Microblogging et éducation

Le recours aux blogs dans un cadre éducatif a fait l’objet de recherches et de publications diverses. (voir article de janvier 2009). Comme mentionné dans le dernier dossier d’actualités , les outils de réseaux sociaux prennent de plus en plus d’importance. En 2006 sont apparues les plateformes de microblogging (ou microblogage, terme utilisé au Canada) : il s’agit de ces messages d’une longueur très limitée (140 caractères maximum en général) qui sont diffusés en temps réel sur ces plateformes organisées en réseaux. Chacun peut suivre les messages de qui il veut, sans qu’il y ait forcément de réciprocité. Chaque personne se constitue donc un réseau qui est unique, mais en lien avec une multitude d’autres réseaux. Le microblogging se situe entre la messagerie instantanée et le blog. La communication peut être asynchrone et synchrone, le flux des messages n’est pas organisé, mais il est possible de remonter dans le temps. Cela fonctionne comme une conversation en continue : par contre, il n’est pas possible de savoir qui va être le récepteur.

Ebner & Schiefner (2008) ont répertorié trois utilisations possibles :

  • partage d’informations ;
  • recherche d’informations ;

  • relations amicales.

Selon eux, le microblogging n’est pas adapté à la rédaction d’articles, à la controverse, à l’argumentation, à la discussion et à la réflexion approfondie.
Il existe divers services de microblogging : twitter (le plus connu, qui est à l’origine de tout un vocabulaire spécifique ; tweet signifie gazouillis en anglais), identica (logiciel libre), et d’autres encore.

Le microblogging a été d’ores et déjà adopté par bon nombre de personnes, mais aussi d’institutions : le premier ministre britannique, la BBC (BBC Education par exemple), la chaine NBC, des bibliothèques, des hommes politiques, des maisons d’édition de livres (penguins books), la NASA, des universités (MIT OpenCourseWare)etc.

Le monde de l’éducation n’est pas en reste. Il est apparu d’abord dans l’apprentissage informel (Costa et al, 2008) Pourtant, au premier abord, il n’est pas évident de voir en quoi l’école peut utiliser cet outil : il impose de rédiger rapidement des messages très courts, ne favorisant donc ni la réflexion, ni la prise de distance nécessaire à tout apprentissage. Pourtant des utilisations pédagogiques en sont faites. De plus en plus d’expériences sont menées dans ce cadre-là.
Le microblogging est par exemple utilisé comme moyen de communication entre l’école et les familles, entre les enseignants et les élèves ou encore pour les échanges entre enseignants et pour créer des réseaux thématiques ou disciplinaires. Ce peut être aussi un lieu d’échange entre élèves. Des activités pédagogiques peuvent utiliser ce nouvel outil : suivre l’actualité sur un thème précis, faire rédiger des messages de personnages historiques (voir par exemple historicaltweets), créer un profil à partir d’un personnage de roman, suivre des experts dans un domaine donné, associer d’autres ressources (cartes géographiques, vidéo, photo, enregistrement audio, etc.), inventer une histoire écrite à plusieurs mains… Des exemples d’utilisation de ces outils en classe sont donnés sur le site de Mario Asselin et sur celui du Centre for learning & performance technologies, ou encore sur les pages twitter in the classroom ou twitter for teachers (pdf) (voir aussi la visio-conférence du réseau classroom2.0 sur twitter, en anglais).
Le microblogging utilisé entre enseignants peut aussi permettre de développer une attitude réflexive sur sa pratique professionnelle, et d’avoir du feedback de la part des collègues, de manière beaucoup plus souple et simple qu’avec un blog ou un forum.
Le développement du mobile learning modifie en profondeur le rapport à l’espace et au temps. Les plateformes de e-learning ont évolué depuis leur apparition (Ebner & Schiefner, 2008) : d’espaces très rigides, peu interactifs, elles sont devenues des plateformes de plus en plus souples et mobiles. D’ici peu de temps, l’accès à Internet de partout tout le temps pour tout le monde sera devenu la norme, et le recours à des outils nomades comme les téléphones portables ou les PDA seront bien plus développés, d’où l’intérêt que peut représenter le microblogging.

Le Deuff est plus circonspect, et pense que twitter représenterait la cour de récréation de l’école : les discussions ont lieu dans l’enceinte de l’école, mais sur un terrain un peu hors de l’école malgré tout. Cela donne l’impression que la frontière entre les espaces professionnel et privé s’estompent encore davantage. Toujours est-il que le Royaume-Uni a inscrit dans ses curriculums l’apprentissage de ces outils dès l’école primaire, pour développer des savoir-faire liés au web (article du Guardian).
Toujours au Royaume-Uni, l’université de Birmingham  va ouvrir une maitrise en réseautage social (« MA in social media », voir article du Telegraph), qui va se centrer sur l’utilisation d’outils tels Facebook, Twitter et autres outils de réseaux en ligne.
Les outils de microblogging étant relativement récent, il n’y a pas vraiment eu de recherche scientifique sur ce sujet, mais des usages sont en train de se développer, usages dont le milieu scolaire et universitaire tente de s’emparer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *