Gestion de bibliographies : Zotero va devenir incontournable

Comment gérer les bibliographies ? Nombre de chercheurs, formateurs, documentalistes, bibliothécaires, etc.  se posent la question régulièrement. Il existe des outils très divers, certains propriétaires (Endnote par exemple), d’autres libres (Wikindx, que nous utilisons ici, à la VST), des formats variés (bibtex, rdf, …). Il est parfois difficile de s’y retrouver et de faire un choix.

Web 2.0 oblige, des outils en ligne sont apparus (Citeulike ou Connotea par exemple), qui permettent de gérer collectivement des bibliographies : possibilité de créer des groupes d’utilisateurs, de paramétrer certains droits, de partager les notices, d’en compléter ou annoter d’autres.

Qu’est-ce que Zotero ?

C’est dans ce contexte qu’a fait son apparition Zotero. Au départ, il s’agit d’une extension (logiciel libre) pour le navigateur Internet Firefox qui permet d’organiser ses bibliographies par le biais de dossiers, de mots-clefs, avec la possibilité de récupérer d’un clic les notices bibliographiques d’un document grâce à la présence d’une icône dans la barre d’adresse du navigateur. Cette extension, très pratique, notamment parce qu’elle est intégrée au navigateur internet, ne permettait  jusqu’alors qu’un usage individuel.

Les fonctionnalités sont diverses :

  • capture automatique de notices bibliographiques (métadonnées), avec possibilités de les compléter ;
  • sauvegarde possible en local des fichiers (pdf, images, etc.) et des pages web ;
  • prise de notes supplémentaires avec éditeur de texte enrichi ;
  • marquage par mots clés et organisation par dossiers ;
  • import / export dans différents formats ;
  • interopérabilité : prise en charge des formats MOD, BibTex, RDF, RIS, MARC, REFER… ;
  • recherche avancée possible dans les notes et documents ;
  • génération automatique de bibliographie (formats rtf et html notamment) et de chronologie (sur un axe temporel).

Qui est derrière Zotero ?

Zotero est développé par deux structures importantes : le Centre for History and New Media, et George Mason University. Le projet (sous licence libre) est soutenu financièrement par le United States Institute of Museum and Library Services, les fondations Andrew W. Mellon et Alfred P. Sloan.  Le développement devrait donc être pérenne dans le temps : c’est un gage de durabilité du produit (alors même que le développement de Wikindx, qui ne repose que sur une seule personne, est bien ralenti).

Zotero à la sauce 2.0

La version 2 est disponible depuis quelques semaines (c’est encore une version béta, mais elle fonctionne très bien) et amène avec elle son lot de nouveautés qui va faire de Zotero un outil incontournable pour la gestion de bibliographies.

Si l’on ouvre un compte sur leur site internet (possible avec un système d’identification décentralisé tel openid, précision importante), d’autres possibilités s’offrent à l’utilisateur :

  • synchronisation de bibliographies entre plusieurs ordinateurs (pour un même profil) ;
  • création de groupes afin d partager certaines bibliographies : les bibliographies personnelles ne sont pas les mêmes que les bibliographies partagées, mais il est possible de copier les éléments de l’une à l’autre. Les groupes peuvent être complètement publics (n’importe qui peut rejoindre le groupe et participer à la bibliographie concernée), privés (seuls les personnes inscrites y ont accès) ou encore publics pour la lecture uniquement (tout le monde peut lire, mais seuls les membres peuvent éditer).
  • synchronisation possible entre plusieurs utilisateurs ;

Il est assez facile d’imaginer les possibilités offertes par ce service : des groupes de travail restreints peuvent collaborer facilement ; des groupes de recherche peuvent alimenter collectivement une base de données ; les notices d’autres groupes peuvent être utilisées, etc.

Zotero  synchronise en temps réel ce que nous faisons depuis notre navigateur avec le serveur. Cela signifie qu’il n’y a pas besoin d’aller sur le site web de Zotero pour profiter des possibilités de partage et d’échange. Tout se fait depuis cette extension, rendant ainsi son utilisation très transparente et ergonomique.

Pour ceux qui ont une utilisation « nomade » de l’ordinateur (qui n’ont pas forcément d’ordinateur attitré) et qui souhaiteraient avoir une version portable, c’est possible dans la mesure où ce logiciel dépend du navigateur Firefox, qui lui existe en version portable (fonctionnement autonome sur une clé usb).

Intégration à d’autres logiciels

Zotero nécessite Firefox pour fonctionner. Il existe cependant des possibilités de l’intégrer à OpenOffice et à Word (Microsoft) grâce à un système d’extensions. Ces dernières permettent de créer une référence bibliographique (en bas de page par exemple) et de faire une citation en quelques clics.

Quelques références à propos de Zotero


5 réflexions au sujet de « Gestion de bibliographies : Zotero va devenir incontournable »

  1. Plus exactement, si certaines rubriques de la VST ne sont malheureusement pas compatibles, notre principal entrepôt bibliographique « bibliographies VST-INRP« , dans lequel nous déposons notamment toutes les références ayant servi pour nos dossiers, est lui parfaitement compatible !

  2. un constat surprenant: les bibliographies proposées par la VST de l’INRP ne sont apparemment pas « zotero-compatibles »…! Peut-être un petit coup de Coins pour remettre ça en ordre?

    1. Bonjour,
      c’est exact et c’est regrettable. Nous espérons pouvoir rendre nos rubriques « zotero-compatibles », la demande en a été faite au service informatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *