L’enseignement des mathématiques au Sénégal et au Mali

Mamadou Sangaré (ENS Bamako) et Moustapha Sokhna (Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Dakar), professeurs invités par l’équipe EducMath de l’INRP ont donné une conférence sur le thème : « Enseignement des mathématiques au Sénégal et au Mali, une situation qui exige des solutions urgentes ».

Un premier constat s’impose, celui de la convergence de situations au Sénégal et au Mali, suivie d’une évidence : l’éducation est fondamentale pour contrer d’autres problèmes comme le sida ou le paludisme.

L’état des lieux dressé par ces deux enseignants montre que l’enseignement des mathématiques n’est pas chose simple : dans le secondaire plus de 75 % des enseignants sont des vacataires, ayant récemment obtenu leur baccalauréat (80% des enseignants de maths, au Sénégal). Le taux de scolarisation est en forte croissance et le nombre d’enseignants ne suit pas. Les conditions de travail s’en trouvent affectées, puisque l’enseignant a parfois des classes de 80 à 100 élèves.
Le besoin de formation des enseignants est donc la priorité. En matière de formation initiale, la centralisation de la formation n’est plus possible du fait de l’éclatement des lieux d’enseignement (le manque d’enseignants ne permet pas d’éloigner les enseignants vacataires de leurs établissements).
La formation continue n’est pas coordonnée, différentes structures prenant en charge cette formation et, là encore, les formateurs font défaut (un formateur pour 45 à 60 enseignants au minimum).Les dispositifs de coopération en cours ou en projet.

  • L’harmonisation des programmes de mathématiques pour l’Afrique permet de coordonner l’enseignement, d’avoir des manuels (un marché plus important permettant d’obtenir des coûts moindres). Cette coordination permet de prendre en compte les migrations d’élèves d’un pays à l’autre (cas des migrants ivoiriens au Sénégal).
  • La chaire en sciences de l’éducation de l’Unesco, à Dakar, permet de former des chercheurs pour l’ensemble des pays africains, avec l’espoir d’une spécialisation en didactique des mathématiques.
  • Au Mali, une coopération en didactique des mathématiques a été mise en place avec l’Université de Grenoble 1. Huit étudiants devraient obtenir un DEA, au sein d’un laboratoire qui a également pour objectif d’aborder les problèmes d’enseignement des maths en Afrique.
  • Depuis 2000, des colloques « Espace mathématique francophone »(EMF) permettent, tous les trois ans, d’échanger au sein de la communauté francophone des enseignants de mathématiques, de dynamiser et articuler les échanges entre la recherche et le terrain. Le prochain colloque EMF aura lieu à Dakar en 2009, le précédent ayant eu lieu à Sherbrooke.

Les perspectives

Elles s’inscrivent dans la conception collaborative de ressources pédagogiques évolutives pour la formation à distance de profs de maths.
Le dispositif est basé sur un centre de formation, dans l’établissement, avec des tuteurs et des stagiaires dialoguant (chat ou forum), à un deuxième niveau des dialogues inter-centres, un accès à des ressources pédagogiques, le tout piloté par un groupe de formateurs.
Le travail se fait avec des fiches : scénarios d’usages, fiches élèves, fiches de formation (technologie), fiches de l’enseignant, compte-rendu d’expérimentation avec prise en compte de l’aspect réflexif de l’enseignant.
Ce dispositif prend appui sur des dispositifs déjà mis en place, dans d’autres pays, et s’appuie sur les réflexions et la base de ressources d’Educmath..


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *