L’approche orientante : du Québec à la France – AFEC 2009

Ce billet fait partie d’une série de compte-rendus consacrés au 32e colloque de l’Association francophone d’éducation comparée (Dijon, juin 2009), sur le thème « Orientation et mondialisation ».

les univers conceptuels qui permettent de penser l’orientation (anthropologique, sociologique, psychologique)
les réformes de l’école secondaire en Afrique au service d’une orientation mieux maîtrisée
– [l’approche orientante, depuis ses origines québécoises jusqu’à ses applications en France]
– les écoles de la deuxième chance, en France (et aussi en Europe)
les dispositifs de type projet professionnel dans l’enseignement supérieur

Il ne fait aucun doute qu’un des mots clés de cette 32e édition du colloque AFEC est le terme « entreprendre ». On a déjà évoqué l’avènement de cet individu post-moderne « entrepreneur de soi » avec Jean Guichard (cf. billet 1) ; on a également retenu avec Jean-Marie de Ketele, que l’approche par compétences vise à former des entrepreneurs (cf. billet 2).
Le symposium consacré à l’approche orientante met à son tour en évidence l’importance d’une telle posture dans une démarche d’orientation. Ne serait-ce que parce que c’est sous ce libellé conjoint, « orientation et entrepreneuriat », que l’orientation est introduite dans le curriculum québécois au début des années 2000, à la faveur du vaste mouvement de réforme du renouveau pédagogique. Mais aussi parce qu’il s’agit du fil conducteur du dernier colloque de l’AQISEP (association québécoise d’information scolaire et professionnelle), intitulé « j’entreprends… ma vie », qui s’est déroulé mi-juin à Québec, comme nous le rappelle Gaston Leclerc, président de l’association .

Depuis donc bientôt une dizaine d’années, « orientation et entrepreneuriat » figure au nombre des 5 domaines généraux de formation[1. Dans le PFEQ, les 5 domaines généraux de formation sont les suivants : santé et bien être ; environnement et consommation ; médias ; vivre ensemble et citoyenneté ; orientation et entrepreneuriat.] qui structurent le Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ), depuis le niveau primaire jusqu’au niveau secondaire 2.

« Le domaine de l’orientation et de l’entrepreneuriat convie l’ensemble des éducateurs à faire de l’école un lieu où l’élève a l’occasion de relever des défis stimulants et d’entrevoir un futur motivant. Apprendre a plus de sens pour un jeune quand il peut prendre la mesure de ses capacités et se projeter dans l’avenir en étant confiant qu’il trouvera sa place dans la société. »

A ce titre, il constitue un des piliers du curriculum et s’articule autour de 3 axes de développement :
(1) connaissance de soi, de son potentiel et de ses modes d’actualisation ;
(2) appropriation des stratégies liées à un projet ;
(3) connaissance du monde du travail, des rôles sociaux, des métiers et des professions.

Gaston Leclerc n’a pas eu le temps, lors de son intervention, de nous le préciser, mais les traductions pédagogiques de ce domaine « orientation et entrepreneuriat » sont multiples, en particulier dans le secondaire 2 où le « développement professionnel » représente un domaine d’apprentissage à part entière[2. Dans le Renouveau pédagogique, les domaines généraux de formation interagissent avec des domaines d’apprentissage (sorte de « macro-discipline »). Le niveau secondaire 2 comprend 6 domaines d’apprentissage : maths, sciences et technologie ; langues ; univers social ; arts ; développement personnel ; développement professionnel.]. On peut mentionner par exemple les programmes projet personnel d’orientation (PPO) et exploration de la formation professionnelle, déployés récemment à titre optionnel dans le cadre de ce domaine du développement professionnel.
La dimension entrepreneuriale là encore n’est pas en reste, même si le programme de sensibilisation à l’entrepreneuriat est apparemment en cours de formalisation du côté du Ministère de l’éducation (MELS). Les initiatives coordonnées par le secrétariat à la jeunesse (Ministère du Conseil exécutif) au sein du programme Défi de l’entrepreneuriat jeunesse, vont dans le sens d’un renforcement de la culture entrepreneuriale à l’école. La mise en place du Portfolio de l’entrepreneuriat au secondaire en constitue un des meilleurs exemples (2008, pdf, 618 p.). Le portail entrepreneuriat mis en ligne sur le site de l’inforoute FPT (réseau télématique de la formation professionnelle et technique), et les interventions des acteurs de l’éducation lors du dernier colloque AQISEP (dont certaines sont en ligne) permettent également de se représenter le dynamisme de ce concept et la diversité de ses mises en pédagogie.

L’ensemble de ces mesures, introduites de façon échelonnée dans le cadre du renouveau pédagogique, font référence aux travaux théoriques de l’approche orientante définie comme telle par le ministère de l’éducation québécois en 2002 (À chacun son rêve) :

« L’approche orientante est une démarche concertée de l’équipe-école et de ses partenaires, dans le cadre de laquelle on fixe des objectifs et met en place des services (individuels et collectifs), des outils et des activités pédagogiques visant à accompagner l’élève dans le développement de son identité et dans son cheminement vocationnel. Il s’agit donc d’activités et de services intégrés au plan de la réussite et au projet éducatif d’un établissement et non d’un simple cumul d’actions isolées engageant peu l’équipe-école. »

S’il ne s’agit pas ici de rendre compte de toute l’histoire de l’approche orientante, il n’est pas inutile toutefois de replacer les mesures précitées dans le contexte théorique qui préside à leur conception. 2e intervenante de ce symposium, Danielle Ferré (présidente de l’association Apprendre et s’orienter), opère ce retour en arrière et nous rappelle les 3 principes fondateurs définis par Denis Pelletier dans son ouvrage sur l’AO en 2001 :
1) le principe d’infusion (intégrer les perspectives professionnelles dans les disciplines) ;
2) le principe de collaboration (promouvoir la concertation des acteurs scolaires, professionnels et familiaux) ;
3) le principe de mobilisation (éveiller une attitude motivée qui met l’élève en état de projet).

Ce qui est en jeu avec l’AO, c’est le déplacement de la responsabilité de l’élève à l’école : il s’agit donc d’organiser l’école de telle sorte qu’elle donne aux élèves l’occasion de construire leur « orientabilité ». Les Québécois ont même un temps employé le terme « école orientante », avant de se fixer sur « approche orientante ».
Depuis tout juste 10 ans, les travaux menés dans l’académie de Montpellier au sein de l’association Apprendre et s’orienter s’inscrivent dans cette perspective, et commencent à bénéficier d’une reconnaissance accrue à l’échelle nationale. Les 2 tomes de l’ouvrage parus aux Editions Qui plus est en 2007 (L’approche orientante, une nécessité), ainsi que le dossier « orientation » du n°463 des Cahiers pédagogiques (mai 2008), ont largement contribué et contribuent encore à la pollinisation du concept et de ses pratiques.

A titre d’illustration, D. Ferré présente lors du symposium une expérience pédagogique authentique montée avec 3 classes de seconde de l’Hérault en 2009, à l’occasion d’une demande formulée par IBM à l’académie dans le cadre d’un programme WIT (women in technology). Le concours A la découverte des métiers des sciences informatiques et de leurs formations vise ainsi à « faire prendre conscience aux élèves et en particulier aux filles, avant le choix de la première, des considérables possibilités d’activités professionnelles offertes par l’informatique et les métiers qui y sont liés », au travers de diverses méthodes actives (recherches documentaires, rencontres de professionnels, visites d’entreprises et de lieux de formation, éventuellement stages,…).
En termes de production attendue, tous les élèves de chacune des classes, par équipes de 3 ou 4, disposent de 3 mois pour connaître et faire connaître un métier des sciences informatiques à un public donné, avec le support de leur choix, dans un domaine d’activité de leur choix (art, éducation, environnement, gestion, management, recherche, santé, sport, jeux, etc.).
Cette liberté d’initiative intervient donc dans un environnement pédagogique dont les contours sont explicites : une organisation contrainte en particulier en terme de calendrier, des objectifs intermédiaires et finaux clairement identifiés, mobilisant des groupes à géométrie variable (équipes de 3 ou 4 élèves et classe entière) dans un concours, et mobilisant aussi un ensemble de partenaires : depuis la SAIO et la mission académique à l’égalité des chances à l’Onisep et l’université Montpellier 2, en passant par IBM Montpellier et la Délégation Régionale aux Droits des Femmes et à l’Egalité.
Une expérience convaincante, qui intègre donc tous les ingrédients pré-cités de l’AO : mobiliser les élèves sur un projet concret (mobilisation), leur donner l’occasion de coopérer entre eux et avec des adultes pour agir et produire (collaboration), les amener à faire des liens entre les disciplines qu’ils étudient, des métiers et leur orientation (infusion). Pour en savoir plus, vous pouvez aussi consulter le bulletin Onisep Plus n°6 (mars 2009, pdf, 9 p.) ; vous y trouverez aussi les résultats du concours !

Et c’est justement avec l’Onisep que nous finirons ce tour de symposium, avec la présentation du webclasseur par Jean-Marie Quiesse, délégué régional adjoint dans l’académie de Montpellier. Un « passeport numérique pour l’orientation » qui se fait nettement plus discret dans les médias que le déploiement de la plateforme monorientationenligne, malgré son antériorité, mais qui n’en possède pas moins des vertus pédagogiques évidentes dans la perspective qui nous intéresse : celle des compétences à s’orienter et à entreprendre.

Alors qu’avec les plateformes expérimentées dans les académies d’Amiens, de Limoges et de Bordeaux en 2009, l’information est simplement « délivrée » lors d’échanges à distance (téléphone, tchat, courriel) entre professionnels et familles, à la demande de ces dernières, le webclasseur place l’information au coeur du dispositif pédagogique et sa vocation est de s’intégrer dans les pratiques régulières des équipes éducatives et des élèves. Et le cadre fourni par le Parcours de découverte des métiers et des formations doit pouvoir soutenir cette intégration, depuis la classe de 5e jusqu’en terminale.
Bien qu’étant potentiellement interopérable avec l’ENT d’un établissement scolaire, il est conçu comme une sorte d’ENT indépendant, et est doté de ses propres outils de planning et fonctionnalités de communication ; les différents espaces qui le structurent permettent de stocker, d’organiser et de partager des ressources documentaires et pédagogiques sur l’orientation :
– des espaces personnels pour les membres des équipes éducatives
– des espaces collaboratifs pour ces équipes éducatives
– des espaces pour les classes, accessibles partiellement aux parents
– des espaces individuels pour que chaque élève garde trace de ses expériences documentaires et pédagogiques

les espaces du webclasseur de l'Onisep
espaces du webclasseur de l'onisep

Pour J.M. Quiesse, la gestion de cette information dynamique et cumulative est appelée à renforcer le « sentiment d’efficacité personnelle » de l’élève (Bandura, 2002), et à l’encourager à développer des compétences décisionnelles tout au long de sa scolarité secondaire. C’est dans cette perspective que le webclasseur peut devenir un webfolio orientant (Quiesse, Ferré & Rufino, 2007). Mais s’il reste encore du chemin à parcourir pour que les principes de mobilisation, de collaboration, et d’infusion soient pleinement « embarqués », les premiers retours d’usages sont prometteurs.

Depuis son lancement à la rentrée 2007, le webclasseur a été expérimenté dans 22 académies, de façon très inégale cependant d’une académie à l’autre. En Languedoc Roussillon, 7 classes ont participé en 2008-09, issus de 5 établissements distincts (4 collège et 1 lycée), soit une cinquantaine d’enseignants mobilisés pour 200 élèves participants. Pour chaque classe, ce sont le professeur principal et le professeur référent TICE qui ont piloté les activités.
Au final, les espaces qui ont été les plus utilisés sont d’abord l’espace classe, puis l’espace élève. Si élèves et enseignants éprouvent des difficultés à évaluer l’expérience en termes de compétences, les élèves répondent avec une belle majorité que le webclasseur les a aidés à construire leur parcours. C’est donc les liens qu’ils ont construits entre formation et emploi qui retiennent toute leur attention, alors qu’ils ne mentionnent pas avoir découvert de nouveaux métiers par exemple. Un résultat qui mériterait d’être comparé avec d’autres retours d’usages, mais qui ouvre d’ores et déjà la voie au « webfolio orientant »…

Le devenir du webclasseur ? il devrait faire l’objet d’une généralisation en 2009-10 ; c’était en tous cas la volonté de l’ancien ministre de l’éducation, avant le récent remaniement ministériel. Certaines académies n’ont cependant pas attendu la prescription du gouvernement : Caen par exemple s’est en effet déjà engagée sur cette voie.

Ressources et bibliographie :

– Les prescriptions du PFEQ pour le Domaine du développement professionnel (enseignement secondaire 2) et le parcours de formation axée sur l’emploi : parcours correspondant à la filière professionnelle, pour les élèves en difficulté.
– L’intervention-bilan de Richard Leblanc, coordonnateur des services complémentaires (MELS), au colloque AQISEP 2009 : Bâtir l’avenir des jeunes par l’approche orientante (AO).
– Le projet d’évaluation du renouveau pédagogique ERES, coordonné par l’université Laval.
– Denis Pelletier (dir.), Pour une approche orientante de l’école québécoise – Concepts et pratiques à l’usage des intervenants, Sainte-Foy, Septembre éditeur, 2001, 264 p.
– Les tomes 1 (Oser l’approche orientante. Pourquoi ?) et 2 (Oser l’approche orientante. Comment ?) de l’ouvrage de Jean-Marie Quiesse, Danielle Ferré et Alain Rufino sur l’AO, parus aux Editions Qui plus est en 2007, sous le titre L’approche orientante, une nécessité.
– Le dossier « orientation » du n°463 des Cahiers pédagogiques, mai 2008, sous la direction de Jean-Marie Quiesse et Danielle Ferré.
– Les actualités de l’approche orientante sur le site de l’académie de Montpellier.
– L’espace ressources éducatives de l’Onisep.

====================


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *