Education et formation à l’OCDE : quelques points de repère

Il est certaines explorations dont on ressort au mieux en ayant trouvé ce qu’on ne cherchait pas, au pire sans avoir trouvé ce que l’on cherchait, mais en ayant toujours le sentiment de passer à côté de quelque chose… Les sites et sous-sites des organisations internationales s’inscrivent nécessairement dans cette catégorie, la navigation nous rendant souvent incapables de distinguer les voies principales des chemins de traverse… sauf à avoir déjà quelques connaissances sur la structure…
Profitant de la préparation de notre formation VST de décembre prochain pour mettre à jour mes connaissances, je me suis dit qu’un petit billet sur les actions de l’OCDE en matière d’éducation et de formation serait sans doute utile à quelques un(e)s. Car si les travaux statistiques de l’organisation sont généralement connus, avec sa publication phare Regards sur l’éducation (cf. RSE 2009) et ses études PISA, on ne se représente sans doute pas toujours clairement la multiplicité des initiatives qui permettent aux pays membres et partenaires de confronter leurs expériences en matière de politiques publiques pour l’apprentissage tout au long de la vie. Sans prétention, voici donc quelques points de repère sur les thématiques clés, les principaux programmes et leurs publications, avec une mention spéciale pour le CERI (Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement) qui a fêté ses 40 ans en 2008.

A l’OCDE donc, c’est la Direction de l’éducation qui est en charge des actions relatives à l’éducation et la formation. Ces actions sont placées sous la supervision de 5 organes qui disposent généralement de leur propre budget et mandat, et qui relèvent du Conseil de l’OCDE ; seul le premier, le Comité des politiques de l’éducation, qui coordonne la stratégie globale en matière d’éducation, relève du budget principal de l’OCDE.
– le Comité des politiques de l’éducation
– le Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI)
– le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA)
– le Programme sur la gestion des établissements d’enseignement supérieur (IMHE)
– le Centre pour des environnements pédagogiques efficaces (CELE) – ex Programme pour la construction et l’équipement de l’éducation (PEB)

Stone & Ed video

Ces actions sont structurées autour de 4 macro-domaines thématiques, allant du découpage institutionnel traditionnel entre « enseignement préscolaire et scolaire » d’une part et « enseignement supérieur et apprentissage des adultes » d’autre part, à une approche plus transversale autour d’entrées telles que « éducation, économie et société » et « recherche et gestion du savoir ». Et chacun de ces domaines fonctionne sur le web dans une relative indépendance, le site offrant très peu d’espace partagé. Donc pas d’endroit – à ma connaissance – qui rendrait compte des conférences et autres séminaires organisés par l’OCDE par exemple, les actualités de la Direction de l’éducation ne rendant que partiellement compte de la richesse des actions propres à chaque domaine.

Un des points d’entrée qui offre à mon sens la meilleure vue générale est la liste (alphabétique !) des activités de la Direction de l’éducation. Elle permet de balayer en quelques coups d’oeil l’étendue des programmes et des thématiques passés et en cours, et donc de vérifier si tel sujet qui nous intéresse fait ou non l’objet d’une analyse.
De même la liste des ouvrages accessibles via la bibliothèque numérique SourceOcde constitue une autre entrée transverse intéressante, bien que plus difficilement exploitable si votre institution n’est pas abonnée ; elle n’indique pas par exemple quand ces mêmes publications PDF sont disponibles en lecture (et protégées en impression), elle ne renvoie pas non plus sur l’abondante documentation qui entoure parfois la publication d’un ouvrage (rapports nationaux, compte-rendus de séminaires, interventions dans des conférences, rapports intermédiaires, etc.). SourceOcde permet en revanche d’accéder librement à la collection des documents de travail (working papers) rendus publics par l’organisation. Mais revenons un moment sur les 4 macro-domaines.

– enseignement préscolaire et scolaire

L’OCDE s’emploie à aider les pays à favoriser un enseignement de qualité dans les établissements préscolaires et scolaires pour que tous les élèves – indépendamment des circonstances – acquièrent les bases nécessaires pour apprendre tout au long de la vie.
C’est dans ce cadre qu’intervient le célèbre programme PISA (Programme for International Student Assessment / Programme international pour le suivi des acquis des élèves). Cette enquête internationale est lancée tous les 3 ans auprès de jeunes de 15 ans. Les premières données collectées remontent à l’an 2000, puis à 2003 et 2006. L’édition 2009 a impliqué 30 pays membres de l’OCDE et 27 pays partenaires.
PISA teste l’aptitude des élèves à appliquer les connaissances acquises à l’école aux situations de la vie réelle, plutôt que leur maitrise d’un programme scolaire précis. Les tests portent sur la lecture, la culture mathématique et la culture scientifique. Le programme intègre également des questions sur l’approche pédagogique et l’origine sociale. Les chefs d’établissement complètent par ailleurs un questionnaire sur les caractéristiques de leur école.

Les travaux de l’OCDE dans le domaine « enseignement préscolaire et scolaire » portent également sur les axes suivants :
– recherches sur l’accueil et l’éducation des jeunes enfants
– recherches sur la gestion et la direction des établissements scolaires et sur le recrutement des personnels enseignants
– enquête internationale TALIS (Teaching and Learning International Survey / enseignants, enseignement, apprentissage) nouvellement lancée par l’OCDE, qui se concentre sur l’environnement de l’élève et les conditions de travail des enseignants dans les écoles (résultats de la première édition Creating Effective Teaching and Learning Environments, publiés en 2009 – 70000 enseignants et chefs d’établissements interrogés, dans 23 pays).

– enseignement supérieur et apprentissage des adultes

Les possibilités de formation après l’enseignement obligatoire se multiplient. Cette évolution est en partie liée à l’avènement de l’économie du savoir, qui donne à l’enseignement supérieur un rôle central dans la réussite économique et fait porter un intérêt nouveau à la façon dont la formation des adultes peut aider cette population à s’adapter aux mutations du monde du travail.
Le programme clé dans ce domaine s’intitule IMHE (Programme on Institutional Management in Higher Education / Programme sur la gestion des établissements d’enseignement supérieur). Il traite de questions telles que la contribution de ces établissements au développement régional, le rôle des financements publics et privés dans l’enseignement supérieur ou encore le succès grandissant des études à l’étranger et à distance.
L’IMHE rassemble établissements d’enseignement supérieur et gouvernements au travers de multiples activités. Le programme s’articule autour de trois ou quatre projets internationaux qui, en règle générale, durent entre deux ou cinq ans et donnent lieu à une publication (ex. du projet en cours L’enseignement supérieur et le développement des villes et des espaces régionaux).
L’IMHE publie depuis 1977 la revue Politiques et gestion de l’enseignement supérieur, dont certains numéros anciens sont consultables en ligne. Il organise également tous les deux ans une conférence générale (voir l’édition 2010, L’enseignement supérieur dans un monde en profonde mutation : Faire plus avec moins).

D’autres travaux récents de l’OCDE sont intégrés au domaine « enseignement supérieur et apprentissage des adultes ». Citons à titre d’exemple :
– le projet DeSeCo (Definition and Selection of Competencies) qui a posé les fondations pour le développement des approches par compétences dans l’enseignement initial (1997-2005)
l’examen thématique de la formation des adultes, achevé en 2005
l’examen thématique de l’enseignement supérieur, dédié aux systèmes plutôt qu’aux établissements, et dont les conclusions sont parues en 2008.
– l’étude de faisabilité AHELO (International Assessment of Higher Education Learning Outcomes / évaluation internationale des résultats de l’enseignement supérieur), qui questionne la possibilité d’évaluer la performance des établissements de l’enseignement supérieur en mesurant les connaissances et compétences des étudiants à l’issue du premier cycle d’études.
– et pour finir le nouveau programme PIAAC (Programme for the International Assessment of Adult Competencies / Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes) qui sera lancé en 2011 pour évaluer de façon systématique les facultés cognitives et compétences professionnelles essentielles qui sont requises pour participer avec succès à l’économie et à la société du 21ème siècle.

– éducation, économie et société

Les systèmes éducatifs sont le reflet des sociétés, des cultures et des économies nationales – sur lesquelles ils influent également. L’OCDE cherche à comprendre l’éducation dans ces contextes plus vastes, notamment son impact sur la prospérité des personnes et la croissance nationale, et son rôle dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale à chaque étape de la vie. La progression des systèmes éducatifs vers plus de justice et d’équité, afin de limiter les risques individuels d’échec à l’école, constitue ici un fil rouge.
C’est dans le cadre de ce domaine que sont élaborés les indicateurs de l’enseignement qui nourrissent la base de données communes UOE (UNESCO/OECD/EUROSTAT). Ces statistiques sont exploitées principalement dans les publications suivantes :
– la collection Education at a glance / Regards sur l’éducation
avec une édition 2007 qui examine plus précisément les effets du développement de l’enseignement supérieur sur les marchés du travail ; et une édition 2009 qui offre une analyse plus générale à partir des des indicateurs construits par l’OCDE (voir aussi le digest (pdf, 11 pages).
– et la collection Education policy analysis / Analyse des politiques d’éducation, dont la dernière édition (2005-06) s’intéresse également à l’enseignement supérieur.

Des examens thématiques sont régulièrement organisés dans le cadre du domaine « éducation, économie et société ». Citons en particulier celui sur les politiques publiques en matière de besoins éducatifs particuliers, dont le thème représente historiquement un enjeu fort pour l’OCDE.
A travers les travaux du CELE (Centre for Effective Learning Environments / Centre pour des environnements pédagogiques efficaces), l’OCDE œuvre également pour l’amélioration de l’environnement physique des établissements d’enseignement.

– recherche et gestion du savoir

Les systèmes éducatifs doivent sans cesse se réinventer pour demeurer pertinents et pour tirer parti des stratégies novatrices et des nouvelles technologies. Par ses travaux, l’OCDE aide à définir des perspectives d’évolution à long terme dans le domaine de l’éducation, en repérant les principaux objectifs, défis et possibilités pour l’avenir ainsi que les solutions les plus efficaces.
La grande majorité des programmes et projets mis en oeuvre dans le cadre du domaine « recherche et gestion du savoir » sont coordonnés par le CERI (Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement).
Parmi les principales initiatives récentes dans le cadre de ce domaine, signalons :
– l’examen thématique sur la recherche et le développement en éducation et les travaux initiées en 2003 sur la recherche en éducation fondée sur des données probantes (evidence-based policy research in education).
– le projet international intitulé L’école de demain (Schooling for Tomorrow, SfT), toujours actif depuis son lancement en 1997, qui développe une réflexion prospective sur l’éducation.
– le projet dédié aux Apprenants du nouveau millénaire (New millenium learners, NML)
– le projet Cerveau et apprentissage qui s’intéresse aux implications de la recherche en neurosciences sur l’éducation (Brain and Learning)

– le CERI – Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement

Les activités du CERI sont toutefois multiples et excèdent largement le cadre fourni par le domaine « recherche et gestion du savoir » (cf. brochure).
Créé en 1968 pour répondre à un besoin de changement dans les systèmes éducatifs, le CERI s’appuie sur une équipe composée d’une vingtaine de collaborateurs internationaux pour produire analyses et synthèses prospectives, et identifier et encourager les innovations en éducation. Grâce à une approche transversale adaptée au traitement des questions complexes, les publications du CERI jouent souvent un rôle d’incubateur, complémentaire des travaux comparatifs de statistiques et des examens thématiques systématisés par d’autres programmes. Pionnier dans les années 1970 pour ses travaux sur la formation continue à une époque où la « formation tout au long de la vie » n’existait pas encore, le CERI s’est également illustré pour ses travaux sur le handicap, prônant l’inclusion dans le circuit scolaire ordinaire. Dans les années 1980, le centre a posé les premiers jalons pour évaluer l’impact des « nouvelles technologies » sur l’éducation. Et c’est dans les années 1990 que l’entreprise des indicateurs internationaux a commencé à prendre corps.

Cité dans cet article de l’Observateur de l’OCDE publié à l’occasion des 40 ans du Centre, le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, a résumé la mission du CERI en ces termes :

« distinguer les signaux encore faibles mais significatifs qui se situent à la lisière de notre perception et les mettre en lumière, rapprocher des points de vue différents et souvent novateurs, offrir une enceinte internationale permettant de formuler de nouvelles idées et de nouvelles connaissances, et tout cela sans se perdre en spéculations théoriques mais au contraire, en gardant toujours l’action publique en ligne de mire. »

Incontournable donc…

=====
Merci à mes collègues Marie Gaussel et Jean-Marie Pincemin pour leur relecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *