatif français sous l’angle statistique.

Sur un plan général
– une population en âge d’être scolarisés (5-19 ans) dans la moyenne des pays de l’OCDE : de l’ordre de 19% (contre 15% en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Japon par ex.)
– des moyens consacrés à l’éducation relativement importants, avec 6% de son PIB alloués aux dépenses de formation initiale (contre 5,8% en moyenne dans les pays de l’OCDE, 4,9% au Japon, 4,7% en Italie et 4,6% en Espagne)
– une espérance de scolarisation à temps plein importante (16,7 ans), supérieure à la moyenne de l’OCDE (16,2 ans), moins élevé qu’au Danemark (18,2 ans) ou qu’en Finlande (18,8 ans)

Aux niveaux pré-primaire et primaire
– une pré-scolarisation totale à 4 et 5 ans, comme en Belgique, en Espagne et en Italie (contre moins de 50% des enfants en Suisse, aux Pays-Bas et en Finlande)
– au niveau primaire, des dépenses par élève largement inférieures à la moyenne de l’OCDE et de l’UE ($5365 contre $6252 et $6055) et un ratio élèves / enseignant plutôt fort : 19,3 contre 16,2 et 14,5
– au niveau primaire, un nombre d’heures d’enseignement pour les enseignants plus élevé que la moyenne de l’OCDE et de l’UE : 910 heures contre 812h ou 806h

Au niveau secondaire
– des dépenses par élève largement supérieures à la moyenne de l’OCDE ($8927 contre $7804) et un ratio élèves / enseignant plutôt moyen : 11,9 en France, comme dans l’UE, mais inférieur à la moyenne de l’OCDE (13,2)
– un traitement inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE pour les enseignants en début de carrière et proche de la moyenne en fin de carrière
– un salaire maximal (pour un enseignant du 1er cycle du secondaire) obtenu tardivement, après 38 ans d’ancienneté, contre 24 ans en moyenne dans les pays de l’OCDE
– un nombre d’heures d’enseignement pour les enseignants moins élevé que la moyenne de l’OCDE et de l’UE : 634 heures au collège contre 717h et 672h ; 616 heures au lycée contre 667h et 634h
– un nombre cumulé d’heures d’instruction parmi les plus élevés, pour les élèves des établissements publics âgés de 7 à 14 ans : de l’ordre de 7300 heures (contre 6000 dans les pays scandinaves)
– le taux de redoublement pour les élèves âgés de 15 ans le plus élevé des pays de l’OCDE (38%), pour une moyenne de moins de 15% dans ces mêmes pays
– un taux de scolarisation des 15-19 ans (85,9%), supérieur à la moyenne de l’OCDE (81,5%) et de l’UE (84,9%)
– une croissance forte du nombre d’élèves qui achèvent le 2nd cycle de l’enseignement secondaire (et donc qui possèdent un diplôme de type CAP, BEP ou Bac), supérieure à la valeur moyenne de cette croissance dans les pays de l’OCDE (mais une proportion d’élèves diplômés moyenne au final)

A propos des évaluations internationales
– la capacité de lecture des jeunes enfants en France (CM1) est significativement en dessous de la moyenne des pays européens (enquête PIRLS 2006)
– les performances en compréhension de l’écrit pour les jeunes adolescents en France ont connu une baisse significative depuis 2003 (enquête PISA 2006), également observée dans les enquêtes nationales
– concrètement, 21,7% des élèves sont mauvais ou très mauvais lecteurs dans PISA 2006 (contre 15,2% en 2000 et 17,5% en 2003) ; cette proportion a également progressé dans l’UE, passant de 21,3% en 2000 à 24,1% en 2006
– les performances en matière de culture mathématique sont passées de très bonnes à moyennes dans le même temps (enquêtes PISA 2003 et 2006), alors que celles en culture scientifique sont restées médiocres
– les performances des jeunes Français en anglais sont plus faibles en 2002 qu’en 1996 (enquêtes du Réseau européen des politiques d’évaluation des systèmes éducatifs – REVA), avec un enseignement qui privilégie de façon excessive la correction grammaticale au détriment des situations de communication

Au niveau enseignement supérieur
– des dépenses « mesurées » en matière d’enseignement supérieur, proches de la moyenne de l’OCDE (1,3% du PIB)
– des dépenses par étudiant plutôt faibles, inférieures à la moyenne de l’OCDE, mais des dépenses cumulées (sur la durée des études) qui s’inscrivent dans la moyenne
– un ratio étudiants / enseignant plutôt fort : 17,0 contre 15,3 (OCDE) et 16,0 (UE) ; autrement dit, un taux d’encadrement plutôt faible
– une augmentation assez faible de la scolarisation dans le supérieur depuis 1995, après 10 ans de forte croissance et un taux de scolarisation des 20-29 ans (20,1%) nettement inférieur à la moyenne de l’UE (25,1%)
– des étudiants français peu nombreux à étudier dans un autre pays de l’UE-27
– des entrants dans l’enseignement supérieur qui sont 79% à en ressortir avec un diplôme : un pourcentage nettement supérieur à la moyenne de l’OCDE (69%)
– un taux élevé de diplômés de l’enseignement supérieur court (plus de 19% d’une génération)
– 15% de jeunes entrés dans un enseignement long obtiennent en définitive un diplôme de l’enseignement supérieur court
– un pourcentage élevé de « diplômés scientifiques » dans la population des 25-34 ans (plus de 5000 sur 100000 actifs contre moins de 3500 dans les pays de l’OCDE) : la France est en 2e position après la Corée du Sud
– un faible accès à l’enseignement supérieur long (64%) contre une moyenne de 69% dans les pays de l’OCDE
– une faible proportion de docteurs : 1,2% (contre en moyenne 1,4% dans l’OCDE et 1,6% dans l’UE)
– un nombre de doctorants étrangers originaires d’un pays de l’UE-27 ou de l’AELE/EEE relativement important en France (9500 pour approx. 10% de la population étudiante à ce niveau) ; cette même proportion s’élève à plus de 15% en Belgique, en Autriche et au Royaume-Uni

En termes d’insertion professionnelle
– on distingue nettement les pays du nord de l’Europe ou anglo-saxons, caractérisés par un fort pourcentage de 15-19 ans scolarisés et pourvus d’un emploi d’une part et un faible pourcentage de 20-24 ans non scolarisés au chômage, des pays plutôt latins (dont la France) où la situation est inversée
– un pourcentage important de jeunes (13%) de 18-24 ans qui ne poursuivent pas d’études et n’ont ni CAP, ni BEP, ni Bac (benchmark de Lisbonne = 10% pour 2010)
– une insertion professionnelle plus difficile qu’ailleurs pour les 25-29 ans, en particulier pour les faibles niveaux de qualification : 16,1% des jeunes sans diplôme sont au chômage (contre 12,5 dans l’OCDE) et 9,3% des jeunes ayant fini le 2nd cycle du secondaire sont au chômage (contre 6,9% dans l’OCDE).
– l’avantage salarial procurée par une formation de niveau universitaire par rapport à une formation de niveau secondaire s’élève à 33% en France (42% pour les hommes dans la tranche d’âge 30-44 ans, mais 35% pour les femmes), contre 26% en Espagne et 60% aux Etats-Unis
– une proportion d’adultes en formation plutôt faible : 7,4% ont suivi un cours ou une formation au cours du mois précédent leur interrogation, contre 10,8% en moyenne en Europe (benchmark de Lisbonne = 12,5% d’ici 2010)

Alors, bien évidemment, il y a ce que les chiffres disent mais aussi surtout ce qu’ils ne disent pas. Et l’exercice consistant ici à les extraire de leur contexte, à ne pas expliciter les méthodes de calcul des indicateurs, ni les années de référence auxquels ils renvoient, est nécessairement périlleux. Cet instantané, partiel, n’a donc pas d’autres vocations que d’offrir des fils à tirer pour appréhender les systèmes éducatifs dans toute leur complexité, et donc d’aiguiser quelques questionnements plutôt que de fournir des explications « prêtes à emporter ».

Si ces données soulèvent par ailleurs la question des performances du système éducatif et celle des liens entre évaluation des performances et gouvernance (ce que traduit par ex. le terme « accountability » en anglais), je ne m’autoriserai pas à aller plus avant sur ce terrain… D’ailleurs, contrairement à l’article de C. Sauvageot et N. Dalsheimer, ce billet ne classe pas ces « spécificités » en termes de force ni de faiblesse, car, me semble-t-il, ça se peut se discuter. Vos réactions sont ici les bienvenues…


6 réflexions au sujet de « Forces et faiblesses du système éducatif français : ce que nous apprennent les statistiques »

  1. Et que ditrait-on du système éducatif marocain? Des élèves du collège trouvent encore des difficultés de déchiffrement !!!! ça me fait vraiment mal au coeur en tant que enseignant !! Où est le problème?

  2. L’Ecole sait mais ne veut pas voir les dégâts qu’elle cause. De plus en plus souvent, et dès la maternelle, Elle crée les échecs au lieu de les éviter. Et cela sera ainsi tant qu’Elle n’aura pas compris qu’il existe une autre voie pour apprendre à lire, une autre voie qui permet à tous d’aimer lire dès le CP et de réussir sa scolarité. Cette voie est celle que prône Françoise Boulanger (« Lire à 3 ans c’est tout naturel », ed. Nathan 2008, et « Entrer dans l’écrit en maternelle », coll. Fichiers Ressources, ed. Nathan 2009) et tous les enseignants de maternelle qui l’ont déjà suivie, car c’est en maternelle que cela se joue. http://lbdlmaternelle.free.fr

  3. Merci pour cette synthèse.
    A l’occasion, enlevez le « e » final à « intitulée », ligne 2.
    Cordialement.
    sh

  4. Le plus surprenant est cette affirmation : « des entrants dans l’enseignement supérieur qui sont 79% à en ressortir avec un diplôme : un pourcentage nettement supérieur à la moyenne de l’OCDE (69%) »
    Quelles sont les sources ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *