Le tableau blanc interactif : expérience britannique

Une deuxième visio-conférence a été organisée entre l’IUFM de Rouen (pour les professeurs d’anglais en formation), l’université de Rochdale et l’INRP. Après avoir exploré comment utiliser l’univers de Second Life en cours de langues lors de la première visio-conférence, nous avons échangé sur l’utilisation de tableaux blancs interactifs (TBI) en classe. Les expériences relatées concernaient des classes de primaire, pour des enseignements divers : mathématiques, langue étrangère, langue d’usage.

La Grande Bretagne est plus avancée que la France en ce qui concerne les usages des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement. L’existence d’un organisme d’état (le Becta) qui incite les établissements scolaires à utiliser les tice, qui évalue les usages, qui fait un travail de prospective afin de donner des orientations et qui négocie avec les éditeurs et les fabricants de matériel, permet de mener des politiques volontaristes et pérennes dans le temps. D’ailleurs, le site du Becta est riche d’informations, nous pouvons y trouver des rapports et communiqués de presse relatifs à l’éducation, l’école, les parents et les TIC. Il travaille en ce moment à la mise en place d’un format commun à tous les fabricants de TBI pour favoriser la mutualisation et la collaboration entre enseignants.

Les tableaux blancs numériques sont assez utilisés en Grande Bretagne. Leur intégration aux pratiques pédagogiques s’est inscrite dans la continuité de ce qui se faisait avec les ordinateurs dans les classes. La prise en main n’a pas été trop déroutante, dans la mesure où tous les outils déjà régulièrement utilisés ont pu être réinvestis. Cependant, tous les enseignants ne les utilisent pas de la même manière. Il apparait qu’une formation des enseignants à ces outils nouveaux est une nécessité, non seulement sur le lieu de travail pour une utilisation en classe, mais aussi hors de l’école pour les aider à préparer les cours dans cette perspective.

Quelles incidences sur le travail des enseignants et sur les apprentissages ?

Les enseignants estiment que passé la période d’adaptation et de formation, cet outil peut faire gagner du temps. L’adaptation n’est pas particulièrement difficile, par contre ils n’envisagent pas de faire classe sans cet outil dorénavant, tant les effets sont positifs sur la motivation des élèves et sur l’apprentissage. Les enfants de l’école primaire ont rapidement adopté ce nouvel outil, et se sont montrés plus motivés, enthousiastes et concentrés sur leur travail. Ils se montrent moins passifs dans leurs apprentissages. Il en va de même pour des enfants plus âgés.
Les effets sont plus positifs dans des disciplines telles que les langues, l’histoire et la géographie, ils semblent moins évidents pour les cours plus techniques (sciences, technologie), au regard de l’expérience des enseignants.

Une discussion a eu lieu sur les différences d’approche entre les enseignants français et britanniques. L’approche constructiviste est davantage développée outre-Manche. Or l’utilisation du tableau numérique interactif se prête bien à une telle approche, dans la mesure où il est possible de rendre l’élève davantage acteur du processus d’apprentissage. Certains tableaux sont dotés de boitiers individuels pour les élèves, qui permettent une interactivité plus spontanée.

La formation des personnes qui se destinent à l’enseignement intègre les nouvelles technologies, et les met en perspective avec les finalités recherchées. Les enseignants sont formés à l’aspect « technique » (comment les utiliser) et à l’aspect pédagogique (pour quoi les utiliser). Le TBI reste un outil au service d’une démarche pédagogique.


4 réflexions au sujet de « Le tableau blanc interactif : expérience britannique »

  1. L’utilisation du TBI que j’ai observée dans 2 cours d’une Comprehensive du Kent début juillet 2005 n’avait rien d’une approche constructiviste … mais tout du « jeu éducatif » grand public ou du contrôle de réflexes. Peut-être un cas isolé ? Peut-être l’approche de la fin d’année scolaire (14 jours plus tard) ? Peut-être … ? Qu’est-ce que l’ « interactivité » si celle-ci se limite pour un élève à appuyer sur un boîtier individuel ou sur un tableau blanc lumineux … ? Des effets sur la motivation, certes : c’est l’effet « jeu-compétition ». Mais les effets sur les apprentissages de l’utilisation de telle ou telle technologie ne dépendent pas de la technologie utilisée, mais de la conception que l’on a de l’apprendre – les technologies ne sont que des outils, magnétophones à bandes dans les années 60 ou TBI dans les années 2000 (mieux vaut utiliser une bêche qu’une pioche pour faire un trou dans la terre si on veut planter un arbre – mais même avec une bêche, il y a plein de questions à se poser : taille du trou par rapport à l’arbre, période de plantation pour avoir un max de chances de réussite, nature du sol, conditions météo, …) 😉

  2. Voici mon témoignage sur le TBI que j’utilise quotidiennement dans ma classe de CM1 depuis le mois de septembre 09. Comme les enseignants évoqués plus haut, j’aurais maintenant du mal à m’en passer. J’ai tout de même gardé mon tableau noir en cas d’incident technique.

    Concernant les élèves :

    Je note chez eux une très grande envie de manipuler et d’aller au tableau. Même les plus timorés ou les élèves en difficulté réclament à y venir. Le regard des autres étant centré sur l’objet, ils se sentent plus assurés.
    L’attention et la concentration sont moins fugaces et cela perdure même après l’effet nouveauté des premières semaines.
    Les transitions d’une activité à une autre sont plus rapides car les supports sont déjà prêts, l’enseignant passe moins de temps à écrire au dernier moment. Il y a donc un gain de temps et beaucoup moins de temps morts qui sont souvent à l’origine de déconcentration.
    De plus, c’est un environnement rassurant car nos élèves sont nés dans l’ère numérique et ils sont pour la plupart familiers des ordinateurs et du langage qui y est associé. Pour ceux qui n’y ont pas accès chez eux, c’est un bon moyen de les familiariser, plus efficace que de courtes séances sur les ordinateurs de l’école.

    Concernant l’interactivité :

    La palette graphique est très riche et permet d’annoter, d’écrire, de dessiner, de faire des constructions géométriques sur des documents vierges ou par-dessus des documents déjà existant de tout type (textes, images, photos, films …) ainsi que des captures d’écran.
    Le TBI est très utile pour toutes les activités liées à Internet et à l’ordinateur : correspondances scolaires (envoi des messages, photos, visio-conférences ) sites web de classe, mutualisation des ressources entre classes ou entre écoles, exposés des élèves. A quoi s’ajoute la promotion du B2I : toutes les démonstrations concernant l’utilisation des logiciels, de la messagerie par exemple gagnent à être faites collectivement.
    L’interactivité est encore plus complète quand les élèves sont équipés de tablettes ou boules de vote qui leur permettent de répondre à des questionnaires par exemple.

    Concernant les pratiques pédagogiques :

    Vous dites que cet outil se prête aux approches constructivistes, ce qui expliquerait sa vulgarisation au Royaume Uni. Dans ce cas pourquoi serait-il si absent du paysage français qui lui aussi baigne dans le constructivisme ? Ma petite expérience en la matière me permet d’affirmer qu’il se prête aussi fort bien à la pédagogie explicite, que j’utilise en classe. L’enseignement explicite consiste à transmettre explicitement des savoirs et des habiletés.
    Les PREAO ou préparations assistées par ordinateur sont des espaces semblables à des diaporamas pouvant contenir des textes, des photos, des images, des sons. Cela permet de préparer des leçons explicites personnalisées, plutôt que d’adapter plus ou moins heureusement le contenu des manuels existant. C’est très utile aussi pour des matières comme l’histoire par exemple ou l’histoire des arts qui nécessitent une abondante iconographie. Elles permettent aussi la préparation d’exercices d’entraînement plus ciblés et plus nombreux, le choix étant aussi limité dans les manuels. Le maintien en mémoire des documents facilite les séances de révision ainsi que les corrections, les rétroactions. De même, lorsqu’un élève a du mal sur une question spécifique, il est facile en quelques clics de revenir sur une notion déjà vue. Toutes les synthèses sont conservées.
    Le maintien en mémoire des données permet de fabriquer des banques de ressources (images textes vidéos sons) pour la classe et que l’on peut partager dès lors que le TBI est en réseau. Si toutes les classes d’une école sont équipées cela facilite le travail en équipe et les liaisons inter classes.
    Il ne faut pas oublier ce que j’appelle l’immédiateté de l’information ou accès immédiat à une ressource. Dernièrement, nous travaillions sur un texte qui parlait de la muraille de Chine. Le besoin s’est donc fait sentir d’en savoir plus. En quelques clics, plusieurs photos, un texte. C’est plus rapide que d’aller à la bibliothèque ou de compulser les dictionnaires, ou d’attendre que la BCD de l’école soit accessible.

    Ces quelques exemples des possibilités qu’offre le TBI sont loin d’être exhaustifs ; mais je pense qu’ils donnent une idée du potentiel d’utilisation. Pour un témoignage plus étoffé voir ici http://3e.voie.free.fr/appy/fran27.pdf

    Je déplore que si peu d’efforts soient faits par l’institution pour vulgariser cet outil comme cela se fait au Royaume Uni ou au Mexique, pays très équipés. Que si peu d’efforts soient faits pour faire connaître cet outil et pour former les enseignants à son utilisation dans le cadre de la formation continue. Ceci dit, vous avez raison, ce n’est pas l’outil qui fait la pédagogie. Il est au service de celle-ci pour faire en sorte d’en améliorer les effets. Un enseignant inefficace le restera quel que soit l’outil qu’il utilise. L’enseignant est seul responsable des moyens qu’il met en œuvre et de la façon dont il les utilise.

    Françoise Appy http://3e.voie.free.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *