Cyber-Langues 2009

Cyber-Langues a tenu son colloque annuel du 25 au 27 août à Reims. Ce colloque a rassemblé près de 150 personnes, enseignants de langues vivantes dans l’immense majorité, venus de toute la France et certains de l’étranger.

Cyber-Langues existe depuis 2000 et avait obtenu en 2001 le label « Année européenne des langues ». L’association a ensuite reçu le « Label européen des langues » en 2004.

Le colloque a été l’occasion pour les enseignants d’échanger sur les pratiques d’enseignement (du primaire au supérieur) des uns et des autres, de se former à de nouveaux outils, de découvrir des nouveaux usages lors d’ateliers étalés tout au long du colloque.

Des conférences plénières étaient proposées aussi :

  • Christian Puren (Université de St Etienne) a traité de la nouvelle perspective actionnelle (cadre européen commun de référence pour les langues : CECRL) et des nouvelles technologies éducatives en évoquant les convergences entre ces deux aspects. Cette convergence entre les innovations didactiques et les innovations technologiques (qui sont d’ailleurs davantage des innovations dans les usages que l’on fait des technologies) est primordiale pour que les changements s’inscrivent dans la durée. L’approche communicative (qui accorde un rôle important à la simulation dans les situations d’apprentissage) a laissé la place à l’approche actionnelle (avec l’arrivée du CECRL) où l’apprenant est vu comme un acteur social. Il ne s’agit plus de faire « comme si », mais de considérer l’élève comme un acteur social à part entière dans l’espace scolaire (C. Puren parle de « l’agir social »). Or, les TIC permettent de mettre en œuvre des situations authentiques d’échange, de création, de partage, etc.
    Il réaffirme la nécessité de toujours rentrer par la didactique, et non par la technologie. Il souligne aussi l’inversion à laquelle on assiste entre les rôles joués par les documents et par la tâche (l’objectif de réalisation fixé) : alors que le document était au cœur de la progression, il est maintenant au service de la réalisation de la tâche. D’ailleurs, il peut même être secondaire dans la mesure où nous pouvons disposer d’une multitude de ressources authentiques grâce à Internet.
  • Maria-Alice Médioni (Université Lyon 2 et GFEN) a quant à elle questionné le rôle de l’activité de l’élève lorsque l’on a recours aux TICE. La mise en activité de l’élève est primordiale pour les apprentissages et passe par la mise en œuvre de tâches. La question centrale est donc de savoir comment les TICE peuvent aider à organiser de véritables tâches d’apprentissage.
  • Gilles Baillat (IUFM de Champagne-Ardenne) est intervenu sur les TICE et la formation initiale des enseignants en lien avec la masterisation en cours.
  • Anik Monoury (SDTICE du MEN) a présenté la « Clé pour démarrer les langues vivantes 2009 » conçue par le Ministère de l’éducation nationale. La clé a été donnée aux nouveaux stagiaires l’année dernière, il est prévu une version en ligne pour l’avenir.

D’autres conférences ou ateliers ont eu lieu, autour de thèmes aussi variés que les échanges européens avec etwinning (Sylvain Percque, Betty Albagly), l’utilisation d’un tableau numérique interactif (Pascale Catoire), le lien entre l’enseignant de langues vivantes et celui d’une discipline non linguistique (DNL) dans une langue étrangère (Jean-Marc Brauer), l’utilisation de portfolio d’auto-apprentissage (Monique Marneffe), la baladodiffusion (Isabelle Guidat, Marie Lainé), la formation à distance en langues (Hani Qotb), la recherche lexicale (Claire Larsonneur), le recours à des technologies permettant l’écriture collaborative (Alyne Piazza De Rudder), les simulations globales (Agnès M. Bosch), des présentations de logiciels utilisés en classe de langues.

La liste ci-dessus n’est pas exhaustive. Les actes du colloques (avec parfois les diaporamas) sont en ligne sur le site de Cyber-Langues.

Le café pédagogique a tenu un blog pendant le temps du colloque. On peut y trouver des comptes rendus d’ateliers.

Il apparait dans ces colloques que les enseignants se sont bel et bien emparés des TICE dans leur pratique de classe. Mais ces expériences restent à diffuser et à être reconnues, notamment par l’institution. Le numérique est le « nouveau » cheval de bataille du ministère (voir le plan numérique pour l’éducation, lancé par Luc Chatel, ou encore la mission de réflexion et de proposition pour les TICE de Jean-Michel Fourgous), après l’échec des ENT dans les établissements scolaires, dont la généralisation était pourtant prévue pour 2008. Il semble que le champ institutionnel et le champ professionnel enseignant aient du mal à se rencontrer sur le terrain du numérique.

*********

Pour repère, vous pouvez aussi vous référer à l’article que nous avons publié ici même en février 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *