Les sciences, de l’école à la société

Le projet de réforme des lycées a soulevé la question de la filière scientifique, qui capte actuellement les « bons élèves » au lieu de susciter des vocations scientifiques. Cette situation est d’autant plus préoccupante que la plupart des pays développés s’inquiètent depuis plusieurs années : trop peu de jeunes s’engagent dans des filières scientifiques. Le dossier d’actualité n° 45 que la Veille Scientifique et Technologique publie ce mois-ci s’intéresse aux études et analyses, parfois divergentes, sur ce sujet et fait le point sur ce qui se passe dans la classe, cet espace toujours plus en contact avec la société.


Une réflexion au sujet de « Les sciences, de l’école à la société »

  1. L’association Enseignement Public et Informatique (EPI) a pris connaissance avec intérêt des Préconisations sur la réforme du lycée faites par Richard Descoings.

    Le lycée est effectivement l’espace et le moment où les élèves construisent leur autonomie intellectuelle, leur accession à la citoyenneté et où naissent les vocations.

    Il serait impensable que, dans le monde numérique dans lequel nous sommes plongés, ils ne puissent rencontrer, quel que soit leur parcours (séries générales, technologiques), un enseignement de l’informatique en tant que tel.

    L’EPI préconise

    * pour la classe de Seconde, dans le cadre des enseignements de découverte, un enseignement de l’informatique et des TIC. Un tel enseignement doit faire partie de la culture commune au 21e siècle.

    * Pour les classes de Première et Terminale :

    – les séries scientifiques, en particulier la série S, verraient leurs enseignements complétés par l’apport d’une discipline informatique ;
    – les filières technologiques qui ont vocation à former des cadres compétents doivent voir leurs enseignements informatiques renforcés ;
    – les élèves de la série L, dont il est nécessaire de développer la culture scientifique, se verraient proposer une option comprenant de l’informatique.

    L’EPI se félicite par ailleurs de la volonté de conforter la place des nouvelles technologies par l’utilisation des TICE, de la promotion de la pédagogie de projet, de la prise de conscience de l’insuffisance des moyens consacrés à la maintenance informatique et du rappel d’une indispensable formation des enseignants.

    (Communiqué EPI – Paris, 12 juin 2009)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *