La femme est/et l’avenir de Darwin

Cantonnées aux tâches mondaines ou domestiques, les femmes de l’époque victorienne n’ont que peu accès aux sciences. Nombre d’entre elles ne restent cependant à l’écart des travaux et des idées de Darwin. Diverses initiatives leur rendent justice au cours de l’année Darwin…

A travers quelques portraits choisis de femmes scientifiques trop peu connues, l’UFR de langues  de l’Université Paul-Sabatier- Toulouse III propose  du  jeudi 19 au samedi 21 novembre 2009 un  parcours sur la Grande-Bretagne victorienne du temps de Darwin, pour redonner aux femmes de sciences la place qui leur revient.

L’année 2009 est donc aussi  celle du centenaire d’Hélène Durand, première femme récompensée par l’Académie royale des sciences de Belgique pour ses travaux de botanique. Le colloque Evolution in Botany : from Darwin to Women ( 24-25 novembre, ULB, Bruxelles) dédie sa première journée aux  travaux de femmes botanistes.

Du côté de la littérature, des auteurs telles Margaret Gatty (1809–1873) et Arabella Buckley (1840–1929) participant  aussi activement à la vulgarisation du discours scientifique. Le séminaire E2 (Enseigner l’Evolution) du 16 décembre 2009 s’attache à montrer la richesse de leur œuvre.

La (re)lecture de La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, autre texte majeur de Darwin, et de L’Effet Darwin : Sélection naturelle et naissance de la civilisation de Patrick Tort (2008) complète judicieusement ces diverses manifestations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *