L’enfant entre école-Cité et école-Famille : une comparaison France-Angleterre

L’un des problèmes majeurs de nombreuses disciplines des sciences sociales est de ne pouvoir, contrairement aux sciences exactes, procéder à d’expérimentations rigoureuses comme on peut en faire dans un laboratoire.
Difficile de prendre par exemple des élèves et des enseignants comme cobayes pour tester, à grande échelle et sur plusieurs années, des dispositifs scolaires différents afin de déterminer le plus efficient !

Dès lors, les chercheurs sont toujours confrontés au défi d’essayer de démêler les milliers de fils plus ou moins visibles qui relient un phénomène social avec son contexte, afin d’identifier d’une part ce qui tient à la dynamique propre de son objet d’étude (par exemple une pratique éducative) et d’autre part ce qui dépend plutôt du cadre social et culturel dans lequel il est imbriqué.
Les méthodes quantitatives peuvent décomposer la situation en une série de variables pour isoler et décrire de façon fine les relations entre un objet et son contexte, avec toutes les limites inhérentes à la modélisation des comportements humains.
Les méthodes qualitatives attachent pour leur part une plus grande attention à l’observation fine des pratiques de terrain mais aussi des valeurs mobilisées par les acteurs, sans qu’on puisse toujours distinguer dans la restitution détaillée ce qui relève du cas particulier et ce qui relève des résultats transposables ailleurs.

De ce point de vue, les analyses comparatives constituent sans doute l’une des façons les plus pertinentes, dans le domaine des processus sociaux, d’éclairer la part contingente et variable d’un phénomène.
Elle permettent en tout état de cause de dénaturaliser bon nombre de comportements qui nous apparaissent aller de soi tant ils sont ancrés dans notre socialisation : découvrir par exemple que les parents anglais accompagnent leurs jeunes enfants jusque dans la classe le matin, et peuvent même y rester un petit moment, nous interroge ainsi sur la tradition française de séparation sur le seuil de la classe, profondément ancrée dans les habitudes collectives des enseignants et des parents, qui marque les écoles hexagonales.

Ce dernier exemple est extrait du très bel ouvrage de Maroussia Raveaud (« De l’enfant au citoyen »), publié aux PUF cet automne dans la nouvelle collection « éducation & société ».L’objectif de l’auteure était d’analyser comment l’école partage les valeurs et les représentations de sa société, comment les spécificités nationales impliquent des configurations scolaires particulières (même avec leur part de dynamiques propres), mais aussi de comprendre comment la scolarisation des jeunes enfants nous éclaire sur la construction de formes de citoyenneté dans chaque pays.

Pour cela, M. Raveaud a observé douze classes françaises et anglaises des premières années (enfants de moins de 7 ans) d’écoles primaires, situées dans des contextes sociaux comparables (à majorité quartiers dits défavorisés).Disons tout de suite que derrière ce programme à-priori aride on découvre en fait une enquête ethnographique passionnante, que la chercheuse parvient à nous restituer de façon claire et dans un style d’une fluidité rare pour un ouvrage de recherche.
On découvre ainsi des contrastes frappants de part et d’autre de la Manche dans les rituels scolaires (importance de l’assemblée de toute l’école chaque matin d’un côté, entrée directe dans la classe de l’autre), dans les rapports avec le corps des enfants (très respectueux de l’intimité et pour dire assez prude en anglet terre par rapport à la France), le traitement de l’individu (la classe est communautaire et regroupe des personnes en Angleterre alors qu’elle se vit sur le mode d’une petite société en France), la prise en compte des différences au niveau aussi bien culturel (prioritaire en Angleterre alors que les petits français sont plutôt invités à oublier leurs affiliations familiales et religieuses à l’entrée de l’école) que pédagogique (personnalisation de principe de l’apprentissage en Angleterre contre prépondérance du programme commun de référence en France), etc.

Les descriptions, illustrations et citations des observations dans les écoles sont par exemple toujours vivantes et pertinentes et nous font vraiment pénétrer au cœur du quotidien des classes.Pour autant, elles ne sont pas gratuites, mais mobilisées pour donner corps et sens au travail d’analyse et de construction de configurations « idéal-typiques » permettant de comprendre les divers modes d’appartenance et de participation auxquels les enfants se trouvent confrontés au quotidien à l’école : « école-Famille », « école-Cité », « Jardin d’Enfants », « école-Morale », « école des Honneurs ».
Dans ce cadre, on distingue en particulier un modèle dominant de « l’école Famille » en Angleterre par rapport à un modèle de « l’école Cité » plus prégnant dans l’hexagone, qui renvoie en fait à deux modèles de citoyenneté profondément différents dans les deux pays, avec le développement de la personne-enfant au centre dans le premier cas, et celui de l’écolier confronté aux savoirs scolaires dans le deuxième cas.

Outre la mise en exergue particulièrement réussie de l’influence différenciée dans l’école des différents modèles dégagés par M. Raveaud, un apport fondamental de son enquête est de montrer comment les traditions nationales de citoyenneté et de socialisation modèlent encore largement les pratiques de scolarisation à l’école primaire, à l’insu même des enseignants qui les perpétuent… et parfois même en contradictions avec certaines valeurs ou certains objectifs modernes dont la société ou eux-mêmes se veulent porteurs !
On le voit bien avec la tension permanente en France entre objectifs officiels de prise en compte des rythmes différenciés des élèves (qui a par exemple présidé à l’instauration des cycles en primaire) et pratiques constantes du programme/année qui perdure, appuyé sur une conception traditionnelle de l’égalité républicaine que la plupart des nouveaux enseignants ne partage en fait pas vraiment.
En fait, c’est tout le problème de l’affaiblissement des anciens principes de justification de l’école ( cf. J.L. Derouet, 2000 ) qui intervient sans que nouveaux principes adaptés à la situation actuelle de la société aient pris la relève…

RAVEAUD, Maroussia (2006), De l’enfant au citoyen
Presses Universitaires de France, Coll. Education et société, 208 pages, 26 €.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *